EUR 11,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Empreintes : Regards sur la création musicale contemporaine Broché – 23 décembre 2008


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 11,00
EUR 11,00 EUR 9,35

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Eric Humbertclaude, organiste né en 1961, a écrit sur les œuvres de Tristan Murail, Pierre Boulez, ainsi que sur les écrits de Pierre Souvtchinski.


Détails sur le produit

  • Broché: 82 pages
  • Editeur : L'Harmattan (23 décembre 2008)
  • Collection : Univers musical
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2296069797
  • ISBN-13: 978-2296069794
  • Dimensions du produit: 21,5 x 0,5 x 13,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 810.585 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par jwinter sur 28 février 2009
Format: Broché
L'auteur pose un regard lucide sur les compositeurs contemporains et la "création musicale".
Il dénonce l'attitude ambiguë de Bruno Mantovani qui flirte avec Gesualdo (dans Time stretch, 2006) sans pour autant "transformer l'emprunt en singularisant l'empreinte" (cf. p. 13) comme le faisait en son temps Brahms et tant d'autres. Mantovani, pourtant connaisseur de la musique avec la floppée des prix de conservatoire qu'il a glanés, reste en retrait de l'œuvre qu'il compose.
Faire du neuf avec du vieux, c'est un peu le problème des compositeurs actuels.
Mais à bricoler ainsi, on tourne en rond.

Du groupe Laibach (fils spirituels de... Kraftwerk !) et ses concerts qui dépersonnalisent l'écoute à François Nicolas et ses propos délirants ("l'œuvre se met à écouter la musique", cf. p. 21) : dans les 2 cas, l'œuvre se suffit à elle même, elle domine. Tout le contraire des siècles passés à maîtriser l'écriture ("Ravel le soutenait, le compositeur doit maîtriser la sensualité et l'empirisme de la future exécution de son œuvre", cf. p. 22).
Bref, ces propos feraient sourire si on ne savait pas que François Nicolas est LA référence dans le sérail des intellos-bobos d'aujourd'hui... (et gare à qui le critique !)

On dirait que la nullité de beaucoup de compositeurs contemporains conduit l'auteur à revenir aux origines de notre cerveau et de son usage auditif : la paléo-acoustique (et le lien entre peintures préhistoriques et acoustique des grottes.) S'inspirant de l'attitude des magdaléniens ("le volume des lieux et des volumes détermine un timbre spécifique (...
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?