Eric Bibb

Les clients ont également acheté des articles de

Keb Mo
James Cotton
Buddy Guy
Leyla McCalla
Charlie Haden
Eric Clapton
Youn Sun Nah
Joe Bonamassa

Top albums (Voir les 34)


Voir les 34 albums de Eric Bibb

Eric Bibb : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 313
Titre Album  

Image de Eric Bibb
Fourni par l'artiste ou son représentant

Dernier Tweet

EricBibb

Need a musical Christmas gift? Link to music on Amazon http://t.co/K9IZhdjf


Biographie

Fils du chanteur de folk Leon Bibb, le bluesman Eric Bibb naît le 16 août 1951 à New York, et grandit dans un environnement musical propice à son épanouissement : son oncle, John Lewis, est pianiste du Modern Jazz Quartet, et les amis de la famille comptent la chanteuse Odetta, l'acteur Paul Robeson, le chanteur Pete Seeger ou Bob Dylan.

Il débute la guitare à sept ans et apprend en jouant autant la musique de son père que Richie Havens, Taj Mahal, Joan Baez, Odetta, Josh White ou The New Lost City Ramblers. Il intègre la High School of Music and Art de New York à treize ans pour étudier la ... Lire la suite

Fils du chanteur de folk Leon Bibb, le bluesman Eric Bibb naît le 16 août 1951 à New York, et grandit dans un environnement musical propice à son épanouissement : son oncle, John Lewis, est pianiste du Modern Jazz Quartet, et les amis de la famille comptent la chanteuse Odetta, l'acteur Paul Robeson, le chanteur Pete Seeger ou Bob Dylan.

Il débute la guitare à sept ans et apprend en jouant autant la musique de son père que Richie Havens, Taj Mahal, Joan Baez, Odetta, Josh White ou The New Lost City Ramblers. Il intègre la High School of Music and Art de New York à treize ans pour étudier la guitare, la contrebasse, le piano et le chant. Après de brèves études de psychologie et de russe à la Colombia University, il part vivre à Paris, en 1970. Il y rencontre le guitariste Mickey Baker, s'intéresse  au blues, compose, vit un temps à Stockholm, avant de retourner à New York en 1980.

Enregistré avec Ric, The Needed Time Band and the Deacons, le premier album d'Eric Bibb, Spirit and the Blues (1994), mêle ses compositions de styles blues et gospel (« In My Father's House », « I am Blessed ») et basés sur des thèmes folk traditionnels et bluegrass (« Needed Time », « Where Shall I Be », « Lonesome Valley »).

En 1996, Eric Bibb est invité au London Blues Festival où il joue avec Corey Harris et Keb' Mo'. Sa carrière prend alors une tout autre tournure et il enregistre consécutivement l'album Good Stuff (1997), incluant principalement ses compositions (« Good Stuff », « Too Mush Whiskey », « Happy Home Recipe »).

Sur son troisième album intitulé Me To You (1997), Eric Bibb invite des musiciens qui l'ont profondément influencé comme Taj Mahal (« Sing Your Song ») et Pops and Mavis Staples. Le disque remporte un réel succès, accru par une tournée internationale. Home to Me (1999) reprend le titre réalisé avec Taj Mahal du précédent disque, un titre de Sam Cooke (« Bring it on Home to Me ») et propose  de nouvelles compositions (« For You », « Mandela Is Free », « Singin' in My Heart »).

S'ensuivent les albums Roadworks (2000), Painting Signs (2001), dédié au guitariste Pop Staples, et Just Like Love (2001). Le chanteur enregistre ensuite A Family Affair (2002) en duo avec son père Leon Bibb. Il assure la première partie de Ray Charles en 2002. Après Natural Light (2003), il sort Friends (2004) où il s'illustre dans des duos avec Odetta, Taj Mahal, Guy Davis, Charlie Musselwhite, Mamadou Diabate et Djelimady Toukara. Compositeur prolifique, il enchaîne avec A Ship Called Love (2005) et tourne aux Etats-Unis avec John Mayall & The Bluesbreakers.

Eric Bibb remporte son plus gros succès avec l'album Diamonds Days (2006), sans conteste le plus abouti et le plus personnel, avec des titres comme « Heading Home », « Still Livin'On », « Shine On », ou « In My Father's House » enregistré en direct avec Dave Bronze. La carrière d'Eric Bibb prend alors une ampleur considérable, la radio BBC reprenant son titre « Shine On » pour le générique d'une émission, tandis qu'il se produit au festival de Glastonbury en Angleterre, au Port Fairy Folk Festival en Australie, au Edmonton Folk Festival au Canada ou au Nice Jazz Festival en France.

