Commencez à lire En souvenir d'André sur votre Kindle dans moins d'une minute. Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici Ou commencez à lire dès maintenant avec l'une de nos applications de lecture Kindle gratuites.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

 
 
 

Essai gratuit

Découvrez gratuitement un extrait de ce titre

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

N'importe qui peut lire un ebook Kindle - même sans posséder un Kindle - grâce à nos applications de lecture Kindle gratuites.
En souvenir d'André
 
Agrandissez cette image
 

En souvenir d'André [Format Kindle]

Martin Winckler
4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (15 commentaires client)

Prix Kindle : EUR 11,99 TTC & envoi gratuit via réseau sans fil par Amazon Whispernet
Le prix a été fixé par l'éditeur.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 11,99  
Broché EUR 5,89  
Chaque jour, un ebook avec au moins 60% de réduction
Découvrez l'Offre Éclair Kindle et inscrivez-vous à la Newsletter Offre Éclair Kindle pour ne rater aucun ebook à prix exceptionnel. Abonnez-vous dès maintenant
Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !




Essayez gratuitement pendant 30 jours Amazon Premium et bénéficiez de la livraison en 1 jour ouvré gratuite et illimitée sur des millions d'articles, et d'autres avantages.


Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

D'abord, l'officier d'état civil a examiné tes papiers d'identité et constaté que ton nom, ta date de naissance et ton numéro matricule sont identiques à ceux qu'indique le document officiel. Puis il a consulté le dossier administratif attestant que le patient a bien subi - j'utilise le mot à dessein - son entretien psychiatrique. Que l'expert y affirme son bon équilibre mental et souligne l'absence de signes de dépression. Que la maladie est incurable et que, quoique bénéficiant de soins palliatifs de qualité, le patient a exprimé sa demande auprès de trois médecins différents, à trois semaines d'intervalle, comme la loi l'exige. Et que tous ont donné leur accord.
Une fois ces précautions prises, il t'a permis de lire le dossier. C'est un document médical anonyme, un peu technique : il retrace l'itinéraire du patient depuis les premiers symptômes, passe en revue les examens diagnostiques, les choix thérapeutiques effectués en conformité avec l'état des connaissances, la longue phase de rémission de cinq ans, les deux récidives et leurs traitements - manifestement efficaces puisqu'ils lui ont valu, respectivement, quatre ans et vingt-sept mois supplémentaires de répit. Pour en arriver à la rechute survenue il y a neuf mois, avec la découverte de lésions disséminées dans plusieurs organes vitaux, parmi lesquels le foie, les deux poumons, la colonne vertébrale et, possiblement - mais il a refusé l'examen qui aurait permis de le confirmer - le cerveau. Tu as lu tout cela avec curiosité et le malaise qu'on éprouve en découvrant des secrets qui ne nous appartiennent pas. Mais c'est la règle : que tu décides ou non de prendre contact, tu dois le faire en connaissance de cause.
Ton imagination s'envole. C'est comme ça, tu n'y peux rien, tu as besoin de remplir le vide et de le peupler de figures en trois dimensions, même floues. Comme d'autres l'auraient fait à ta place, tu t'es préparé à rencontrer une épave, un corps humain replié de douleur, amaigri par la maladie, déformé par les interventions qui lui ont retiré un organe par-ci, un organe par-là, et cloué au fauteuil ou au lit, bardé de tuyaux divers et variés.
Mais tu fais erreur. La maladie n'a pas dévoré un organe vital, elle a pris naissance dans une multitude de localisations et le patient a été traité par chimiothérapie, non par la chirurgie. Jusqu'à sa rechute, il y a quelques semaines, il était parfaitement valide. Selon les dernières observations - effectuées juste avant qu'on te communique le dossier -, il était en parfaite possession de ses moyens intellectuels. Certes, il est âgé - soixante-dix-sept ans -, mais au jour d'aujourd'hui, vu le nombre et l'état des centenaires, les moins de quatre-vingts ans sont souvent de première jeunesse.

