Ajoutez à votre liste d'envies
Ellington At Newport (2 track)
 
Agrandissez cette image
 

Ellington At Newport (2 track)

1 décembre 2009 | Format : MP3

EUR 1,58 (TVA incluse le cas échéant)
Titre
Durée
Popularité  
30
1
23:55
30
2
20:20

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 1 décembre 2009
  • Label: Hallmark
  • Durée totale: 44:15
  • Genres:
  • ASIN: B0049ZVTSY
  • Moyenne des commentaires client : 4.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (13 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 48.463 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

4.9 étoiles sur 5
5 étoiles
12
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 13 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par DUNCANIDAHO TOP 500 COMMENTATEURS sur 2 octobre 2010
Format: CD
Pas besoin d'un long discours pour vous dire que ce disque fait partie des plus grands enregistrements live de tous les temps, toute musique confondue et pas seulement pour le mythique chorus de Paul Gonsalves, mais pour toutes les intros fantastiques (Take the A Train) à vous faire lever et taper dans les mains, tous les chorus géniaux (Johnny Hodges le vieux frère de Duke en tête) et pour les les coups de pattes du Duke.
Il règne dans ce disque une ambiance de fête extraordinaire.
Au point que cet album jubilatoire est peut être le premier à conseiller à quelqu'un qui voudrait découvrir cette musique magique.
Ce disque est aussi une preuve de plus du génie d'Edward Kennedy "Duke" Ellington, génie de composition, de direction d'orchestre et de pianiste.
2 Commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Paschel sur 22 juin 2011
Format: CD
La version référencée Complete a été réalisée avec de nouvelles bandes -c'est très bien expliqué dans le texte- et permet une écoute très nettement améliorée par rapport à la version officielle précédente en un disque, que l'on trouve encore, qui est en deux pistes plutôt qu'en stéréo et dont la balance est favorable à la foule, dont le bruit recouvre souvent le solo de Paul Gonsalves.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par XENOPHON TOP 500 COMMENTATEURS sur 29 janvier 2011
Format: CD Achat vérifié
J'emprunte ce mot à DuncanIdaho dont le commentaire dit tout ce qu'il y a dire. Pourquoi en rajouterai-je ? Parce que je suis bavard que cette musique est, en soi, une ode à la joie de vivre et que ce que fait Paul Gonçalves sur "Diminuendo and crescendo in blue" relève d'un "Exultate, Jubilate" des plus charnellement spirituels qui soit.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jean René TOP 100 COMMENTATEURS sur 15 janvier 2013
Format: CD Achat vérifié
Enregistrement quasi mythique pour les amateurs de jazz du fabuleux concert de Duke Ellington au festival de jazz de Newport en 1956. Les introductions par Duke Ellington, loin de m'agacer, contribuent à mon avis à nous plonger dans l'ambiance joyeuse et passionnée de ce bouillonnement artistique exceptionnel; nous sommes en 56 sur la puritaine côte Est (Rhode Island... un des speakers dans cet enregistrement parle plaisamment de province à un musicien venu de Los Angeles ), dans un pays où la ségrégation raciale est encore de mise et les tensions parfois violentes - quelques années seulement avant l'assassinat de J.F.K.; mais les grands musiciens de jazz sont, depuis avant-guerre, de véritables stars adulées par les amateurs blancs et noirs indistinctement. La musique, décidément, traverse les frontières et les abat. Tout dans cet enregistrement est fabuleux; seul manque un livret qui nous parlerait d'Ellington et du festival de Newport.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par melomane75 sur 23 novembre 2009
Format: CD
Où en est Duke à cet époque ? De 1947 à 1951, le compositeur cesse pratiquement de composer et fait plusieurs tournées dont une européenne où le groupe joue 74 spectacles en 77 soirs.
En 1951, l''orchestre d''Ellington perd beaucoup de lustre avec le départ de Sonny Greer, Lawrence Brown et Johnny Hodges qui veulent évoluer en solo. Malgré tout, Duke continue de faire plusieurs apparitions dans différentes émissions télévisées.
La prestation d'Ellington au festival de Jazz de Newport en 1956 lui redonne de la visibilité et un nouveau public commence à s'intéresser à sa musique.

Ce live est un bonheur du début à la fin.
Mais qu'est-ce que ça swingue ! Les cuivres y sont magnifiques et Duke en grand orchestrateur de ce joli petit monde nous livre des sessions exquises à l'écoute. On entend même les soupirs et les rires de satisfaction de Duke quand ça swingue grave ! .. Pour ceux qui n'aime pas le Jazz, on ne peut pas dire que ce soit un jazz difficile d'écoute.
Concernant les longs chorus de sax, pour ma part j'aime assez comme dans le Funk où les titres de Georges Clinton font 20 minutes sur scène. Pour le Solo de sax de 14 minutes légendaire critiqué dans le com de j-jp, PRINCE nous a donné une sorte d'explication dans son interview au magasine "Vibrations" en 2001 :

VIBRATIONS : Quelles sont vos plus mémorables jam sessions?
PRINCE : Il y en a tellement... Je me souviens de «Courtin Time» et de mon saxophoniste Eric Leeds prenant un solo de vingt minutes.
Lire la suite ›
2 Commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par melomane75 sur 23 novembre 2009
Format: CD Achat vérifié
Où en est Duke à cet époque ? De 1947 à 1951, le compositeur cesse pratiquement de composer et fait plusieurs tournées dont une européenne où le groupe joue 74 spectacles en 77 soirs.
En 1951, l''orchestre d''Ellington perd beaucoup de lustre avec le départ de Sonny Greer, Lawrence Brown et Johnny Hodges qui veulent évoluer en solo. Malgré tout, Duke continue de faire plusieurs apparitions dans différentes émissions télévisées.
La prestation d'Ellington au festival de Jazz de Newport en 1956 lui redonne de la visibilité et un nouveau public commence à s'intéresser à sa musique.

Ce live est un bonheur du début à la fin.
Mais qu'est-ce que ça swingue ! Les cuivres y sont magnifiques et Duke en grand orchestrateur de ce joli petit monde nous livre des sessions exquises à l'écoute. On entend même les soupirs et les rires de satisfaction de Duke quand ça swingue grave ! .. Pour ceux qui n'aime pas le Jazz, on ne peut pas dire que ce soit un jazz difficile d'écoute.
Concernant les longs chorus de sax, pour ma part j'aime assez comme dans le Funk où les titres de Georges Clinton font 20 minutes sur scène. Pour le Solo de sax de 14 minutes légendaire critiqué dans le com de j-jp, PRINCE nous a donné une sorte d'explication dans son interview au magasine "Vibrations" en 2001 :

VIBRATIONS : Quelles sont vos plus mémorables jam sessions?
PRINCE : Il y en a tellement... Je me souviens de «Courtin Time» et de mon saxophoniste Eric Leeds prenant un solo de vingt minutes.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Commentaires client les plus récents

Rechercher

Rechercher des articles similaires par rubrique