Endymion et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus

Acheter neuf

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 0,10

ou
 
   
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Commencez à lire Endymion sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Endymion [Anglais] [Poche]

Dan Simmons
3.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (5 commentaires client)
Prix : EUR 6,31 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 15 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le samedi 23 août ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Description de l'ouvrage

1 novembre 1996 Hyperion Cantos
The multiple-award-winning science fiction master returns to the universe that is his greatest triumph--the world of Hyperion and The Fall of
Hyperion
--with a novel even more magnificent than its predecessors.

Dan Simmons's Hyperion was an immediate sensation on its first publication in 1989.  This staggering multifaceted tale of the far future heralded the conquest of the science fiction field by a man who had already won the World Fantasy Award for his first novel (Song of Kali) and had also published one of the most well-received horror novels in the field, Carrion Comfort.  Hyperion went on to win the Hugo Award as Best Novel, and it and its companion volume, The Fall of Hyperion, took their rightful places in the science fiction pantheon of new classics.

Now, six years later, Simmons returns to this richly imagined world of technological achievement, excitement, wonder and fear.  Endymion is a story about love and memory, triumph and terror--an instant candidate for the field's highest honors.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Endymion + Rise of Endymion + The Fall of Hyperion
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

You are reading this for the wrong reason.

If you are reading this to learn what it was like to make love to a messiah--our messiah--then you should not read on because you are little more than a voyeur.

If you are reading this because you are a fan of the old poet's Cantos and are obsessed with curiosity about what happened next in the lives of the Hyperion pilgrims, you will be disappointed.  I do not know what happened to most of them.  They lived and died almost three centuries before I was born.

If you are reading this because you seek more insight into the message from the One Who Teaches, you may also be disappointed.  I confess that I was more interested in her as a woman than as a teacher or messiah.

Finally, if you are reading this to discover her fate or even my fate, you are reading the wrong document.  Although both our fates seem as certain as anyone's could be, I was not with her when hers was played out, and my own awaits the final act even as I write these words.

If you are reading this at all, I would be amazed.  But this would not be the first time that events have amazed me.  The past few years have been one improbability after another, each more marvelous and seemingly inevitable than the last.  To share these memories is the reason that I am writing.  Perhaps the motivation is not even to share--knowing that the document I am creating almost certainly will never be found--but just to put down the series of events so that I can structure them in my own mind.

"How do I know what I think until I see what I say?" wrote some pre-Hegira writer.  Precisely.  I must see these things in order to know what to think of them.  I must see the events turned to ink and the emotions in print to believe that they actually occurred and touched me.  If you are reading this for the same reason that I am writing it--to bring some pattern out of the chaos of the last years, to impose some order on the essentially random series of events that have ruled our lives for the past standard decades--then you may be reading this for the right reason, after all.


WHERE TO START? With a death sentence, perhaps.  But whose--my death sentence or hers? And if mine, which of mine? There are several from which to choose. Perhaps this final one is appropriate.  Begin at the ending.

I am writing this in a Schrodinger cat box in high orbit around the quarantined world of Armaghast.  The cat box is not much of a box, more of a smooth-hulled ovoid a mere six meters by three meters.  It will be my entire world until the end of my life.  Most of the interior of my world is a spartan cell consisting of a black-box air-and-waste recycler, my bunk, the food-synthesizer unit, a narrow counter that serves as both my dining table and writing desk, and finally the toilet, sink, and shower, which are set behind a fiberplastic partition for reasons of propriety that escape me.  No one will ever visit me here.  Privacy seems a hollow joke.

I have a text slate and stylus.  When I finish each page, I transfer it to hard copy on microvellum produced by the recycler.  The low accretion of wafer-thin pages is the only visible change in my environment from day to day.

The vial of poison gas is not visible.  It is set in the static-dynamic shell of the cat box, linked to the air-filtration unit in such a way that to attempt to fiddle with it would trigger the cyanide, as would any attempt to breach the shell itself.  The radiation detector, its timer, and the isotope element are also fused into the frozen energy of the shell.  I never know when the random timer activates the detector.  I never know when the same random timing element opens the lead shielding to the tiny isotope.  I never know when the isotope yields a particle.

But I will know when the detector is activated at the instant the isotope yields a particle.  There should be the scent of bitter almonds in that second or two before the gas kills me.

I hope that it will be only a second or two.

Technically, according to the ancient enigma of quantum physics, I am now neither dead nor alive.  I am in the suspended state of overlapping probability waves once reserved for the cat in Schrodinger's thought experiment.  Because the hull of the cat box is little more than position-fused energy ready to explode at the slightest intrusion, no one will ever look inside to see if I am dead or alive.  Theoretically, no one is directly responsible for my execution, since the immutable laws of quantum theory pardon or condemn me from each microsecond to the next.  There are no observers.

But I am an observer.  I am waiting for this particular collapse of probability waves with something more than detached interest.  In the instant after the hissing of cyanide gas begins, but before it reaches my lungs and heart and brain, I will know which way the universe has chosen to sort itself out.

At least, I will know so far as I am concerned.  Which, when it comes right down to it, is the only aspect of the universe's resolution with which most of us are concerned.

And in the meantime, I eat and sleep and void waste and breathe and go through the full daily ritual of the ultimately forgettable.  Which is ironic, since right now I live--if "live" is the correct word--only to remember.  And to write about what I remember.

If you are reading this, you are almost certainly reading it for the wrong reason.  But as with so many things in our lives, the reason for doing something is not the important thing.  It is the fact of doing that remains. Only the immutable facts that I have written this and you are reading it remain important in the end.

Where to begin? With her? She is the one you want to read about and the one person in my life whom I wish to remember above everything and everyone else. But perhaps I should begin with the events that led me to her and then to here by way of much of this galaxy and beyond.