Considérant Get On Board (2008) comme l'un de ses projets les plus excitants de sa carrière, Eric Bibb y fait se fondre blues, gospel et soul en compagnie de Bonnie Raitt, Ruthie Foster, Glen Scott, Tommy Sims et Lemar Carter. En avril 2009 est publié le résultat de la prestation du guitariste en direct de la radio FIP (Radio France), dans la série Live at FIP. L'année suivante, il consacre un album en hommage à Bukka White, jouant sur la Resophonic National du grand bluesman sur le morceau-titre. Le disque enregistré dans un ancien grand magasin de Burton dans l'Ohio comprend des compositions originales, en sus du traditionnel « Wayfaring Stranger » et du « Nobody's Fault But Mine » de Blind Willie Johnson. 

En 2012, c'est une ballade dans les bayous de Louisiane que s'offre Eric Bibb avec Deeper in the Well. quelques mois plus tard sort l'album Brothers in Bamako enregistré avec Habib Koité. En veine de collaborations, Eric Bibb sort en octobre 2013 Jericho Road enregistré dans une grande complicité avec le producteur et multi-instrumentiste Glenn Scott. Copyright 2014 Music Story Sophie Lespiaux

Fils du chanteur de folk Leon Bibb, le bluesman Eric Bibb naît le 16 août 1951 à New York, et grandit dans un environnement musical propice à son épanouissement : son oncle, John Lewis, est pianiste du Modern Jazz Quartet, et les amis de la famille comptent la chanteuse Odetta, l'acteur Paul Robeson, le chanteur Pete Seeger ou Bob Dylan.

Il débute la guitare à sept ans et apprend en jouant autant la musique de son père que Richie Havens, Taj Mahal, Joan Baez, Odetta, Josh White ou The New Lost City Ramblers. Il intègre la High School of Music and Art de New York à treize ans pour étudier la guitare, la contrebasse, le piano et le chant. Après de brèves études de psychologie et de russe à la Colombia University, il part vivre à Paris, en 1970. Il y rencontre le guitariste Mickey Baker, s'intéresse  au blues, compose, vit un temps à Stockholm, avant de retourner à New York en 1980.

Enregistré avec Ric, The Needed Time Band and the Deacons, le premier album d'Eric Bibb, Spirit and the Blues (1994), mêle ses compositions de styles blues et gospel (« In My Father's House », « I am Blessed ») et basés sur des thèmes folk traditionnels et bluegrass (« Needed Time », « Where Shall I Be », « Lonesome Valley »).

En 1996, Eric Bibb est invité au London Blues Festival où il joue avec Corey Harris et Keb' Mo'. Sa carrière prend alors une tout autre tournure et il enregistre consécutivement l'album Good Stuff (1997), incluant principalement ses compositions (« Good Stuff », « Too Mush Whiskey », « Happy Home Recipe »).

Sur son troisième album intitulé Me To You (1997), Eric Bibb invite des musiciens qui l'ont profondément influencé comme Taj Mahal (« Sing Your Song ») et Pops and Mavis Staples. Le disque remporte un réel succès, accru par une tournée internationale. Home to Me (1999) reprend le titre réalisé avec Taj Mahal du précédent disque, un titre de Sam Cooke (« Bring it on Home to Me ») et propose  de nouvelles compositions (« For You », « Mandela Is Free », « Singin' in My Heart »).

S'ensuivent les albums Roadworks (2000), Painting Signs (2001), dédié au guitariste Pop Staples, et Just Like Love (2001). Le chanteur enregistre ensuite A Family Affair (2002) en duo avec son père Leon Bibb. Il assure la première partie de Ray Charles en 2002. Après Natural Light (2003), il sort Friends (2004) où il s'illustre dans des duos avec Odetta, Taj Mahal, Guy Davis, Charlie Musselwhite, Mamadou Diabate et Djelimady Toukara. Compositeur prolifique, il enchaîne avec A Ship Called Love (2005) et tourne aux Etats-Unis avec John Mayall & The Bluesbreakers.

Eric Bibb remporte son plus gros succès avec l'album Diamonds Days (2006), sans conteste le plus abouti et le plus personnel, avec des titres comme « Heading Home », « Still Livin'On », « Shine On », ou « In My Father's House » enregistré en direct avec Dave Bronze. La carrière d'Eric Bibb prend alors une ampleur considérable, la radio BBC reprenant son titre « Shine On » pour le générique d'une émission, tandis qu'il se produit au festival de Glastonbury en Angleterre, au Port Fairy Folk Festival en Australie, au Edmonton Folk Festival au Canada ou au Nice Jazz Festival en France.

Considérant Get On Board (2008) comme l'un de ses projets les plus excitants de sa carrière, Eric Bibb y fait se fondre blues, gospel et soul en compagnie de Bonnie Raitt, Ruthie Foster, Glen Scott, Tommy Sims et Lemar Carter. En avril 2009 est publié le résultat de la prestation du guitariste en direct de la radio FIP (Radio France), dans la série Live at FIP. L'année suivante, il consacre un album en hommage à Bukka White, jouant sur la Resophonic National du grand bluesman sur le morceau-titre. Le disque enregistré dans un ancien grand magasin de Burton dans l'Ohio comprend des compositions originales, en sus du traditionnel « Wayfaring Stranger » et du « Nobody's Fault But Mine » de Blind Willie Johnson. 

