undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,4 sur 5 étoiles5
3,4 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:5,22 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Après Hypérion et ses deux tomes ("Hypérion" et "la Chute d'Hypérion") indissociables l'un de l'autre, vient Endymion et ses deux tomes tout autant indissociables: "Endymion" et "L'éveil d'Endymion".
Nota: si vous n'avez pas lu "Hypérion" et "la Chute d'Hypérion", passez votre chemin.

Je m'attendais à ce qu'Endymion soit une planète ou du moins un territoire. Oui, sauf qu'ici on parle d'un homme. Tout ce qu'il y a de plus banal. Raoul Endymion vient d'une tribu vivant sur Hypérion, près de 300 ans après les derniers événements d'Hypérion. Il a l'air tout à fait banal. Il a 27 ans et ne sait pas ce qu'il veut faire de sa vie. Après avoir été vaguement berger, portier dans différents établissements de nuit, on le retrouve guide forestier.

Or, c'est cet homme qui se retrouve sélectionné un peu par hasard par le poète Silenius (et oui, le bougre est toujours vivant, ou plutôt vivotant) pour aider Enée (Aenea en anglais/latin, pour une fois je trouve le nom français plus élégant), la fille d'un des pélerins d'Hypérion, désignée avant même sa naissance comme le futur Messie. Ces deux tomes, écrits du point de vue d'Endymion, vont retracer sa rencontre avec Enée et leur épopée.

Endymion, contrairement à certains des suiveurs d'Enée (elle n'aime pas le terme "disciple"), ne va que comprendre tardivement ce qui lui arrive. Ce qui permet d'instaurer un suspense relativement efficace pour le lecteur, dans la peau d'Endymion. Endymion fait régulièrement référence à des événements racontés dans Hypérion, et là l'auteur (magnifique tour de passe-passe) explique que parfois le poète, ayant interprété les événements dans ses Cantos, n'a pas retranscrit tous les événements correctement. Ce qui permet à Simmons de bâtir ses deux tomes sans avoir d'incohérence avec les deux premiers (et si des incohérences sont trouvées, elles seront justifiées par un problème d'interprétation lors de la retranscription des événéments par le poète).

1- Endymion

300 ans après le dernier pélerinage, le cruciforme est porté par la grande majorité des citoyens vivant dans l'ancienne Hégémonie, leur permettant une ressurection infinie dès que nécessaire, sans altération de leur physique et de leur personnalité. C'est maintenant l'Eglise catholique, sous l'égide d'un homme bien connu des lecteurs d'Hypérion, qui dirige ces mondes. Enfin, c'est l'armée associée à l'Eglise, ce qui en fait des prêtres ou des religieuses commandants de vaisseaux spatiaux. C'est un futur étonnant que Simmons nous décrit car... c'est un peu un Moyen-Age. La technologie du TechnoCore a disparue et 300 ans après les hommes n'ont toujours pas rattrapé l'avancée technologique et la prospérité de l'Hégémonie.

Dans ce tome on va faire la connaissance des quatre personnages principaux: Enée, Raoul, A. Bettik et le père de Soya. On va aussi revoir notre cher ami le Shrike et même... un ennemi encore plus menaçant et terrifiant que le Shrike, enfin à mon sens (vous avez vu le dernier Terminator, et bien c'est à peu près çà, en plus "boucher").

Ce tome est divertissant, et des 4 du cycle Hypérion, c'est sûrement le plus accessible. Il y a beaucoup d'humour, avec un vaisseau très R2D2 et un A. Bettik très C3PO. Il y a aussi beaucoup de tendresse, avec la rencontre de Raoul, un homme fait mais sans connaissances, et une enfant de 12 ans, Enée, à la connaissance écrasante, ployant sous le poids du passé, du présent et du futur.

Contrairement au tome 1 d'Hypérion, on a ici à la fin une fin qui ressemble à une fin, même si elle ne répond à aucune question.