I believe that I shall begin with the beginning--with my first death sentence.

Revue de presse

Praise for Dan Simmons

"Extraordinary."--Isaac Asimov's Science Fiction Magazine

"A magnificently original blend of themes and styles."--The Denver Post

"Simmons masterfully employs SF's potential."--Locus

Détails sur le produit

  • Poche: 576 pages
  • Editeur : Spectra; Édition : Reprint (1 novembre 1996)
  • Collection : Hyperion Cantos
  • Langue : Anglais
  • ISBN-10: 0553572946
  • ISBN-13: 978-0553572940
  • Dimensions du produit: 17,3 x 10,4 x 3,3 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (5 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 3.087 en Livres anglais et étrangers (Voir les 100 premiers en Livres anglais et étrangers)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Dan Simmons, né en 1948 dans l'Illinois, aux États-Unis, a eu très jeune la vocation de l'écriture. Diplômé de littérature, il a été enseignant pendant plus de quinze ans.
En 1982, Dan Simmons a fait des débuts très remarqués en littérature. Fasciné par la transcendance du mal et l'horreur de la souffrance, il est souvent présenté comme un spécialiste de la terreur. C'est pourtant la science-fiction qui lui a inspiré son chef-d'œuvre, Les cantos d'Hypérion (Hypérion en 1989 et La chute d'Hypérion en 1990), un grand cycle cosmogonique habité par les ombres de Keats et de Dante, qui se poursuit avec deux autres volets, Endymion (1996) et L'éveil d'Endymion (1997).
Il revient aujourd'hui à la science-fiction avec un diptyque magistral inspiré de l'Iliade, Ilium et Olympos.

Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Extrait
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

3.4 étoiles sur 5
3.4 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
Par Lady Lama TOP 500 COMMENTATEURS VOIX VINE
Format:Poche
Après Hypérion et ses deux tomes ("Hypérion" et "la Chute d'Hypérion") indissociables l'un de l'autre, vient Endymion et ses deux tomes tout autant indissociables: "Endymion" et "L'éveil d'Endymion".
Nota: si vous n'avez pas lu "Hypérion" et "la Chute d'Hypérion", passez votre chemin.

Je m'attendais à ce qu'Endymion soit une planète ou du moins un territoire. Oui, sauf qu'ici on parle d'un homme. Tout ce qu'il y a de plus banal. Raoul Endymion vient d'une tribu vivant sur Hypérion, près de 300 ans après les derniers événements d'Hypérion. Il a l'air tout à fait banal. Il a 27 ans et ne sait pas ce qu'il veut faire de sa vie. Après avoir été vaguement berger, portier dans différents établissements de nuit, on le retrouve guide forestier.

Or, c'est cet homme qui se retrouve sélectionné un peu par hasard par le poète Silenius (et oui, le bougre est toujours vivant, ou plutôt vivotant) pour aider Enée (Aenea en anglais/latin, pour une fois je trouve le nom français plus élégant), la fille d'un des pélerins d'Hypérion, désignée avant même sa naissance comme le futur Messie. Ces deux tomes, écrits du point de vue d'Endymion, vont retracer sa rencontre avec Enée et leur épopée.

Endymion, contrairement à certains des suiveurs d'Enée (elle n'aime pas le terme "disciple"), ne va que comprendre tardivement ce qui lui arrive. Ce qui permet d'instaurer un suspense relativement efficace pour le lecteur, dans la peau d'Endymion.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Peux mieux faire... 29 mai 2008
Par marco
Format:Poche
Hyperion et La chute d'Hyperion etaient de pures merveilles d'inventivité, de poesie et de suspense. Endymion est une véritable déception avec un recit linéaire qui se traine en longueur. A lire tout de même pour fini la série avec The Rise of Endymion qui retrouve un peu du souffle du début de la série.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5.0 étoiles sur 5 Un chef d'oeuvre!! 10 octobre 2003
Par "niico_b"
Format:Poche
Que dire, sinon que ce livre frole la perfection. On retrouve l'ambiance et le style qui ont fait le succès d'hypérion, mais avec des choses en plus: sensibilité, poésie...Moins "SF" que le précédent, mais plus profond. On s'attache énormément aux personnages que l'on suit cette fois tout au long de l'aventure. (et non à tour de rôle comme précédemment)
Bref, vous pouvez y aller!
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Endymion ou un tiers de livre 23 novembre 2005
Format:Poche
Avec ce roman, Simmons revient sur l’univers d’Hypérion. La perspective est excitante mais là où Hypérion pouvait être considéré comme une œuvre à part entière (même sans la chute d’Hypérion), Endymion sonne plus creux et ne se suffit pas vraiment à lui-même. Je me suis même dit que Simmons aurait pu résumer les évènements d’Endymion et l’inclure dans le second volume faisant ainsi un seul livre (très épais je vous l’accorde). En résumé, considérer « Endymion » comme une très bonne introduction à « L’Eveil d’Endymion », (ce dernier étant largement à la hauteur des « Cantos d’Hyperion ») mais sans plus.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Décevant 16 août 2003
Format:Poche
Que dire? Vous qui avez adoré Hypérion (comme moi), avez été un tout petit peu déçu par La Chute d'Hypérion, ne lisez pas Endymion.
Un bon petit livre de SF, mais sans relief, sans l'âme qui fait d'Hypérion un chef d'oeuvre. Je n'ai même pas lu le suivant (Rise of Endymion).
C'est le syndrome "Dune" : le premier est un coup de maître, et au fur et à mesure, la qualité se dégrade...
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Vous voulez voir plus de commentaires sur cet article ?
Ces commentaires ont-ils été utiles ?   Dites-le-nous
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?