Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Plus d'options
Eric Clapton & Friends: The Breeze - An Appreciation Of JJ Cale
 
Agrandissez cette image
 

Eric Clapton & Friends: The Breeze - An Appreciation Of JJ Cale

28 juillet 2014 | Format : MP3

EUR 10,29 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 14,40 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
3:04
30
2
2:18
30
3
3:46
30
4
3:06
30
5
5:15
30
6
2:26
30
7
3:41
30
8
3:02
30
9
2:54
30
10
2:59
30
11
2:36
30
12
2:55
30
13
4:50
30
14
2:02
30
15
2:45
30
16
3:30
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 1 janvier 2014
  • Date de sortie: 28 juillet 2014
  • Label: Universal Music Division Polydor
  • Copyright: (C) 2014 EPC Enterprises LLP, under exclusive licence to Polydor Ltd. (UK)
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 51:09
  • Genres:
  • ASIN: B00KUARC92
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (53 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 853 en Albums (Voir les 100 premiers en Albums)

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par lewis h le 1 septembre 2014
Format: CD Achat vérifié
Très agréablement surpris même. Bien sûr, rien qu'à voir les noms de Clapton, Petty, Knopfler, Mayer, etc on s'attend à de la bonne musique parfaitement interprétée mais sans plus. Quand dans le premier titre je me rends compte qu'ils se sont acharnés à reproduire le son propre et unique du maître Cale, jusque dans la voix, j'ai d'abord trouvé ça dommage. Et au fil des titres on voit bien qu'ils (Clapton bien sûr, entres autres) ont non seulement imité mais enrichi les œuvres, par des solis plus longs, des introductions, ou bien le choix parfois inattendu des titres etc, et j'oserai même dire enjolivés, sans toutefois trop en faire. Bien sûr Clapton aurait pu s'il le voulait nous sortir des solis de guitares de 10 min de folie, mais au contraire il est très discret et je pense qu'il a fait cet album comme JJ cale aurait voulu le produire lui-même s'il avait pu participer au projet (voir "the road to Escondido").
Pour moi l'autre bonne surprise c'est Mark Knopfler. Je possède tous ses albums solos et je les aime tous, mais là dans "Someday" et "Train to nowhere" (titres qui m'étaient inconnus) (je possède tous les albums officiels de JJ cale sauf "ten" et les compils) il m'a scié. Car il donne l'impression d'avoir rajeuni de 30 ans, que ce n'est pas Knopfler qui joue du JJ cale mais carrément du Dire Straits point. Autrement dit : la grande classe. Sinon tout le monde est parfait, y compris Willie Nelson, qui lui, garde sa propre voix!
Et en fait c'est l'ensemble du générique de ce disque qui est grandiose, quand on lit les noms de Derek Trucks, Nathan East, Albert Lee, david Lindley, doyle Bramhall II, Jim keltner, jim Karstein, jamie Oldaker. Christine Lakeland... tous de très grands noms.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
25 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile  Par Henri le 29 juillet 2014
Format: CD
26 juillet 2013 : J.J. Cale meurt soudainement d'une crise cardiaque. Eric Clapton apprend la triste nouvelle. Il se rend à Los Angeles afin d'assister à l'enterrement. Dans l'avion, Eric Clapton se dit qu'il lui rendra hommage d'une façon ou d'une autre : il songe aux chansons qu'il souhaite interpréter, en établissant une liste de trente chansons...

Telle est la genèse de l'album qui sortira un an plus tard : "The Breeze : an appreciation of J.J. Cale". Eric Clapton songe d'abord à rendre hommage à J.J. Cale en solo, puis il révise son jugement, et décide d'élaborer son projet de façon collective; il en parle à Christine Lakeland - la compagne de J.J. Cale - afin de choisir les invités qui participeront à ce disque. Tous deux songent d'abord à Tom Petty, qui accepte sur-le-champ...et qui chante sur trois chansons de l'album : "Rock and roll records" et "I got the same old blues" en duo avec Clapton, ainsi que sur "The old man and me", seul. Eric Clapton contacte d'autres artistes prestigieux, comme Willie Nelson ("Songbird" et "Starbound") ou encore Mark Knopfler ("Someday" et "Train to nowhere").

Sur ce disque, le casting est prestigieux (on note en outre la présence de David Lindley - le guitariste de Jackson Browne -, de Greg Leisz à la pedal steel guitar, de Jim Keltner à la batterie, etc.), mais nulle question d'ego : ce sont d'abord des amis qui ont répondu présents, des artistes généreux, conscients de ce qu'ils doivent à J.J. Cale.

J.J.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
42 internautes sur 47 ont trouvé ce commentaire utile  Par Eminian TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 28 juillet 2014
Format: CD Achat vérifié
Entre Eric Clapton et JJ Cale, c’était un peu « à la vie, à la mort », une longue amitié où l’un l’autre se renvoyèrent la balle artistique. JJ Cale fournit, entre autres par la suite, deux titres majeurs à Eric Clapton, After Midnight en 1970 au moment où il se lança dans une carrière solo et surtout Cocaïne en 1977 qui soulève toujours aujourd’hui l’enthousiasme des foules en concert avec son riff plombé. En retour, la renommée de l’Anglais ricocha sur l’Américain, le sortant de sa douce torpeur et de l’anonymat où il se complaisait.
Les deux lascars attendirent néanmoins seulement 2006 pour pleinement concrétiser leur entente musicale, avec The Road to Escondido, excellent album commun, un miel pour nos oreilles. Et puis le plus vieux est parti, JJ Cale (1938-2013) nous a quittés il y a un an, le 26 juillet. Afin de lui rendre hommage, le jeunot (né en 1945, quand même) a enregistré ce disque, The Breeze, avec une poignée de musiciens de qualité, proches du disparu.
Le noyau d’instrumentistes s’appuie sur des types comme Jim Keltner et Nathan East garde rapprochée de Clapton, aussi bien que Jimmy Karstein (batterie), Jamie Oldaker (basse), Reggie Young (guitare) la bande à Cale et Christine Lakeland sa compagne. Des invités prestigieux sont venus apporter leur soutien, Tom Petty, Mark Knopfler, John Mayer, Willie Nelson, Derek Trucks.
Tout ce beau linge, dans le plus grand respect et sans que quiconque, même Clapton, ne tire la couverture à lui, nous envoie de très belles versions des compositions de JJ Cale.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Rechercher des articles similaires par rubrique