undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux cliquez_ici

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles11
4,6 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 26 octobre 2004
Cette dédicace à l'entrée du roman "Elle danse dans le noir" de René Frégni, un grand monsieur,résume en une phrase ce que tout ce livre détient.Mais ce n'est pas seulement un livre, c'est un chef-d'oeuvre littéraire par son réalisme et les émotions transmises.Dans ce roman hors du commun, René Frégni évoque son desaroi , sa grande tristesse lors de l'agonie de sa mère qui était pour lui ,la première femme de sa vie ainsi que l'un de ses plus grands trésors.Cependant , chaque moment qu'il passe auprés de sa fille le fait sourire et revivre.Aprés avoir refermé ce livre et avoir été captivé par toutes ses pages , le lecteur sera partagé entre le malheur et le bonheur.Pour ma part,je remerçie du plus profond de mon petit coeur juvénile René Frégni pour son oeuvre qui m'a touché profondément.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 novembre 2000
Ces quelques pages sont un petit bijou d'amour et de tendresse entre une mère et son fils. Chaque mot nous renverse tellement l'émotion est forte entre ces deux êtres. Cet homme brisé par le départ de sa femme revient sur son passé. Un roman d'une intensité tellement forte que les larmes coulent toutes seules.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dans " Etranger " de Camus le livre commence par "Hier soir maman est morte" (Prix Nobel de Littérature 1957) . Dans "Elle danse dans le noir" René Frégni " Depuis que ma mère est morte, je ne tue plus les mouches" ( Prix Paul Léautaud 1998). Frégni collectionne les prix ! Il se doit de le considérer comme un vrai littéraire et il l'est !

Un littéraire de notre époque et si (malheureusement) Camus ne le peut plus changer de style. Frégni le pourrait, mais voilà, il est bien campé en son domaine et les prix les plus hauts ne sont pas inaccessibles pour lui !

Je cite : " Depuis que ma mère est morte, je ne tue plus les mouches. Sans doute poursuit-elle sa vie dans l'un d'elle ou dans toutes, comme elle est dans les nuages qui passent sur la ville, le pollen des platanes qui fait les tuiles vertes au printemps, et les quartiers d'ombre et de vent où je marche seul, frôlé par des enfants qui s'en vont et reviennent des école sous les feuilles qui tombent ."

Et bien bien malgré cette phrase drolatique qui entame ce livre, nous entrons directement dans le monde littéraire, une littérature pour moi : nouvelle.
Le narrateur est l'auteur et l'auteur est le narrateur ! En lisant je me pose cette question à la manière du tire d'un roman de Marc Lévy "Et si c'était vrai ?".

" En quatre ans, j'ai perdu ma mère puis mon père, la femme avec qui j'ai vécu vingt ans qui m'a dit un soir - je n'ai plus de désir pour toi -; le lendemain, elle partait " Voici le début de ce roman. Oh, rien d'exceptionnel me direz-vous ! NON, il faut savoir l'écrire. "L'été m'envahit d'amour et je marche jusqu'au soir dans les rues de la ville en prenant soin de pleurer dans les quartiers perdus où je ne croise que des chats et des vieux sur un banc qui regardent leur maison s'écrouler et le soleil qui meurt" ce pathétisme est digne des plus grands et il ne faut pas s'étonner que Frégni eut gagné tant de prix !

"Si l'amour cessait d'exister du jour au lendemain, notre planète s'éteindrait". "Tous les mots ne sont pas pas dans les dictionnaires. Les vrais mots sont dans le regard d'une maman, dans son sourire" Pardon pour toutes ces citations mais j'aimerais tant que vous lisiez ce roman.

L'auteur narrateur nous conte sa vie de brave homme qui va faire la lecture ou apprendre à bien écrire aux détenus des Baumettes. Quand un des détenus a terminé sa peine, il demande à l'écrivain de venir le voir au bistro dont le nom m'échappe. Il faut le dire : c'est un livre hors du commun.
Fragni nous raconte sa vie d'une façon réfléchie, s'auto-flagellant parfois. Ses visites aux Baumettes, ses visites à sa mère surtout qui subit le traitement de la clinique qui lui brûle le ventre. Cette mère qui finit par être complètement calcinée par le traitement avec une plaie dans le bas du dos de vingt centimètres de diamètre.
Elle s'était brûlé le ventre pour ne pas contrarier son fils.

