undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
10
4,4 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:17,96 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Le premier album des Stones a tout de suite connu un énorme succès en GB (#1 UK) ainsi qu'au USA (#11 US). Ce CD est la version US avec le remplacement de « I need you Baby » par le hit anglais « Not fade away » (#3 UK)» qui a fait l'objet d'un simple en USA mais c'est l'autre face "Tell me" qui a connu le succès (# 24 US). J'ai acheté ce CD remasterisé en pensant avoir un meilleur enregistrement que mon CD (version UK) de 1984. Je n'ai pas constaté de différence sensible, peut être un peu plus de clarté accompagné d'un renforcement de l'aigu et je ne sais pas lequel je préfère (j'ai le choix). En tout cas il s'agit bien d'un album remarquable que j'écoute 50 ans plus tard avec autant de plaisir qu'en 1964. Démarrage en force avec « Not Fade away » suivi d'une très bonne version de « Route 66 ». La reprise moyenne de « I just want to make love to you » est suivi d'un de mes morceaux préférés « Honest I do » avant l'instrumental plaisant « Now I've got a witness ». La face A s'achève en beauté avec « Little by little », face B de leur 3ème simple « Not Fade away ». J'ai toujours préféré la face B de cet album avec « I'm a king bee » et bien sur « Carol » de Chuck Berry suivi d'une réussite « Tell me ». La reprise de « Can I get a witness » est excellente suivi d'un autre de mes morceaux préférés « You can make it if you try » tout comme « Walking the dog » dont les sifflets faisaient aboyés mon chien. Si vous n'avez pas ce disque il faut l'acquérir sans hésitation.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Bien sur, on va me parler de "Satisfaction", "The last time", "Jumpin jack flash", "Midnight rambler", "Brown Sugar" ou encore "Angie" et "start me up".
Ce premier album des Stones est une merveille. Peu de titres étaient de leur composition.
Leur adaptation de "Route 66", "I'm a King bee" ou encore de "Carol" étaient géniales.
Si je peux me permettre un conseil, écoutez ce premier album des "Rolling Stones".
Tout est dit.
La France a publié en 1964 l'album "Around and Around (collector). Puis a suivit N°2 avec "everybody need somebody to love" et enfin les albums ou les Stones inventaient leurs propres compositions.
Toute une épopée.
"England's newest hit makers" est un super album de Blues-Rock.
Je vous le conseille vivement.
33 commentaires| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 novembre 2012
Un premier album comme une éponge imbibée de musique noire américaine. Le groupe tout nouveau se cherche et s'essaye à tous les styles: blues, rytmin'blues, rock n'roll et même ballade pop.
Malgré un manque de cohérence et un jeu musical primitif bien normal, voilà pourtant une excellente et agréable entrée en matière, démontrant de nombreuses qualités variées, et annonçant des futurs bien prometteurs.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je passe sur les qualités artistiques du disque, c'est un classique. Par contre, c'est la première réédition vinyle des Stones que j'achète et je dois dire que niveau qualité de gravure et pressage, ils ne se sont pas fichu de nous ! Gravure DMM d'après les magnifiques masters DSD de 2003, c'est divin ! Le son est fantastique !!! Vinyl forever.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 24 février 2014
Voici la première pierre d’une discographie qui, pour les deux années à venir, ne va s’évertuer qu’à atteindre un seul but : faire vibrer la nouvelle génération sur les reprises des maîtres noirs américains du blues. Vrais passionnés se démarquant avec pugnacité de la pop anglaise inaugurée par les Beatles, les jeunes Cailloux ont choisi leur voie. Tout le respect que leur carrière a inspiré vient de cette décision artistique.
Leur force et leur originalité résident dans l’énergie pop qu’ils ont appliquée sur ces classiques. Les Stones, dans un vrai tour de force, en ont fait des brûlots pop-rock sans altérer l’esprit originel, pour preuve l’exécution à la hussarde de I JUST WANT TO MAKE LOVE TO YOU, expédiée comme du punk survitaminé. Outre une participation furtive du producteur Phil Spector sur deux créations originales fabriquées au studio, leurs principales influences sont toutes citées ici : de Slim Harpo (I’M A KING BEE) à Jimmy Reed (HONEST I DO), en passant par le séminal Chuck Berry (CAROL), terreau évident (et bientôt fertile) du style Rolling Stones. Une vraie leçon d’authenticité donnée par cinq jeunes gars vivant à des milliers de kilomètres du bastion de leurs héros. Ironie : le seul titre vraiment pop est celui signé Jagger-Richards (TELL ME), leur toute première composition !
