EUR 8,70
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 10 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Ajouter au panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Etre sans destin Poche – 31 août 2009


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 8,70
EUR 8,50 EUR 5,00

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Etre sans destin + Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas + Le refus
Acheter les articles sélectionnés ensemble


NO_CONTENT_IN_FEATURE

Détails sur le produit

  • Poche: 364 pages
  • Editeur : Actes Sud (31 août 2009)
  • Collection : Babel
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2742784896
  • ISBN-13: 978-2742784899
  • Dimensions du produit: 17,4 x 11 x 2,4 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (16 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 42.426 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne 

4.7 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un client on 17 mai 2004
Format: Poche
Un texte magnifique, l'histoire d'un jeune garçon qui nous fait entrer à Auschwitz comme des enfants, avec une naïveté epoustouflante. Un texte poignant par son sens de l'humour, par la pertinence de la façon dont il parvient à nous faire entrer tout doucement et comme par hasard dans l'horreur des camps. A ranger à cote de Robert Antelme, de Jorge Semprun, de Charlotte Delbo, de Primo Levi...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un client on 17 janvier 2003
Format: Poche
De ses yeux innocents, avec toute la candeur dûe à son âge et à son 'ignorance', ce jeune hongrois nous plonge pas à pas dans cet univers dégoutant qu'est le Camp, comme il l'a découvert et vécu ; Comment il a abandonné tout espoir d'en sortir, comment il a pu y trouver un peu de bonheur pour survivre jusqu'au jour suivant... Un roman émouvant qui mérite bien son Prix Nobel !!!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
19 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par David on 9 mars 2003
Format: Poche
À Budapest, pendant la guerre, un adolescent juif mais sans sentiment religieux particulier, et qui envisage avec un certain détachement ses rapports avec ses parents divorcés et avec sa belle-mère, se voit obligé de quitter le lycée et de travailler dans une raffinerie de pétrole pour subvenir aux besoins des siens lorsque son père part dans un camp de travail.
Un jour, sur le chemin du travail, la police hongroise l’oblige à descendre du bus, et avec ses collègues, il est emmené à Auschwitz d’abord, ensuite à Buchenwald, et puis à Zeitz.
Les phrases sont courtes, le style précis. Le récit se limite à des faits concrets, et si jamais une réaction psychologique est évoquée, elle est accompagnée d’une formule telle que «me semble-t-il», comme si sa véracité ne pouvait être garantie.
Petit à petit, le narrateur s’habitue à l’univers qui est le sien, semble oublier sa vie antérieure, et entre dans la logique des camps. Il se retrouve enfin à l’hôpital de Buchenwald dans un univers presque douillet.
Après sa libération, il ne parvient pas à partager son expérience, même avec des personnes bien disposées à son égard. Les notions d’«enfer» et de «destin» pour lui ne correspondent à rien. «Oui, c’est de cela, du bonheur des camps de concentration, que je devrais parler la prochaine fois, quand on me posera des questions,» conclut-il.
«L’Être sans destin» de Kertész est-il ainsi nommé en souvenir de «L’Homme sans qualités» de Musil? En tout cas, il est difficile de ne pas songer à Kafka en lisant ces pages.
La traduction, autant qu’on puisse en juger sans comparer les deux textes, semble être sans faille.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pej on 6 avril 2005
Format: Poche Achat vérifié
Pour le lecteur qui s'intéresse aux témoignages sur la Shoah, le livre d'Imre Kertész pourra sembler moins percutant, moins émouvant que ceux de Primo Lévi ou Robert Antelme (pour ne citer qu'eux). Mais la force du livre et son originalité résident dans le fait que Kertész réussit à nous plonger dans la peau de l'adolescent de 15 ans qu'il était au moment de sa déportation (alors que le livre a été écrit 20 ans plus tard). D'où le regard décalé qui est le sien, pour lequel de manière presque paradoxale, tout apparaît si "naturel". Qui aurait cru par exemple que Buchenwald puisse faire naître le "mal du pays" ?
Un livre fort qui se lit comme un roman.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Luc REYNAERT TOP 100 COMMENTATEURS on 7 août 2011
Format: Poche
Ce livre donne une image réaliste de l'Holocauste vu à travers les yeux d'un garçon de 15 ans (l'auteur). Ce qui le rend particulièrement impressionnant est son évocation de l'innocence et de l'incroyable crédulité de l'adolescent et de sa famille, qui obéissent sans la moindre résistance aux commandements de la police. Ils ne découvrent que lentement, par bribes et morceaux, l'horrible vérité.

Pourquoi `Etre sans destin'? Parce que s'il y avait eu un échange de bébés au moment de leur naissance, chaque destin aurait été totalement différent.
L'auteur est extrêmement dur pour lui-même et sa famille: ils ont subi leur destin, Ils ne se sont pas rendu compte que `chacun est son propre destin'. Comme l'a bien dit F. Nietzsche, il faut vivre, prendre son propre sort en main, et ne pas `être vécu'.

Ce roman a le même haut niveau que d'autres romans impressionnants sur le régime totalitaire et ses camps concentrationnaires, comme par exemple ceux de Primo Levi ou de Jorge Semprun.
Un vrai chef-d'aeuvre.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par S. Jullien on 1 septembre 2011
Format: Poche Achat vérifié
L'auteur reussit par sun procédé littéraire simple et agréable à évoquer des situations extrêmes et à les replacer devant son narateur : le propre des souvenirs est qu'ils sont derrière, déjà modifiés, interprêtés, reconnus. Ici, le narateur découvre les faits en même temps que le lecteur.
je croyais "connaitre" le sujet du livre.
C'est curieusement en dépit du sujet très agréable à lire, le narateur est attachant, disponible, très accessible. C'est même parfois très drôle, du drame on bascule avec facilité dans l'absurde.
Ce bouquin m'a amené à réfléchir à ma propre responsabilité dans l'Histoire. ce n'est pas du tout du tout culpabilisant, c'est ouvert : l'auteur nous interroge peut être sur des recoins de notre nature humaine auquel on n'accède rarement.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Commentaires client les plus récents

Rechercher


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?