Emmanuelle Haim

Top albums (Voir les 10)


Voir les 10 albums de Emmanuelle Haim


Image de Emmanuelle Haim
Fourni par l'artiste ou son représentant

Biographie

Chef d’orchestre et claveciniste, aujourd’hui directrice artistique du Concert d’Astrée, Emmanuelle Haïm est aussi pianiste et organiste de formation. Après des études de clavecin auprès de Kenneth Gilbert et de Christophe Rousset, et de nombreux Premiers Prix au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, sa passion pour l’expression vocale la pousse à se consacrer à la direction du chant, d’abord au Centre de Musique Baroque de Versailles, puis au CNSMDP où elle est professeur de nombreuses années.
C’est tout naturellement qu’elle commence à diriger, et on la retrouve bientôt sur ... Lire la suite

Chef d’orchestre et claveciniste, aujourd’hui directrice artistique du Concert d’Astrée, Emmanuelle Haïm est aussi pianiste et organiste de formation. Après des études de clavecin auprès de Kenneth Gilbert et de Christophe Rousset, et de nombreux Premiers Prix au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, sa passion pour l’expression vocale la pousse à se consacrer à la direction du chant, d’abord au Centre de Musique Baroque de Versailles, puis au CNSMDP où elle est professeur de nombreuses années.
C’est tout naturellement qu’elle commence à diriger, et on la retrouve bientôt sur les plus prestigieuses scènes internationales en tant que chef invitée pour diriger des formations de renom. En 2001, elle connaît un succès retentissant au Glyndebourne Touring Opera, avec Rodelinda, puis Theodora de Händel en 2003. Elle est la première femme à diriger la compagnie du Chicago Lyric Opera dans Giulio Cesare, en 2007. Artiste fidèle du Glyndebourne Festival Opera, elle y présente à l’été 2008, L’incoronazione di Poppea de Monteverdi. Par ailleurs, elle dirige régulièrement l’Orchestra of the Age of Enlightenment, l’Orchestre Symphonique de Birmingham (CBSO), le Scottish Chamber Orchestra, le Deutsches Sinfonie Orchester Berlin ainsi que le Hessischer Rundfunk Orchestra (Francfort). En mars 2008, Emmanuelle Haïm est pour la première fois à la tête de l’Orchestre Philharmonique de Berlin et est d’ores et déjà invitée à s’y reproduire.
En 2000, Emmanuelle Haïm fonde son propre ensemble baroque, Le Concert d’Astrée, qu’elle mène rapidement sur les chemins du succès. L’Orchestre se produit aussi bien dans Rameau ou Lully que dans Monteverdi, Purcell, Händel ou encore Mozart. De Paris à New York et dans de nombreux festivals en France et à l’étranger - Londres, Berlin, Salzbourg, Amsterdam - Le Concert d’Astrée enchaîne les représentations. Ce succès est couronné en 2003 par la Victoire de la Musique Classique récompensant le meilleur ensemble de l’année. En 2004, l’Orchestre s’installe en résidence à l’Opéra de Lille. Emmanuelle Haïm et Le Concert d’Astrée y donnent les représentations scéniques de Tamerlano de Händel, puis L’Orfeo de Monteverdi (automne 2005). En 2005, pour poursuivre son projet avec Le Concert d’Astrée, elle crée le Chœur du Concert d’Astrée qui se joint à l’Orchestre sur de nombreux projets.
Lors des productions lyriques scéniques, Emmanuelle Haïm et Le Concert d’Astrée collaborent avec de grands noms de la mise en scène comme Jean-François Sivadier, Ivan Alexandre, Robert Wilson, David McVicar, Giorgio Barberio Corsetti, Sandrine Anglade. Parmi les versions scéniques dirigées par Emmanuelle Haïm, citons Thésée de Lully, Hippolyte et Aricie de Rameau, Giulio Cesare de Händel, L’Orfeo de Monteverdi, Les Noces de Figaro de Mozart, The Fairy Queen de Purcell… On la retrouvera bientôt dans Giulio Cesare avec Le Concert d’Astrée, à l’Opéra de Paris en 2011.
En 2001, Emmanuelle Haïm et Le Concert d’Astrée signent un contrat d’exclusivité avec le label Virgin Classics. Les enregistrements sont abondamment récompensés par la critique : en France, par les Victoires de la Musique classique (Lamenti, meilleur enregistrement en 2009, Carestini, Disque de l’année en 2008 et Meilleur ensemble de l’année pour Le Concert d’Astrée en 2003) comme à l’étranger. Citons notamment Dido and Aeneas qui a reçu en 2003, le célèbre Echo Deutscher Musikpreis en 2003.