En 2012, c'est une ballade dans les bayous de Louisiane que s'offre Eric Bibb avec Deeper in the Well. quelques mois plus tard sort l'album Brothers in Bamako enregistré avec Habib Koité. En veine de collaborations, Eric Bibb sort en octobre 2013 Jericho Road enregistré dans une grande complicité avec le producteur et multi-instrumentiste Glenn Scott. Copyright 2014 Music Story Sophie Lespiaux

Fils du chanteur de folk Leon Bibb, le bluesman Eric Bibb naît le 16 août 1951 à New York, et grandit dans un environnement musical propice à son épanouissement : son oncle, John Lewis, est pianiste du Modern Jazz Quartet, et les amis de la famille comptent la chanteuse Odetta, l'acteur Paul Robeson, le chanteur Pete Seeger ou Bob Dylan.

Il débute la guitare à sept ans et apprend en jouant autant la musique de son père que Richie Havens, Taj Mahal, Joan Baez, Odetta, Josh White ou The New Lost City Ramblers. Il intègre la High School of Music and Art de New York à treize ans pour étudier la guitare, la contrebasse, le piano et le chant. Après de brèves études de psychologie et de russe à la Colombia University, il part vivre à Paris, en 1970. Il y rencontre le guitariste Mickey Baker, s'intéresse  au blues, compose, vit un temps à Stockholm, avant de retourner à New York en 1980.

Enregistré avec Ric, The Needed Time Band and the Deacons, le premier album d'Eric Bibb, Spirit and the Blues (1994), mêle ses compositions de styles blues et gospel (« In My Father's House », « I am Blessed ») et basés sur des thèmes folk traditionnels et bluegrass (« Needed Time », « Where Shall I Be », « Lonesome Valley »).

En 1996, Eric Bibb est invité au London Blues Festival où il joue avec Corey Harris et Keb' Mo'. Sa carrière prend alors une tout autre tournure et il enregistre consécutivement l'album Good Stuff (1997), incluant principalement ses compositions (« Good Stuff », « Too Mush Whiskey », « Happy Home Recipe »).

Sur son troisième album intitulé Me To You (1997), Eric Bibb invite des musiciens qui l'ont profondément influencé comme Taj Mahal (« Sing Your Song ») et Pops and Mavis Staples. Le disque remporte un réel succès, accru par une tournée internationale. Home to Me (1999) reprend le titre réalisé avec Taj Mahal du précédent disque, un titre de Sam Cooke (« Bring it on Home to Me ») et propose  de nouvelles compositions (« For You », « Mandela Is Free », « Singin' in My Heart »).

S'ensuivent les albums Roadworks (2000), Painting Signs (2001), dédié au guitariste Pop Staples, et Just Like Love (2001). Le chanteur enregistre ensuite A Family Affair (2002) en duo avec son père Leon Bibb. Il assure la première partie de Ray Charles en 2002. Après Natural Light (2003), il sort Friends (2004) où il s'illustre dans des duos avec Odetta, Taj Mahal, Guy Davis, Charlie Musselwhite, Mamadou Diabate et Djelimady Toukara. Compositeur prolifique, il enchaîne avec A Ship Called Love (2005) et tourne aux Etats-Unis avec John Mayall & The Bluesbreakers.

Eric Bibb remporte son plus gros succès avec l'album Diamonds Days (2006), sans conteste le plus abouti et le plus personnel, avec des titres comme « Heading Home », « Still Livin'On », « Shine On », ou « In My Father's House » enregistré en direct avec Dave Bronze. La carrière d'Eric Bibb prend alors une ampleur considérable, la radio BBC reprenant son titre « Shine On » pour le générique d'une émission, tandis qu'il se produit au festival de Glastonbury en Angleterre, au Port Fairy Folk Festival en Australie, au Edmonton Folk Festival au Canada ou au Nice Jazz Festival en France.

Considérant Get On Board (2008) comme l'un de ses projets les plus excitants de sa carrière, Eric Bibb y fait se fondre blues, gospel et soul en compagnie de Bonnie Raitt, Ruthie Foster, Glen Scott, Tommy Sims et Lemar Carter. En avril 2009 est publié le résultat de la prestation du guitariste en direct de la radio FIP (Radio France), dans la série Live at FIP. L'année suivante, il consacre un album en hommage à Bukka White, jouant sur la Resophonic National du grand bluesman sur le morceau-titre. Le disque enregistré dans un ancien grand magasin de Burton dans l'Ohio comprend des compositions originales, en sus du traditionnel « Wayfaring Stranger » et du « Nobody's Fault But Mine » de Blind Willie Johnson. 

En 2012, c'est une ballade dans les bayous de Louisiane que s'offre Eric Bibb avec Deeper in the Well. quelques mois plus tard sort l'album Brothers in Bamako enregistré avec Habib Koité. En veine de collaborations, Eric Bibb sort en octobre 2013 Jericho Road enregistré dans une grande complicité avec le producteur et multi-instrumentiste Glenn Scott. Copyright 2014 Music Story Sophie Lespiaux


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page