Tops : ROUTE 66, CAROL, I JUST WANT TO MAKE LOVE TO YOU, LITTLE BY LITTLE, TELL ME
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
England's Newest Hit Makers (mai 64/London Records) est le pendant américain de l'album The Rolling Stones, sorti au Royaume-Uni un mois plus tôt, et par lequel la bande à Jagger a débuté sa saga. C'est le premier Stones du catalogue à pénétrer le marché U.S. Il diffère de son alter ego anglais par un seul titre, Not Fade Away qui ne figure pas sur la version de départ (remplacé par I Need You Baby). Il résume parfaitement les débuts de ce groupe de blancs interprétant de façon authentique, énergique, excitante, la musique black américaine. Pour ce, les boys anglais s'appuient, à l'instar de nombreuses autres formations du moment, sur un répertoire emprunté aux artistes de l'Oncle Sam. Sur ses douze pièces, huit sont des reprises (Buddy Holly, Slim Harpo, Willie Dixon, Jimmy Reed, Chuck Berry, Ted Jarrett, Rufus Thomas), mais de bonnes reprises de blues (I'm A King Bee, Honest I Do, I Just Want To Make Love To You), de R&B (Walking The Dog, You Can Make It If You Try, Can I Get A Witness), de rock (Carol, Route 66) et de pop (Tell Me). Ce dernier morceau est le seul original du tandem Richards/Jagger qui ne s'est pas encore plongé réellement dans l'écriture ; il pointe au rang 24 du Billboard US. Now I've Got A Witness et Little By Little paraissent sous le fard de Nanker Phelge, pseudo utilisé par le groupe pour un titre dû au collectif. Les Stones existent depuis peu, mais déjà se profile le constat que l'on a à faire à un groupe peu banal, étrange, fascinant, provocateur, ambigu, sur et en dehors de la scène et des studios et qui n'engendre pas la sympathie. Ils créent un contexte qui va les opposer, par public interposé, aux gentils Scarabées que ce premier album au son étonnant, aux guitares âpres, déloge de la première place des charts. Il est une des grandes réussites musicales de cette année 64, demeure à la première place douze semaines consécutives. Les amateurs de son brut y trouveront leur compte, les Stones entrent sur le territoire ricain par la grande porte et ça fait du grabuge (PLO54).
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 janvier 2010
Et quel 1er! Tout est bon, on est au début d'une extraordinaire aventure, que j'ai suivi depuis le début, avec quelques ratés de leur part.Mais même quand ils se loupent, leurs rebuts valent souvent mieux que certains supposés chef-d'oeuvres, dont on ne parle d'ailleurs plus! Les plus grands, sans conteste!!!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dse reprises de bluesmen alors inconnus du grand public et de Chuck Berry qui lui avait déjà à l'époque fait parler de lui, constituent le fondement de ce premier album. Les Stones ont un avenir, ils le disent mais la "stonisation" de ces classiques démontre une personnnalité musicale réelle.
"Tell me" première chanson écrite par les "glimmer twins" laissera un souvenir ému mais sans plus.
Enfin, il faut de rappeler que ce disque sortait alors que les Beatles sortaien à peine des limbes et que commençait la compétition entre les bons Beatles et les méchants Stones.
Un bon disque de l'époque.
22 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 février 2015
J'ai retrouvé le cd qui comprenait tous les enregistrements que j'avais sur mon vinyl de l'époque.
Bravo pour cette sortie!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 6 février 2010
Propres, bien habillés, l'air un peu lointain, cinq jeunes plutôt fréquentables....évidemment entre "I got a witness" et "Can I get a witness", on réalise très vite que c'est de l'engeance, de la graine de désesperado, du pur concentré de marlou et ça devient carrément sexuel avec "i'm a king bee"

C'est de la poudre mais de la noire....les ennuis viendront plus tard.
55 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

22,02 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)