Fidèle représentante du baroque et du savoir-faire musical français, Emmanuelle Haïm est Chevalier des Arts et des Lettres. Elle s’est vue remettre les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur en juillet 2009.

Cette biographie a été fournie par l'artiste ou son représentant.

Chef d’orchestre et claveciniste, aujourd’hui directrice artistique du Concert d’Astrée, Emmanuelle Haïm est aussi pianiste et organiste de formation. Après des études de clavecin auprès de Kenneth Gilbert et de Christophe Rousset, et de nombreux Premiers Prix au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, sa passion pour l’expression vocale la pousse à se consacrer à la direction du chant, d’abord au Centre de Musique Baroque de Versailles, puis au CNSMDP où elle est professeur de nombreuses années.
C’est tout naturellement qu’elle commence à diriger, et on la retrouve bientôt sur les plus prestigieuses scènes internationales en tant que chef invitée pour diriger des formations de renom. En 2001, elle connaît un succès retentissant au Glyndebourne Touring Opera, avec Rodelinda, puis Theodora de Händel en 2003. Elle est la première femme à diriger la compagnie du Chicago Lyric Opera dans Giulio Cesare, en 2007. Artiste fidèle du Glyndebourne Festival Opera, elle y présente à l’été 2008, L’incoronazione di Poppea de Monteverdi. Par ailleurs, elle dirige régulièrement l’Orchestra of the Age of Enlightenment, l’Orchestre Symphonique de Birmingham (CBSO), le Scottish Chamber Orchestra, le Deutsches Sinfonie Orchester Berlin ainsi que le Hessischer Rundfunk Orchestra (Francfort). En mars 2008, Emmanuelle Haïm est pour la première fois à la tête de l’Orchestre Philharmonique de Berlin et est d’ores et déjà invitée à s’y reproduire.
En 2000, Emmanuelle Haïm fonde son propre ensemble baroque, Le Concert d’Astrée, qu’elle mène rapidement sur les chemins du succès. L’Orchestre se produit aussi bien dans Rameau ou Lully que dans Monteverdi, Purcell, Händel ou encore Mozart. De Paris à New York et dans de nombreux festivals en France et à l’étranger - Londres, Berlin, Salzbourg, Amsterdam - Le Concert d’Astrée enchaîne les représentations. Ce succès est couronné en 2003 par la Victoire de la Musique Classique récompensant le meilleur ensemble de l’année. En 2004, l’Orchestre s’installe en résidence à l’Opéra de Lille. Emmanuelle Haïm et Le Concert d’Astrée y donnent les représentations scéniques de Tamerlano de Händel, puis L’Orfeo de Monteverdi (automne 2005). En 2005, pour poursuivre son projet avec Le Concert d’Astrée, elle crée le Chœur du Concert d’Astrée qui se joint à l’Orchestre sur de nombreux projets.
Lors des productions lyriques scéniques, Emmanuelle Haïm et Le Concert d’Astrée collaborent avec de grands noms de la mise en scène comme Jean-François Sivadier, Ivan Alexandre, Robert Wilson, David McVicar, Giorgio Barberio Corsetti, Sandrine Anglade. Parmi les versions scéniques dirigées par Emmanuelle Haïm, citons Thésée de Lully, Hippolyte et Aricie de Rameau, Giulio Cesare de Händel, L’Orfeo de Monteverdi, Les Noces de Figaro de Mozart, The Fairy Queen de Purcell… On la retrouvera bientôt dans Giulio Cesare avec Le Concert d’Astrée, à l’Opéra de Paris en 2011.
En 2001, Emmanuelle Haïm et Le Concert d’Astrée signent un contrat d’exclusivité avec le label Virgin Classics. Les enregistrements sont abondamment récompensés par la critique : en France, par les Victoires de la Musique classique (Lamenti, meilleur enregistrement en 2009, Carestini, Disque de l’année en 2008 et Meilleur ensemble de l’année pour Le Concert d’Astrée en 2003) comme à l’étranger. Citons notamment Dido and Aeneas qui a reçu en 2003, le célèbre Echo Deutscher Musikpreis en 2003.

