Etats de choc:Bêtise et savoir au XXIe siècle et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus

Acheter neuf

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 13,38

ou
 
   
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Commencez à lire Etats de choc:Bêtise et savoir au XXIe siècle sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Etats de choc: Bêtise et savoir au XXIe siècle [Broché]

Bernard Stiegler
3.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
Prix : EUR 18,30 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le samedi 12 juillet ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 12,99  
Broché EUR 18,30  

Vous cherchez un livre ?

Tous nos livres
Retrouvez toutes les nouveautés en précommande dans notre boutique dédiée.

Description de l'ouvrage

1 février 2012 Essais

L’impression que la déraison domine désormais les hommes accable chacun d’entre nous. Que la rationalisation qui caractérise les sociétés industrielles conduise à la régression de la raison (comme bêtise ou comme folie), ce n’est pas une question nouvelle : Theodor Adorno et Max Horkheimer nous en avertissaient déjà en 1944 – au moment où Karl Polanyi publiait La Grande Transformation
Cette question a cependant été abandonnée, tandis qu’au tournant des années 1980, la rationalisation de toute activité, rapportée au seul critère de la « performance », était systématiquement et aveuglément orchestrée par la « révolution conservatrice » – imposant le règne de la bêtise et de l’incurie. 
Tout en mettant en évidence les limites de la philosophie qui inspirait l’École de Francfort, le post-structuralisme laisse aujourd’hui ses héritiers désarmés devant ce qui s’impose comme une guerre économique planétaire et extrêmement ravageuse. 
Naomi Klein a soutenu que la théorie et la pratique ultralibérales inspirées de Milton Friedman reposaient sur une « stratégie du choc ». L’« état de choc » permanent règne cependant depuis le début de la révolution industrielle – et plus encore depuis le temps où s’applique ce que Joseph Schumpeter décrivit comme une « destruction créatrice », caractéristique du modèle consumériste. 
À partir des années 1980, sous l’impulsion de Ronald Reagan et Margaret Thatcher, l’état de choc technologique a été suscité par un marketing planétaire ne rencontrant plus aucune limite, imposant la prolétarisation généralisée, et détruisant l’économie libidinale : ainsi s’est installé le capitalisme pulsionnel où la destruction créatrice est devenue une destruction du monde. 
L’état de choc est ce que le post-structuralisme n’aura pas pensé, principalement en raison de deux malentendus : 1. quant au sens de la prolétarisation (que Marx pense avant tout comme une perte de savoir induite par un choc machinique), 2. quant à la nature de l’économie libidinale (au sein de laquelle Freud, à partir de 1920, distingue la libido de la pulsion).

Bernard Stiegler, philosophe, est notamment l’auteur de La Technique et le Temps, Mécréance et discrédit, Prendre soin. De la jeunesse et des générations et Ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue. Depuis 2006, il dirige l’Institut de recherche et d’innovation (IRI) et préside l’association Ars Industrialis, Association internationale pour une politique industrielle des technologies de l’esprit.


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Etats de choc: Bêtise et savoir au XXIe siècle + Réenchanter le monde : La valeur esprit contre le populisme industriel + L'école, le numérique et la société qui vient
Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Bernard Stiegler, philosophe, est notamment l'auteur de La Technique et le Temps, Mécréance et discrédit, Prendre soin. De la jeunesse et des générations et Ce qui fait que la vie vaut la peine d'être vécue. Depuis 2006, il dirige l'Institut de recherche et d'innovation (IRI) et préside l'association Ars Industrialis, Association internationale pour une politique industrielle des technologies de l'esprit.

Détails sur le produit

  • Broché: 360 pages
  • Editeur : Fayard/Mille et une nuits (1 février 2012)
  • Collection : Essais
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2755506458
  • ISBN-13: 978-2755506457
  • Dimensions du produit: 21,4 x 13,4 x 2,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 94.650 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

3.0 étoiles sur 5
3.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
8 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 De la "forme" et du "fond" ou la confusion moderniste 13 juillet 2012
Format:Broché
Le soussigné a découvert - avec un fort intérêt - Bernard Stiegler dans le cadre de l'émission de Frédéric Taddeï, "Ce soir ou jamais". Ses propos mesurés, précis, profonds, le sens de son écoute, m'ont rapidement séduit, autant que la perspective dans laquelle cet auteur se situe, et sa critique charpentée et ciblée contre l'ultra libéralisme contemporain.
Cependant après l'achat de l'ouvrage cité, "Etats de choc", quelle déception en constatant l'épouvantable - et c'est un euphémisme ! - JARGON dont use Bernard Stiegler et ceci dès l'introduction. Des phrases trop longues, alambiquées à l'extrême, dont le thème pourrait être définis en mots concis, selon des images symboliques et dans une construction qui privilégie la clarté et la simplicité. Ici c'est exactement l'inverse, et alors que l'on ne peut qu'adhérer aux idées - le "fond" - de cet auteur (si l'on se prétend humaniste), chaque page suscite, de par sa "forme", une exaspération croissante par les maux de tête suscités par le déchiffrement de la lecture ! L'influence du verbeux et amphigourique Derrida (auquel l'auteur se sent malheureusement par trop redevable...) constitue indéniablement à cet égard un désastre complet ! N'est-ce pas pourtant un certain Nicolas Boileau qui écrivait : "(...) Avant donc que d'écrire, apprenez à penser, Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément" (De l'Art Poétique, chant 1er, 1674).
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 titre accrocheur mais.... 7 octobre 2012
Par paskalou
Format:Broché
Titre accrocheur , theme interessant:la déculturisation , la dépersonnelisation,la deindividuelisation par la language unique rabaché par les medias , les "experts" , les politiques de tous poils : la CRISE , la DETTE , la COMPETITIVITE.....etc...transforment les citoyens en "betes" , moutons de Panurge.
Mais quel gachis , l'auteur emploie des termes abscons , etrangers cite l'Aufklarung à chaque page , se renvoie constamment en toute modestie à lui meme ; rabache et rabache : la répétition ne fait pas la preuve !
Au lieu de citer Adorno , Derida , Lyotard l'auteur devrait se rapeller de Boileau : ce qui se concoit bien s'énonce clairement
L'auteur qui doit se prétendre "intellectuel" ou gourou devrait faire sienne Boileau .
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
0 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent 11 juin 2012
Format:Broché|Achat vérifié
En cours de lecture, ce qui veut dire que je suis en train de le lire et que je retiens mon commentaire pour l'instant (plus de 20 mots peu de répétitions...)
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?