Revue de presse

Bon, d'accord, sur la couverture du livre il est marqué que En souvenir d'André est un "roman". Par prudence devant la loi ? On se doute bien que toutes ces histoires de fin de vie, d'assistance à des malades, sans espoir, qui en ont marre de n'être plus que des corps épuisés, le docteur Martin Winckler ne les a pas toutes inventées. Il en a vécu dans sa chair, dans sa tête, dans son âme, dans sa conscience. Le narrateur, spécialiste des soins palliatifs, travaille à l'unité de la douleur. Il aide à mourir plus vite les mourants qui le désirent, qui le veulent, qui l'exigent parfois. Avec ce médecin-là, l'auteur de La Maladie de Sachs doit avoir plus que des affinités. Des expériences communes, des paroles et des actes identiques. Sinon le "roman" n'aurait pas cette force inaccoutumée qui émeut, dérange et interpelle. (Bernard Pivot - Le Journal du Dimanche du 7 octobre 2012)

Ecouter les malades. Refuser la condescendance des médecins toujours pressés et fuyants. Et avant tout, apaiser la douleur. Ces principes reviennent dans l'oeuvre de Martin Winckler, écrivain et médecin, convaincu et combatif, depuis La Vacation (1989) et La Maladie de Sachs (prix du Livre Inter 1998)...
Cette fois, c'est le thème crucial et controversé du suicide assisté qui est au coeur du combat littéraire et social de Winckler...
Winckler le sait : il joue avec les mythes et les symboles, tel un Fantômas de la seringue. C'est en privilégiant cette forme romanesque qu'il atteindra le plus grand nombre - quitte à en froisser plus d'un -, obligeant chacun à réfléchir (Christine Ferniot - Télérama du 10 octobre 2012)

Romancier et médecin, installé à Montréal, il exerce son art dans des domaines multiples. " En souvenir d'André " greffe ses obsessions sur une nouvelle forme narrative...
Le suicide assisté est le sujet central de ce court roman, qui apparaît comme un reflet inversé de Trois médecins ou encore du Choeur des femmes (POL, 2004 et 2009), énormes machines romanesques, inspirées, respectivement, des Trois Mousquetaires et de comédies musicales, traversées par la question du droit des femmes à disposer de leur corps. En souvenir d'André, lui, est un texte à l'os, qui ne s'intéresse donc plus au " faire naître " (ou pas), mais au " aider à mourir ". Ce sont surtout des hommes qu'Emmanuel Zachs accompagne vers la fin...
Le livre n'est pas moins généreux, ni efficace, sur un plus petit nombre de pages, que les délectables pavés précédents. Et le plaidoyer pour une médecine humaniste, exercée par des soignants plutôt que par des médecins, fonctionne toujours. Mais sa vraie réussite tient aux récits de vies qu'Emmanuel Zacks a consignés et qu'il restitue, dans un dispositif narratif évoquant, forcément, celui de La Maladie de Sachs. (Raphaëlle Leyris - Le Monde du 25 octobre 2012)

Sur un sujet risqué, Martin Winckler réussit un roman d'initiation d'une grande force, édifiant (sur la pratique des "cocktails" ou la gestion humaine et médicamenteuse dans les hôpitaux), mais qui, tout en étant ouvertement engagé, ne saurait se réduire à une thèse - on ne révélera rien de la seconde partie, ni de l'importance d'une femme, Nora. Il nous rappelle aussi que, dans la littérature comme dans la vie, il y a toujours des failles. Et que "tout le monde a des secrets. Et quand ce n'est pas un secret, c'est un regret, une parole jamais dite, une question sans réponse". (Baptiste Liger - Lire, octobre 2012)

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 244 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 208 pages
  • Editeur : POL Editeur (4 octobre 2012)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B009LHVDSQ
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (15 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°25.829 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Souhaitez-vous faire modifier les images ?


En savoir plus sur l'auteur

Martin Winckler, de son vrai nom Marc Zaffran, est né en 1955 à Alger. Après son adolescence à Pithiviers (Loiret) et une année à Bloomington (Minnesota), il fait des études de médecine à Tours entre 1973 et 1982. Ses premiers textes paraissent dans Nouvelles Nouvelles et la revue Prescrire au milieu des années 80 et son premier roman, La Vacation (P.O.L) en 1989. Entre La Maladie de Sachs (P.O.L, Livre Inter adapté au cinéma en 1999 par Michel Deville) et En souvenir d'André (P.O.L, 2012), il a publié une quarantaine de romans et d'essais, consacrés au soin et aux arts populaires. En 2001 et 2002, il est le premier écrivain français à prépublier en feuilleton interactif, sur le site de P.O.L, deux grands livres autobiographiques : Légendes et Plumes d'Ange. Il vit à Montréal depuis 2009 et anime le Winckler's Webzine, un site personnel très fréquenté (www.martinwinckler.com) et un blog littéraire, "Chevaliers des touches" (http://wincklersblog.blogspot.ca/)

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4.6 étoiles sur 5
4.6 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un roman dont il faudra se souvenir 16 décembre 2012
Par hpf97 TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Broché
J’avais pris ce livre par habitude de lire les œuvres de Martin Winckler; je ne savais pas quel était le sujet abordé par son dernier roman. Mais pour une fois, j’aurais mieux fait de faire attention. A cette veille de Noël, aborder l’euthanasie vous refroidit très rapidement.

Mais Martin Winckler, sans vouloir faire le prosélytisme du pour ou du contre de l’accompagnement de fin de vie, a une fois encore l’intelligence de développer son avis en abordant les différents points de vue : celui des souffrants, des parents, des médecins indifférents, des médecins humains ou devrions-nous dire humanitaires, …

