undrgrnd Cliquez ici Bests nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 2 mai 2008
Thierry Escaich est un des très grands compositeurs de notre époque.Toutes ses compositions sont riches dans leur construction.
dans Chorus, "la ronde" par exemple est une oeuvre absolument exemplaire.l'intemporalité est marquée soit par le piano ,soit par les cordes dans un élan fantastique de tension détente. on sent le grand organiste et improvisateur qu'est T Escaich.
j'achète au fure et à mesure les CD de TE. Je ne suis JAMAIS déçue, bien au contraire.
0Commentaire4 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
50 PREMIERS REVISEURSle 27 août 2011
Thierry Escaich est un compositeur fascinant capable d'offrir de multiples facettes et une palette sonore sans cesse renouvelée. Chaque CD est une nouvelle expérience, jamais décevante et qui procure une rare jouissance musicale et intellectuelle.

Chorus regroupe un ensemble de pièces en formation de chambre ou piano seul composées entre 1990 et 2001. On y trouve une qualité d'écriture, une maîtrise stylistique déjà très éprouvées à l'époque où le compositeur achevait son cycle au CNSM et qui n'a cessé de progresser et s'enrichir depuis.

Le CD s'ouvre sur "Scènes de bal", un quatuor à cordes commandé par radio France pour le quatuor Ysaÿe en 2000. L'oeuvre se découpe en cinq scènes de bal mettant chacune en scène une danse particulière qui serait donnée dans une grande salle vide; chacune des scènes progresse de façon haletante maintenant une progression dramatique incroyable dans un univers chromatique et polyrythmique d'une rare densité.

"Les litanies de l'ombre" pour piano seul (1990) sont ici interprétées par Claire-Marie Le Guay qui est souvent dédicataire de pièces de Thierry Escaich. On assiste ici à un combat violent entre mysticisme et sensualité sur un faux rythme grégorien qui va progresser de manière effrénée et haletante jusqu'à envoûter son auditeur.

"La Ronde" est un quintette pour piano et cordes composé en 2000. il s'agit d'une oeuvre complexe enchaînant et superposant les thèmes sur la base d'un rondo pour évoluer dans un climat de plus en plus dramatique et sombre.

"Jeux de double" (2001) est une pièce pour piano seul composée sur le thème de la Gavotte et Six Doubles de Jean-Philippe Rameau. La pièce étire les réminiscences du compositeur baroque français jusqu'à composer un immense kaléidoscope formé par des oppositions frénétiques et jubilatoires.

"Nocturne" (1997) est une sonate en un mouvement pour piano et violoncelle particulièrement sombre et glaçante. Piano et violoncelle ne cessent d'inverser leur rôle dans une pièce tempétueuse en forme de long cri.

Enfin, "Chorus" (1998) est un quintette pour clarinette et quatuor à cordes qui marie l'improbable en superposant un ground d'inspiration Purcellienne avec des rythmiques de jazz qui vont progressivement prendre le pouvoir et faire basculer la pièce dans un tourbillon vif et syncopé.

La palette d'interprètes (Le Guay, Escaich, Chamayou au piano, le quatuor Ludwig et le clarinettiste Florent Héau ainsi que le violoncelliste Xavier Phillips) est brillante, totalement impliquée dans une musique souvent complexe et où la technique doit se mettre avant tout au service du discours. Certes, le climat général est d'allure sombre mais le disque est une réussite totale, indispensable à tout amateur d'Escaich.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Thierry Escaich n'est pas ce qu'on appelle un inconnu dans le petit monde des compositeurs - interprêtes de musique dite contemporaine. Le grand public ne le connait pas en raison d'une musique que l'on ne peut qualifier de prime abord de "populaire". Mais Olivier Messiaen, par exemple, reste également malgré tout un illustre inconnu.
Il faut accepter que l'oreille s'accoutume à des sonorités nouvelles mais une fois ce cap passé, les oeuvres de Escaich peuvent rappeler celles de Messiaen (les deux sont d'ailleurs organistes), mais avec plus de couleurs sombres, d'angoisse. Les compositions sont exigeantes, dénuées de futilités, reflétant une grande densité dans la composition.
A suivre.
0Commentaire4 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 février 2008
Thierry Escaich est le Français compositeur de contemporaine le plus reconnu par l'industrie musicale et...c'est bien dommage.Ce natif de 1965, à Rosny sous bois,en est le plus ringard et rétrograde de sa génération.Cependant Chorus contient ses pièces les plus crédibles et est sa seule contribution discographique valable.Et pour cause y est exhumé les faits des compositeurs français de la période précédente dite moderne et leur style dit impressionisme.Et ceci va presque jusqu'au plagia quand Thierry Escaich reprend le language musicale de Maurice Ravel dans Scène de Bal et dans Chorus respectivement deux quatuor à cordes au second sont adjoints un piano,une clarinette.Escaich fait un pastiche de Debussy et Satie dans Lithanie de l'ombre.Idem dans les autres pièces.Celà fait de la jolie musique mais on peut évoquer le style français avec sa propre conscience comme le fait Thierry Pécou (né aussi en 1965)dans Laisser Faire Un Voyage ou se représenter la France avec un language plus abstrait comme Philippe Leroux dans Voirex une certaine Provence.On ne combat pas le nationalisme actuel de bas étage avec de la démagogie
0Commentaire1 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus