undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
En Amazonie : infiltré dans le "meilleur des mondes" et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 7 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
En Amazonie: infiltr&eacu... a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 4 images

En Amazonie: infiltré dans le "meilleur des mondes" Broché – 2 mai 2013


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 15,00
EUR 11,55 EUR 6,77

Rentrée Littéraire 2015 : découvrez toutes les nouveautés de la rentrée en livre et ebook Rentrée Littéraire 2015 : découvrez toutes les nouveautés de la rentrée en livre et ebook


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

En Amazonie: infiltré dans le "meilleur des mondes" + La dispute des économistes
Prix pour les deux : EUR 23,00

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Pour son pic d’activité, à l’approche des fêtes de Noël 2012, Amazon recrute des milliers d’intérimaires. Pour la première fois en France, un journaliste décide d’infiltrer un entrepôt logistique du géant du commerce en ligne. Il intègre l’équipe de nuit. Après avoir souscrit au credo managérial et appris la novlangue de l’entreprise, c’est la plongée dans la mine : il sera pickeur, chargé d’extraire de leurs bins (cellules) des milliers de « produits culturels », amassés sur des kilomètres de rayonnages, marchandises qu’il enverra se faire emballer à la chaîne par un packeur, assigné à cette tâche. Chaque nuit, le pickeur courra son semi-marathon, conscient de la nécessité de faire une belle performance, voire de battre son record, sous le contrôle vigilant et constant des leads (contremaîtres), planqués derrière des écrans : ils calculent en temps réel la cadence de chacun des mouvements des ouvriers, produisent du ratio et admonestent dès qu’un fléchissement est enregistré... Bienvenue dans le pire du « meilleur des mondes », celui qui réinvente le stakhanovisme et la délation sympathiques, avec tutoiement. Plus de quarante-deux heures nocturnes par semaine, en période de pointe. Un récit époustouflant. Jean-Baptiste Malet nous entraîne de l’autre côté de l’écran, une fois la commande validée. La librairie en ligne n’a plus rien de virtuel, l’acheteur ne pourra plus dire qu’il ignorait tout de la condition faite aux « amazoniens ».

Jean-Baptiste Malet est journaliste. Âgé de vingt-six ans, il est l’auteur d’un premier livre : Derrière les lignes du Front (Golias, 2011).

Biographie de l'auteur

Jean-Baptiste Malet est journaliste. Agé de vingt-six ans, il est l'auteur d'un premier livre : derrière les lignes du Front (Golias, 2011).



Détails sur le produit

  • Broché: 168 pages
  • Editeur : Fayard (2 mai 2013)
  • Collection : Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2213677654
  • ISBN-13: 978-2213677651
  • Dimensions du produit: 13,6 x 1,8 x 21,2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (61 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 40.336 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Jean-Baptiste Malet est journaliste. Il est l'auteur du livre "En Amazonie" (Fayard, 2013). En Amazonie est une enquête sur le géant du commerce en ligne Amazon. Pour découvrir les coulisses d'Amazon et contourner l'interdiction de parler à la presse à laquelle les travailleurs Amazon sont astreints par leur règlement intérieur, Jean-Baptiste Malet s'est fait embaucher comme intérimaire dans le centre logistique de Montélimar, en équipe de nuit. Le récit décrit les conditions de travail des nombreux intérimaires travaillant pour Amazon, ces « nouveaux prolétaires dont nous créons tous les jours les jobs, à coups de clics » a écrit Le Nouvel Observateur. L'auteur attaque l'idée selon laquelle Amazon crée véritablement des emplois en France : « Si en effet, sur le court terme, Amazon crée de l'emploi, la concurrence d'Amazon fait en revanche fermer en masse d'autres points de ventes de livres en supprimant des postes. Indirectement, l'argent public versé à ce genre d'entreprises lors de la création d'entrepôts produit du chômage » affirme-t-il. Pour le journal Le Monde : « Au delà de ces conditions de travail dégradantes et infantilisantes, l'auteur replace cette expérience dans le contexte économique de la crise du marché du travail où prolifèrent les contrats précaires. ». Libération considère pour sa part : « Le livre de Jean-Baptiste Malet décrit un univers incroyable aux accents totalitaires, qui paraît ramener au XIXe siècle. » L'ouvrage est publié en Italie aux éditions Kogoi et en Espagne chez Trama Editorial. Interrogé à propos du fait que son livre soit vendu sur Amazon par Amazon, Jean-Baptiste Malet a répliqué : « C'est un coup de maître d'Amazon qui m'a donné beaucoup de fil à retordre dans les médias. En faisant cela, ils ont obtenu ce qu'ils souhaitaient : faire en sorte que je passe pour un journaliste entretenant une contradiction, un journaliste dénonçant un système qui lui permet de vendre son livre. C'est très bien joué de leur part. Ce qu'ils ne savent peut-être pas, c'est que des anciens clients d'Amazon m'écrivent aussi pour me dire : « Votre livre est le dernier article que j'ai commandé chez Amazon avant de fermer définitivement mon compte." »

