EUR 16,25 + EUR 2,79 Livraison
En stock. Vendu par Base Commerce

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • En quatrième vitesse
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

En quatrième vitesse


Prix : EUR 16,25
Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par Base Commerce.
3 neufs à partir de EUR 15,00 5 d'occasion à partir de EUR 8,70

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

En quatrième vitesse + Les Inconnus dans la ville [Édition Collector]
Prix pour les deux : EUR 29,15

Ces articles sont vendus et expédiés par des vendeurs différents.

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • Acteurs : Ralph Meeker, Albert Dekker, Paul Stewart, Juano Hernandez, Wesley Addy
  • Réalisateurs : Ralph Meeker, Albert Dekker, Paul Stewart, Juano Hernandez, Wesley Addy
  • Format : Couleur, Dolby, Mono, Cinémascope, PAL
  • Audio : Allemand (Dolby Digital 2.0 Mono), Anglais (Dolby Digital 2.0 Mono), Italien (Dolby Digital 2.0 Mono), Français (Dolby Digital 2.0 Mono), Espagnol (Dolby Digital 2.0 Mono)
  • Sous-titres : Espagnol, Allemand, Français, Italien, Anglais, Grec, Néerlandais
  • Région : Région 2 (Ce DVD ne pourra probablement pas être visualisé en dehors de l'Europe. Plus d'informations sur les formats DVD/Blu-ray.).
  • Rapport de forme : 1.66:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : MGM
  • Date de sortie du DVD : 16 septembre 2003
  • Durée : 102 minutes
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (20 commentaires client)
  • ASIN: B0000AMKFQ
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 43.220 en DVD & Blu-ray (Voir les 100 premiers en DVD & Blu-ray)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Contenu additionnel

1 Bande-annonce en VO

Descriptions du produit

Descriptions du produit

Mike Hammer, tout le monde connaît le privé désabusé issu des romans de Mickey Spillane. Passéàla moulinette de Robert Aldrich â€Â"Les 12 salopards, Vera Cruzâ€Â", il devient le symbole d'une humanité déboussolée et paranoïaque àl'Úre atomique… Cauchemar étouffant, En quatriÚme vitesse marque une dateÃ'Â: entre parabole et thriller, il joue sur des registres inhabituels pour un genre aussi codé que le polar. À l'image de cette impressionnante scÚne inaugurale â€Â" une femme en proie àune peur panique, visiblement nue sous son imper, court dans la nuit. Une image entêtante comme un cauchemar, réactivée par un final dont les disséminations irradient encore la mémoire de tous les cinéphiles… Suggestions érotiques, violence des combats, noir et blanc poisseux comme la mort, tout le style d'Aldrich se trouve condensé dans ce qui reste son film le plus percutant. Et le plus pessimiste. Tourné en pleine guerre froide et au plus fort du maccarthysme , il reflÚte tel un miroir déformant l'esprit d'un pays en proie àla peur et la paranoïa. Stylé, dérangeant, cauchemardesque, En quatriÚme vitesse est un véritable coup de génie dans l'œuvre d'Aldrich, une sorte de chaînon manquant entre Orson Welles et David Lynch. --Sylvain Lefort

Amazon.fr

Mike Hammer, tout le monde connaît le privé désabusé issu des romans de Mickey Spillane. Passé à la moulinette de Robert Aldrich – Les 12 salopards, Vera Cruz –, il devient le symbole d'une humanité déboussolée et paranoïaque à l'ère atomique… Cauchemar étouffant, En quatrième vitesse marque une date : entre parabole et thriller, il joue sur des registres inhabituels pour un genre aussi codé que le polar. À l'image de cette impressionnante scène inaugurale – une femme en proie à une peur panique, visiblement nue sous son imper, court dans la nuit. Une image entêtante comme un cauchemar, réactivée par un final dont les disséminations irradient encore la mémoire de tous les cinéphiles… Suggestions érotiques, violence des combats, noir et blanc poisseux comme la mort, tout le style d'Aldrich se trouve condensé dans ce qui reste son film le plus percutant. Et le plus pessimiste. Tourné en pleine guerre froide et au plus fort du maccarthysme , il reflète tel un miroir déformant l'esprit d'un pays en proie à la peur et la paranoïa. Stylé, dérangeant, cauchemardesque, En quatrième vitesse est un véritable coup de génie dans l'œuvre d'Aldrich, une sorte de chaînon manquant entre Orson Welles et David Lynch. --Sylvain Lefort

