undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo
 

Eurythmics


Top albums (Voir les 83)


Voir les 83 albums de Eurythmics

Eurythmics : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 356
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Image de Eurythmics

Biographie

L'histoire d'Eurythmics commence 1976 dans un restaurant de Londres, le Pippin. L'Ecossaise Annie Lennox, âgée de 22 ans, y est serveuse. Musicienne depuis son plus jeune âge, ses projets professionnels sont essentiellement tourné vers la musique. Les mêmes aspirations animent Dave Stewart, guitariste depuis l'âge de 12 ans (il en a maintenant 24), anglais parcourant l'Europe pour jouer dans de petits clubs. Ce soir de 1976, il est venu dîner avec Pete Coombes, un ami musicien. Pour Annie Lennox et Dave Stewart, le coup de foudre est immédiat. Il la demande d'ailleurs en mariage le soir même. ... Lire la suite

L'histoire d'Eurythmics commence 1976 dans un restaurant de Londres, le Pippin. L'Ecossaise Annie Lennox, âgée de 22 ans, y est serveuse. Musicienne depuis son plus jeune âge, ses projets professionnels sont essentiellement tourné vers la musique. Les mêmes aspirations animent Dave Stewart, guitariste depuis l'âge de 12 ans (il en a maintenant 24), anglais parcourant l'Europe pour jouer dans de petits clubs. Ce soir de 1976, il est venu dîner avec Pete Coombes, un ami musicien. Pour Annie Lennox et Dave Stewart, le coup de foudre est immédiat. Il la demande d'ailleurs en mariage le soir même. Le mariage ne se fera pas, mais c'est le début d'une histoire d'amour et d'une collaboration artistique des plus fructueuses.

Avec Pete Coombes, Annie Lennox et Dave Stewart décident de créer un premier groupe, The Catch, qui sortira un unique single, « Borderline » : un désastre. Mais très vite le trio est rejoint par Eddy Chin (basse) et Jim Toomey (batterie), et 1977 voit la naissance de The Tourists, formation mélangeant pop et punk. Le groupe signe avec le label Logo et leur premier album, The Tourists, produit par Conny Plank, connaît un succès d'estime. C'est essentiellement lors de leurs concerts que les Tourists se font remarquer (ils feront la première partie de Roxy Music en 1979), et les performances vocales d'Annie Lennox ne sont certainement pas étrangères à cette reconnaissance du public et de la critique.

Après 3 albums et une reprise de Dusty Springfield (« I only want to be with you »), le groupe se sépare en 1980, en même temps que le couple Lennox/Stewart. Couple qui décide de continuer à travailler ensemble malgré tout, et de créer Eurythmics en 1981. Une nouvelle ère commence où les deux artistes sont au cœur de la création musicale, maîtrisant la totalité du processus de production.

Ils se tournent à nouveau vers Conny Plank pour enregistrer leur premier album. De février à juin 1981, ils sont à Cologne, en Allemagne, et enregistrent In the garden qui est dans les bacs en octobre de la même année, précédé par le single « Never gonna cry again ». L'ensemble est de bonne facture avec des titres qui ne prendront pas une ride, mais le succès n'est pas au rendez vous. Le groupe entame une longue tournée au Royaume Uni et les deux artistes en sortent épuisés, Dave Stewart souffrant de problèmes pulmonaires liés à un ancien accident de voiture, et Annie Lennox étant dépressive.

Malgré tout, ils se remettent au travail et leur 2ème album Sweet dreams (are made of this) sort au début de l'année 1983 en même temps que le single éponyme. Cette fois les prouesses mélodiques du groupe sont reconnues. L'album se classe n°3 des ventes en Grande Bretagne et n°15 aux Etats-Unis. Le single « Sweet dreams » est quand à lui n°1 dans de nombreux pays et est aujourd'hui encore l'un des titres-phare d'Eurythmics, une référence dans le monde du rock. Il sera repris de nombreuses fois par des artistes aussi différents que Marilyn Mansion, Henri Mancini, Pink et Tricky (ces deux derniers ayant utilisé des samples de la chanson). En France, Sylvie Vartan propose une version française complètement tronquée, bien loin de l'original et de qualité plus que médiocre.