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

108 internautes sur 133 ont trouvé ce commentaire utile  Par Thierry le 4 mai 2013
Format: Broché
Cela paraît si aberrant qu'un employé puisse faire 25 km de marche par jour? C'est pourtant la triste vérité des nouveaux arrivants que l'on n'hésite pas à faire marcher pendant 7h, tous les jours pendant 2 mois avant de les former à l'emballage des articles. Tout cela avec 2 mini-pauses qui ne sont pas d'ailleurs de 20 minutes mais de 15 (moins les 8 à 10 minutes de déplacement plus la queue aux portiques de sécurité ou TOUS les employés doivent passer systématiquement à chaque pause). C'est effectivement difficile à concevoir et c'est pourtant bien vrai. Comment je le sais? J'y ai moi-même travaillé pendant 2 ans.
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
20 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile  Par Romur TOP 500 COMMENTATEURS le 10 octobre 2014
Format: Broché
Arrivée sous la pluie, un « panneau de fer », des « canalisations rouge sang », une « méchante lumière »… Au bout de moins de deux pages, on aura compris que JM Malet a décidé de rédiger un essai à charge, avec les ficelles, pardon les cordes, habituelles du métier : la cible voyante (entreprise américaine multinationale), la dénonciation des conditions des travailleurs et les allusions ou sous-entendus accusateurs quand sa faible enquête ne lui permet pas d’obtenir d’élément concret.
Ca fait un peu « Candide à l’usine » quand il explique que les chaussures de sécurité sont lourdes et encombrantes (ben oui, elles ont une coque renforcée pour protéger) ou quand il tourne en dérision les consignes de sécurité (ces petites règles tatillonnes peuvent paraitre stupides mais ce sont les petits trucs qui limitent les accidents bêtes, comme de mettre son clignotant).
JM Malet est un peu jeune et un peu ignorant du monde réel. Avant d’aller chez Amazon, il faudrait qu’il aille voir les conditions de travail dans n’importe quel entrepôt, dans une usine d’assemblage, dans une usine de tri des ordures ménagères, à Rungis tous les matins aux aurores, dans un hôpital... Avec un peu plus de maturité et un peu moins de naïveté il aurait pu aboutir à un reportage beaucoup plus percutant et pertinent, pas nous raconter que le travail physique ça fait mal aux muscles, que le travail de nuit c’est fatiguant et que finalement il n’a pas grand-chose à dire parce que pas grand monde a voulu lui parler. Il aurait aussi fallu y passer plus de deux semaines… on est loin des grands journalistes d’investigation.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
15 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile  Par Grégoire le 9 décembre 2013
Format: Broché Achat vérifié
Voici une sélection des comptes rendus d'élèves en 2e année d'informatique à l'Ecole des métiers de Lausanne, placés sous ma responsabilité.

Ludovic Barraud:
"Certes, tout travail mérite salaire et pour cela, il est clair que se fatiguer à la tâche fait partie du contrat. Le travailleur en est conscient lorsqu’il le signe, cependant cela justifie-t-il que l’on traite les employés d’Amazon comme des vaches à lait ? Et tout cela pour n’enrichir que quelques personnes haut placées qui n’ont apparemment aucune mauvaise conscience vis-à-vis des conditions imposées à leurs employés. Se fatiguer au travail est inéluctable, mais le cynisme hiérarchique présent envers le plus bas niveau (intérimaires) me dégoûte.
a été prouvé qu’un salarié heureux ou du moins respecté par ses supérieurs pour le travail qu’il effectue le met dans de meilleures conditions pour accomplir des tâches de qualité supérieure. Mettre tous ces intérimaires en compétition est peut-être facteur d’augmentation de leur production de colis, mais dans le fond cela repose sur des principes malsains qui ne font qu’entretenir de mauvaises relations entre collègues. Et finalement à quoi bon se tuer au travail, sacrifier sa vie sociale et ne même pas pouvoir dépenser son salaire tant l’extrême fatigue physique et mentale est présente à la fin de la journée. Des nouvelles récemment tombées affirment que des campus sont en projet de construction autour de certaines usines d’Amazon, notamment à Seattle.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
29 internautes sur 38 ont trouvé ce commentaire utile  Par babiole le 8 octobre 2013
Format: Broché Achat vérifié
mais, travaillant dans la grande distribution, j'invite l'auteur à venir y faire un tour. Il y a bien d'autres lieux de travail ou il faut galoper, subir de nombreuses pressions pour gagner fastidieusement se vie. Je trouve M. Malet un brin naïf sur le monde des "petits travailleurs". Je ne me suis (peut-être malheureusement) pas offusquée en lisant cette histoire, contrairement au désir de son auteur et de la personne qui m'a conseillé cette lecture.
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
21 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile  Par Ludwig Jean Sébastien TOP 50 COMMENTATEURS le 7 novembre 2013
Format: Format Kindle
Un mois avant Noël 2012, au moment du plus gros pic d'activité de l'année, le journaliste Jean-Baptiste Malet se fait embaucher comme intérimaire sur la plate-forme Amazon de Montélimar (Drôme). Il estime que c'est le seul moyen de découvrir ce qui se passe réellement dans cet entrepôt géant, grand comme plusieurs terrains de football car Amazon refuse de communiquer avec la presse et interdit même à ses ouvriers de parler à qui que ce soit de leurs conditions de travail. Il va découvrir le travail du picker, qui consiste à parcourir chaque nuit plus de vingt kilomètres pour aller chercher les produits dans les rayonnages, les scanner, les placer dans un chariot et les amener au packer, celui qui pendant ce temps reste six heures debout à emballer les dits objets culturels ou non. Et il va s'apercevoir que c'est un travail épuisant, que les cadences sont infernales, qu'il est perpétuellement surveillé par caméras et ordinateurs et poussé par des leads et des managers à donner le meilleur de lui-même quitte à tomber d'épuisement pour un salaire de misère.
Ce compte-rendu d'infiltration est à la fois édifiant (quel client commandant tranquillement sur Internet s'imagine vraiment ce qu'implique son acte ?) et inquiétant.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?