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

24 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile  Par zybine, amateur éclairé TOP 100 COMMENTATEURS le 25 octobre 2010
Format: DVD
Ce classique du film noir daté de 1955 est, comme tous les vrais grands classiques, un objet cinématographique innovant et qui s'écarte assez largement des règles du genre, qu'il illustre et dépasse à la fois. Au commencement, Hammer prend en stop une échappée d'un asile. Il a peu de temps pour profiter du covoiturage puisqu'un groupe de malfrats les séquestre et entend les faire disparaître. Réchappé du saut dans le précipice, Hammer n'aura de cesse de retrouver les malfrats - lesquels courent après une mystérieuse malette.
Le script du grand scénariste A.I.Bezzerides commence comme un de ces romans ordinaires de Mickey Spillane consacrés au privé Mike Hammer. La première partie de 'Kiss me deadly' reprend donc parfaitement les canons du genre : Hammer est bourru et individualiste; plusieurs femmes gravitent autour de lui ; policiers et malfaiteurs viennent les uns après les autres contrarier son enquête. Quand la lumière se fait peu à peu sur les motifs des uns et des autres, le film se tend d'une atmosphère plus sombre, presqu'onirique avant d'opérer une spectaculaire bascule vers la SF - ou au moins l'anticipation. Admirablement mené (quel rythme !), admirablement photographié, perpétuellement étonnant (les raccords brutaux annoncent déjà la nouvelle vague), le film bénéficie aussi fortement de son casting, composé d'inconnus et de nouveaux venus qui confèrent une étrange saveur aux aventures de Mike Hammer. Aldrich ne nous a pas habitués par la suite à cette sécheresse et cette tension.
Ne manquez pas ce film d'une puissance atomique.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Ada Leema COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 10 COMMENTATEURS le 23 juillet 2013
Format: DVD Achat vérifié
Que dire de plus que ceux passés avant moi??
Voici le type de film pour lequel j'accepterais volontiers de devenir amnésique à chaque vision pour avoir l'impression de le découvrir pour la 1ère fois, encore et encore. Récit pour hommes avec des hommes, des vrais, des castagneurs, des mauvais garçons aux manières de voyous dévergondés et irrévérencieux au possible, "En 4ème vitesse" se prend un virage dangereux et louche sans gêne ni fausse pudeur du côté du surnaturel, de l'indicible et du mystérieux. Nous laissant sans souffle et au bord du gouffre, Robert Aldrich magnifie son chef d'oeuvre par l'intermédiaire de Ralph Meeker, dans le rôle de Mike Hammer. Brutal, animal et brut de brut, cet homme est magnifique.
Le grand "gimmick" du film est la révélation de la nature de ce que cherchent tous les zozos rencontrés. Une scène étrange qui clôt un film en état de grâce. Merci à tous ceux qui ont fouillé et trifouillé leur imagination pour nous concocter ce joyau, funambule habile et talentueux sur le fil du rasoir.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Remy Pignatiello TOP 500 COMMENTATEURS le 23 novembre 2013
Format: Blu-ray Achat vérifié
Va va voom ! Pretty Pow !

Dans un cas comme dans l'autre, le rendu visuel est virtuellement identique. La palette de gris est bien traitée, sans noirs bouchés ou blancs brûlés. L'image est dans l'ensemble très belle, et plutôt propre, même si on pourra déceler quelques rayures tenaces mais assez faibles en intensité. Seul un plan est beaucoup plus touché car parsemé de rayures et poussières très visibles (environ 10 sec à la 65e minute). Si la définition est très souvent au rendez vous, on remarquera aussi un nombre assez conséquent de plans à la netteté plus faible. Cependant, l'absence de bidouillage numérique permet de conserver les qualités et les faiblesses telles quelles pour un rendu filmique très naturel. A ce jeu là, on pourra remarquer le seul tout petit avantage du disque Criterion : un grain fin un chouïa mieux géré. Bref, un bon rendu même si on a déjà vu plus impressionnant.

Même constat sur le son, avec une sonorité identique entre le Carlotta et le Criterion, malgré l'encodage différent (les formats habituels chez chacun : DTS HD MA chez Carlotta, LPCM chez Criterion). Si la piste est parfois assez plate, elle présente un rendu agréablement surprenant pour un film de ce genre et de cet âge. La restitution des dialogues, en particulier, est très claire, très rarement étouffée / sourde, et la musique aussi profite d'une ouverture évidemment relative mais bien plaisante. Seuls quelques séquences sonnent plus datées, mais elles sont peu nombreuses.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Grapher21 TOP 500 COMMENTATEURS le 5 septembre 2014
Format: Blu-ray Achat vérifié
Ce film de Robert Aldrich, dù à son très faible budget, m'ai laissé sur ma faim et c'est aujourd'hui pour moi un simple film policier où on ne retrouve pas réellement le talent et la violence intrinsèque des films d'Aldrich. Je sais, je sais, ce film a été encensé par " Les cahiers du cinéma " mais " Les cahiers du cinéma " n'ont pas toujours raison.

A titre de comparaison, sortait un an plus tard " The killing / L'ultime razzia ", avec un budget bien inférieur, film autrement mieux construit et ayant beaucoup mieux vieilli, réalisé par un jeune homme de 26 ans et dont Jean-Luc Godard ( qui a réalisé quelques chefs d'oeuvre ) " écrivait dans " les cahiers du cinéma " que c'était un réalisateur moyen. Le jeune homme de 26 ans s'appelait Stanley Kubrick.

Vu en Blu-ray VOST.
6 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?