2- L'éveil d'Endymion

Autant le tome 1 se lit facilement, autant celui est dense et sollicite pas mal les neurones. Ce que je n'avais pas compris dans Hypérion sur le plan physique(les transports d'un monde à l'autre par portail) est ici expliqué par l'introduction d'un nouveau concept. Ouille disent mes neurones. Aux références poétiques on passe clairement à la pensée religieuse (de Teillhard du Chardin à Buddha). Double ouille chez mes neurones.

En plus l'auteur, ici dans la peau de Raoul, résume régulièrement ses questions, qui sont bien celles que se pose le lecteur: Pour qui roule le Shrike? Quel est son rôle? Pourquoi les cruciformes? Où se trouve le Core? Qui a capturé la Terre? ... On aura des réponses à certaines de ces questions, mais pas à toutes... le mystère du Shrike reste (presque) entier. Pffuttt.

Heureusement, on voyage beaucoup. Dans le tome 1, les personnages avaient commencé à voyager. Ici, cela ne va plus arrêter. A cette époque les hommes ont colonisé je crois environ 1200 planètes. Sur deux tomes on va en découvrir plusieurs dizaines. Mais j'ai trouvé que c'était parfois un peu longuet (je n'en pouvais plus des descriptions concernant les remontées sur les plate-formes dans le monde bouddhiste!!!). Et surtout les mondes décrits étaient pour la plupart très ressemblants à une ancienne civiliation terrestre (une planète pour Israël, une autre pour les bouddhistes, la planète Mars pleine de poussière pour les Palestiniens qui décidemment ont la poisse...).

Mais même si c'est long, même si c'est dense, même si on ne comprend pas tout, les éléments sont très logiques et on comprend vite le process narratif, y compris la conclusion finale. Et comme chez Hypérion, la conclusion finale est très belle, très puissante. On se dit là encore, comme les personnages, qu'on a bien galéré (ou plutôt kayaké, tapis volanté, etc.) mais que la conclusion valait bien nos efforts.

Je regrette juste le manque de créativité concernant les mondes décrits (justifié par l'auteur avec le blocage concernant l'évolution humaine, mais bon...) et la fadeur des personnages secondaires. L'écrivain aurait pu passer un peu moins de temps à décrire des cavernes de glace, la manière de monter sur des plate-formes et j'en passe pour creuser un peu plus ses personnages secondaires.
4242 commentaires|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mai 2008
Hyperion et La chute d'Hyperion etaient de pures merveilles d'inventivité, de poesie et de suspense. Endymion est une véritable déception avec un recit linéaire qui se traine en longueur. A lire tout de même pour fini la série avec The Rise of Endymion qui retrouve un peu du souffle du début de la série.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 octobre 2003
Que dire, sinon que ce livre frole la perfection. On retrouve l'ambiance et le style qui ont fait le succès d'hypérion, mais avec des choses en plus: sensibilité, poésie...Moins "SF" que le précédent, mais plus profond. On s'attache énormément aux personnages que l'on suit cette fois tout au long de l'aventure. (et non à tour de rôle comme précédemment)
Bref, vous pouvez y aller!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 novembre 2005
Avec ce roman, Simmons revient sur l’univers d’Hypérion. La perspective est excitante mais là où Hypérion pouvait être considéré comme une œuvre à part entière (même sans la chute d’Hypérion), Endymion sonne plus creux et ne se suffit pas vraiment à lui-même. Je me suis même dit que Simmons aurait pu résumer les évènements d’Endymion et l’inclure dans le second volume faisant ainsi un seul livre (très épais je vous l’accorde). En résumé, considérer « Endymion » comme une très bonne introduction à « L’Eveil d’Endymion », (ce dernier étant largement à la hauteur des « Cantos d’Hyperion ») mais sans plus.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 août 2003
Que dire? Vous qui avez adoré Hypérion (comme moi), avez été un tout petit peu déçu par La Chute d'Hypérion, ne lisez pas Endymion.
Un bon petit livre de SF, mais sans relief, sans l'âme qui fait d'Hypérion un chef d'oeuvre. Je n'ai même pas lu le suivant (Rise of Endymion).
C'est le syndrome "Dune" : le premier est un coup de maître, et au fur et à mesure, la qualité se dégrade...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,99 €