C’est un roman intelligent, efficace, court puisqu’il se lit dans la journée, mais que tout le monde devrait lire et le forcer à s’interroger pour le jour où il sera confronté qu’il soit d’un coté ou de l’autre de la seringue.
(quoilire.wordpress.com/2012/12/16/martin-winckler-en-souvenir-dandre/)
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 La mort douce 8 novembre 2012
Par maheva TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Broché
Le narrateur est médecin dans un centre de soins palliatifs. Quand il est appelé sur son portable, avec ce mot de passe "De la part d'André", c'est d'abord la douleur qu'il essaie de juguler.mais finalement, il aide les gens à s'endormir paisiblement, les écoutant et notant leurs dernières paroles sur des petits cahiers. Dans ce roman qui traite avec délicatesse du suicide assisté, on peut se demander quelle part de lui-même l'auteur a-t-il dévoilée.Se pose aussi la question de la condescendance de ces médecins des hopitaux, toujours pressés et peu abordables, laissant la famille des malades dans l'angoisse du non-dit.. Ce récit nous interpelle. Sujet grave s'il en est, on en oublie la part romanesque de ce livre qui incite à la réflexion.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 un sujet d'avenir 12 novembre 2012
Format:Broché|Achat authentifié par Amazon
Le style est celui déja bien connu de l'auteur. Les limites de cette oeuvre sont celles imposées par la loi et il n'en est pas responsable. En résumé c'est un plus pour un sujet essentiel qui je l'espère prendra de plus en plus d'importance au cours des ans. La lecture en est agréable.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent 8 mars 2014
Par Lainie TOP 500 COMMENTATEURS VOIX VINE
Format:Broché|Achat authentifié par Amazon
Je recommande la lecture de ce très bon roman, court, intense, très bien écrit. Excellente et bouleversante base de réflexion sur le délicat sujet de la fin de vie : traitement de la douleur, accompagnement de la personne, écoute et respect.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Livre super 27 janvier 2013
Par Billaux
Format:Broché|Achat authentifié par Amazon
Livre très bien écrit,
On ne rentre pas dans le misérabilisme,
l'histoire est poignante et aussi pleine de vie et de pointes d'humour,
Vraiment un très beau livre.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 En souvenir de ce livre 22 janvier 2013
Par MERY
Format:Format Kindle|Achat authentifié par Amazon
Sous la forme d'un roman, Martin Winckler nous livre ses réflexions sur la fin de vie et ses choix. Le style employé est proche de celui de ses autres romans qui traitent du monde médical, mais cette fois ci plus concis et épuré.
C'est un récit d'une grande douceur sur un sujet grave. Comme souvent avec Winckler, les personnages restent à l'esprit longtemps après que la dernière phrase soit lue.
Personnellement, j'ai été bouleversée par ce livre, qui est selon moi le meilleur de Martin Winckler.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
Format:Broché|Achat authentifié par Amazon
L'on ne peut pas noter un livre sur l'euthanasie en disant j'adore, parceque c'est un sujet important et très sérieux. la description faite par l'auteur des différents cas qu'il aborde sonne juste, et grandit les personnes qui les accompagnent jusqu'à la fin.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 " En souvenir d'André" 29 décembre 2012
Format:Format Kindle|Achat authentifié par Amazon
J'ai acheté le livre en version électronique, ce qui m'a permis de le lire d'une traite en voyageant en train, car en général les livres de cet auteur sont du format " pavé".
Je l'ai beaucoup aimé comme ses autres ouvrages : Martin Winckler sait mêler son expérience de médecin à ses récits de fiction.
Ici, il s'agit de rencontres avec des gens "en fin de vie" , selon l'expression politiquement correcte, qui sollicitent le médecin pour les aider à mourir chez eux et d'une façon plus chaleureuse.
L'auteur vit maintenant au Canada et on doit y être plus permissif qu'en France où ce débat reste sous l'éteignoir malgré des prises de position courageuses. C'est un livre qui aide à prendre position sur ce problème de société.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Commentaires client les plus récents
5.0 étoiles sur 5 Inconditionnelle de l'auteur
Aborde avec délicatesse mais aussi beaucoup de réalisme mes problèmes de fin de vie auxquels nous sommes confrontés dans les années qui arrivent.
Publié il y a 4 mois par Mamylène
5.0 étoiles sur 5 Extra. Courageux.
Un livre d'actualité écrit avec humour. Pas triste du tout à lire malgré le thème. Se lit rapidement. Bravo à Martin Winkler
Publié il y a 13 mois par Martinez Claudine
4.0 étoiles sur 5 le problème du choix de sa mort
toujours avec la même humanité et la même chaleur, Martin Winckler pose ici, en termes humains et toujours essentiellement humains, le problème de la mort choisie par... Lire la suite
Publié il y a 15 mois par louveau
5.0 étoiles sur 5 UN ROMAN PARTICULIEREMENT REUSSI SUR LE SUJET DE LA FIN DE VIE...
Un médecin qui assiste les gens en fin de vie est appelé au chevet d'un patient. Celui-ci lui demande avant de procéder aux pratiques nécessaires de lui... Lire la suite
Publié il y a 15 mois par Kerbrat
5.0 étoiles sur 5 Merci à Martin Winckler
Une très belle histoire, racontée tout en douceur. Mais qui ne rêverait pas d'être accompagné ainsi dans la douleur physique et morale ? Lire la suite
Publié il y a 15 mois par Christiane EDOUARD
5.0 étoiles sur 5 très interressant
un livre très interessant, plaisant à lire malgré le sérieux du sujet et qui nous interpelle tous sur la maladie et la fin de vie
Publié il y a 15 mois par Danielle
5.0 étoiles sur 5 La fin de vie traitée avec une grande humanité
Un sujet délicat bien ecrit. L'auteur aborde le problème de l'eutanasie avec compation,sensibilité. Une grande leçon d'humanité. Lire la suite
Publié il y a 16 mois par Mle Annick Mauduit
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


ARRAY(0xac553918)