undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:13,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 13 juillet 2014
N’en déplaise à l’enseignant philosophe Frédéric Schiffter qui, dans « Le charme des penseurs tristes », qualifie à tort la prose de Bodinat de « monotone » et ses pensées de « molles et graves considérations », les rares écrits de l’énigmatique auteur de « La vie sur Terre » sont des boulets ardents sifflant et psalmodiant la déshumanisation en marche sous les effets conjugués et catalyseurs de la technologie débridée puis de la pollution des corps, des esprits et de la terre entière. Une abyssale mélancolie baigne à l’acide tous les trésors de l’existence enfuis. Il était logique que Bodinat s’intéressât à la vie et à l’œuvre du photographe documentariste Eugène Atget (1857-1927) soucieux de capturer le Paris ancien, mourant ou évanescent, tels les devantures de boutiques vieillottes, les petits métiers oubliés, les cours d’immeuble, etc. Baudouin de Bodinat abandonne son phrasé si particulier fait de longues conjonctions dérivantes qui entraient de plein fouet dans l’actualité technique et scientifique la mieux informée pour se centrer sur une biographie taillée à l’os, animant un photographe défunt, le restituant dans son originalité incomprise et son humble grandeur. Atget vendait ses tirages photographiques aux commerçants ou aux artistes (Foujita, Vlaminck, Utrillo, Braque, Derain, etc.) pour un franc pièce. Le photographe surréaliste Man Ray « crut comprendre qu’il n’avait pas affaire à un artiste mais à une sorte de Douanier, de Facteur Cheval. » Pourtant, il envoya son assistante, l’Américaine Berenice Abbott (1898-1991) qui fut séduite par Atget au point d’acheter une partie de ses photographies et de le faire connaître par ses écrits. Magnifiquement construit, écrit et illustré, l’article de Bodinat paru initialement en 1992 dans la revue Trouvailles trouve dans l’écrin d’un petit livre savamment édité en 2014 un second souffle. La vision de Bodinat est en plein accord avec celle du photographe. Il suffira d’en extraire une phrase pour le montrer : « Une mélancolie héraclitéenne infuse dans cette œuvre : on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve, qui n’est pas celui du temps, mais notre propre vie allant au déversoir. »
44 commentaires| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)