Il rentre chez lui à Manosque "je prenais ma fille dans mes bras avec toute la force de ma douceur" au côté d’Ève, son épouse.
L'"auteur-narrateur" nous fait part de son divorce, de sa fille, de la mère de sa fille qui lui manquent;

Il boit, erre. Nous conte ses souvenirs du corps de sa femme, ses souvenirs avec sa fille d'une belle écriture que nous n'attendions plus, si personnelle, certes plus moderne, une littérature libre d'entrave mais cadenassée par la belle langue française.

Lisez ce roman ! Vous aurez une montagne de sentiments devant vous, des plus bénins aux plus forts entre un fils et sa mère, entre un père et sa fille; l'humanisme à fleur de peau lisez : "Les fauves sont en nous, il faut dormir debout avec une hache à la main" Conter la vie à la manière de notre époque.
Chanter "Les Divorcés" de Delpech, enfreindre les lois des "Khâgneux" voici la force de cette écriture fluide et adroite, riche en vocabulaire, c'est la signature de René Frégni.
À chaque page tournée nous attendons l'évènementiel alors que par pur bonheur nous assistons aux petits évènements de la vie d’aujourd’hui, petits mais si pesants dans toutes nos vies.
René va toujours aux Baumettes pour faire ses "ateliers d'écriture" ce nom qu'il trouve bête à mourrir et René continue d'aller voir sa mère.

A lire d’urgence !

Merci à Jean-François Méric qui m'a fait découvrir cet auteur, que vite j'ai recouvert de peur qu'il n'aie froid.

Xian
22 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mars 2007
Tout simplement magnifique... tendrement émouvant! l'amour d'un homme pour les femmes de sa vie ! dans un style où les mots dansent, passant de l'ombre à la lumière, dans un réalisme où de la simplicité jaillit le BEAU... c'est beau, c'est clair et limpide... c'est bon, et ce véritable HYMNE à l'amour régale l'âme et le ceur...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juin 2002
Après le départ de sa femme...son amour, René Frégni nous confie son amour pour sa mère et son amour pour sa fille.
C'est un livre merveilleux, qui se lit en une seule fois tant les mots dansent devant nos yeux.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avec ce livre autobiographique, René FREGNI nous propose un "roman médicament". L'écriture soulage l'écrivain torturé par les événements dramatiques de sa vie. Il fait des aller retours entre 2 faits qui ont marqué son existence : le décès de sa mère et le départ de sa femme. A chaque fois, il puise les ressources pour survivre dans la relation avec son enfant. Chaque mot rappelle combien la vie est fragile, sur un fond de désespoir et de dépression. Pour ceux qui ont traversé des épreuves, l'auteur décrit ce processus de l'intérieur, des étapes à passer, une à une, souvent dans la douleur.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 août 2015
Il y en a eu beaucoup des romans qui parlaient de l'amour maternel: Romain Gary, Cohen l'avaient fait.
Fregni aussi et c'est formidablement sensible et littéraire, tous les mots sont justes et sont les miroirs de nos propres sentiments.
J'ai pleuré à chaque page.
A lire absolument.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 janvier 2013
Un hymne à l'amour et à la vie. Un livre touchant d'une très grande délicatesse sur la vision de la perte d'un être cher, pas seulement par le biais de la mort mais aussi par le biais des aléas de la vie.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 décembre 2013
je ne connaissait pas du tout cet auteur et je suis agréablement surprise par son style et l'émotion qu'il nous fait partager magnifique un livre plein d'amour
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 mai 2016
Un grand plaisir de lire cet auteur natif du côté de Marseille, qui nous fait partager des épisodes de sa vie, sa nature environnante, la belle Provence,,, Qui se livre sur sa chère mère, personnage crucial de son existence, sur sa fille aussi
Il raconte les très sensibles derniers temps de sa maman, leur côte à côte d'amour, depuis toujours, C'est un auteur vibrant d'amour, d'éveil, enclin au partage vrai, un être à la vie intense qui parait garder en son coeur le souci de l' Autre, et qui puise son énergie dans ce qui sonne juste et vrai, dans la beauté des mots, celle de l'amitié, celle de la tendresse,,,,Découvert à l'émission La Grande Librairie, livre aimé, et je vais découvrir "la fiancée des corbeaux" d'une poésie toute fluide, humaine, chaleureuse, un certain courage révélé par l'écriture,
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,70 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)