Fidèle représentante du baroque et du savoir-faire musical français, Emmanuelle Haïm est Chevalier des Arts et des Lettres. Elle s’est vue remettre les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur en juillet 2009.

Cette biographie a été fournie par l'artiste ou son représentant.

Chef d’orchestre et claveciniste, aujourd’hui directrice artistique du Concert d’Astrée, Emmanuelle Haïm est aussi pianiste et organiste de formation. Après des études de clavecin auprès de Kenneth Gilbert et de Christophe Rousset, et de nombreux Premiers Prix au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, sa passion pour l’expression vocale la pousse à se consacrer à la direction du chant, d’abord au Centre de Musique Baroque de Versailles, puis au CNSMDP où elle est professeur de nombreuses années.
C’est tout naturellement qu’elle commence à diriger, et on la retrouve bientôt sur les plus prestigieuses scènes internationales en tant que chef invitée pour diriger des formations de renom. En 2001, elle connaît un succès retentissant au Glyndebourne Touring Opera, avec Rodelinda, puis Theodora de Händel en 2003. Elle est la première femme à diriger la compagnie du Chicago Lyric Opera dans Giulio Cesare, en 2007. Artiste fidèle du Glyndebourne Festival Opera, elle y présente à l’été 2008, L’incoronazione di Poppea de Monteverdi. Par ailleurs, elle dirige régulièrement l’Orchestra of the Age of Enlightenment, l’Orchestre Symphonique de Birmingham (CBSO), le Scottish Chamber Orchestra, le Deutsches Sinfonie Orchester Berlin ainsi que le Hessischer Rundfunk Orchestra (Francfort). En mars 2008, Emmanuelle Haïm est pour la première fois à la tête de l’Orchestre Philharmonique de Berlin et est d’ores et déjà invitée à s’y reproduire.
En 2000, Emmanuelle Haïm fonde son propre ensemble baroque, Le Concert d’Astrée, qu’elle mène rapidement sur les chemins du succès. L’Orchestre se produit aussi bien dans Rameau ou Lully que dans Monteverdi, Purcell, Händel ou encore Mozart. De Paris à New York et dans de nombreux festivals en France et à l’étranger - Londres, Berlin, Salzbourg, Amsterdam - Le Concert d’Astrée enchaîne les représentations. Ce succès est couronné en 2003 par la Victoire de la Musique Classique récompensant le meilleur ensemble de l’année. En 2004, l’Orchestre s’installe en résidence à l’Opéra de Lille. Emmanuelle Haïm et Le Concert d’Astrée y donnent les représentations scéniques de Tamerlano de Händel, puis L’Orfeo de Monteverdi (automne 2005). En 2005, pour poursuivre son projet avec Le Concert d’Astrée, elle crée le Chœur du Concert d’Astrée qui se joint à l’Orchestre sur de nombreux projets.
Lors des productions lyriques scéniques, Emmanuelle Haïm et Le Concert d’Astrée collaborent avec de grands noms de la mise en scène comme Jean-François Sivadier, Ivan Alexandre, Robert Wilson, David McVicar, Giorgio Barberio Corsetti, Sandrine Anglade. Parmi les versions scéniques dirigées par Emmanuelle Haïm, citons Thésée de Lully, Hippolyte et Aricie de Rameau, Giulio Cesare de Händel, L’Orfeo de Monteverdi, Les Noces de Figaro de Mozart, The Fairy Queen de Purcell… On la retrouvera bientôt dans Giulio Cesare avec Le Concert d’Astrée, à l’Opéra de Paris en 2011.
En 2001, Emmanuelle Haïm et Le Concert d’Astrée signent un contrat d’exclusivité avec le label Virgin Classics. Les enregistrements sont abondamment récompensés par la critique : en France, par les Victoires de la Musique classique (Lamenti, meilleur enregistrement en 2009, Carestini, Disque de l’année en 2008 et Meilleur ensemble de l’année pour Le Concert d’Astrée en 2003) comme à l’étranger. Citons notamment Dido and Aeneas qui a reçu en 2003, le célèbre Echo Deutscher Musikpreis en 2003.

Fidèle représentante du baroque et du savoir-faire musical français, Emmanuelle Haïm est Chevalier des Arts et des Lettres. Elle s’est vue remettre les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur en juillet 2009.

Cette biographie a été fournie par l'artiste ou son représentant.

Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page