Toujours en 1983, tandis le groupe effectue une tournée internationale, sort Touch, 3ème opus qui sera à nouveau une réussite. Michaël Kamen y participe aux arrangements des morceaux pour la 1ère fois. Les titres « Right by your side » ou encore «Here comes the rain again» assoient la notoriété d'Eurythmics qui se fait également remarquer par des clips à l'esthétisme recherché. « Who's that girl » où l'on voit Annie Lennox interpréter le rôle d'une femme et d'un homme (ressemblant à Elvis) est à ce titre caractéristique. Eurythmics devient, aux cotés de New Order ou de Depeche Mode, une référence de la nouvelle scène britannique.

En mai 1984 sort Touch dance qui comprend des titres remixés par François Kervokian et John « Jellybean » Benitez. Mais cette année est marquée par la sortie du foudroyant 1984 (for the love of Big Brother), dont « Sexcrime (1984) », avec sa rythmique infernale et ses arrangements efficaces, est un des meilleurs titres. Initialement écrit pour être la bande originale du film de Michaël Radford (finalement écrite par Dominic Muldowney), le duo a composé des morceaux percutants, tant au niveau des paroles que de la musique, « Sexcrime » étant d'ailleurs banni des radios américaines en raison de propos jugés choquants.

Désormais, Eurythmics connaît une renommée internationale et domine la production pop-rock de la fin des années 80. Les albums suivants confirment à chaque fois le succès : Be yourself tonight (avril 1985) est n°3 en Angleterre (le single « There must be an angel » avec Stevie Wonder à l'harmonica est quand à lui n°1) et comprend des duos avec Aretha Franklin et Elvis Costello (« Sisters are doin' it for themselves » et « Adrian »). Avec Revenge (juin 1986), la route du succès continue, même si la critique accuse le groupe d'avoir perdu son sens de l'innovation. Sur scène, les deux artistes excellent dans des shows à leur démesure (malgré quelques problèmes vocaux pour Annie Lennox qui l'empêchent de participer au Live Aid en 1986).

Le 7ème album du groupe, Savage, sort en novembre 1988. Le succès est moindre (il est néanmoins n°7 des ventes en Grande Bretagne), mais, grâce à des textes profonds et un retour à leurs racines musicales, il est souvent considéré comme le meilleur album de Eurythmics. Moins « usines à tubes » que les précédents, on y retrouve des titres de qualité comme « I need a man » ou « You have place a chill in my heart ». Exceptionnellement, la sortie du disque ne sera pas suivie d'une tournée internationale, mais on peut quand même voir le groupe à Wembley lors d'un concert pour la libération de Mandela en juin 1988. Constante chez Annie Lennox et Dave Stewart depuis leurs débuts : le duo est engagé dans de nombreuses causes humanitaires (entre autres les droits de la femme et même le végétarisme) et participe régulièrement à des concerts et autres actions militantes.

Après une pause bien nécessaire, le groupe revient sur le devant de la scène à la fin de l'année 1989 avec We two are one, un album globalement réussi, mais pas aussi novateur que les précédents. L'année suivante, alors qu'ils viennent chercher leur trophée lors des Brit Awards, Annie Lennox et Dave Stewart annoncent la fin du groupe afin de pouvoir consacrer plus de temps à leurs familles et entamer des carrières en solo. Opportuniste, leur maison de disque en profite donc pour sortir un Greatest Hits et un Live 1983 -1989 retraçant toute leur carrière.

Ils se retrouveront 9 ans plus tard, toujours lors d'une cérémonie des Brit Awards lors de laquelle ils seront remerciés pour leur contribution exceptionnelle à la musique anglaise (c'est leur 11ème Award !). Fin 1999, le 8ème album d'Eurythmics est dans les bacs. Peace est un album résolument différent. Œuvre de deux artistes à l'aube de la cinquantaine, connus et reconnus, maîtrisant leur art, il constitue un résumé de la carrière du groupe, mêlant inspirations gospel et soul, avec la voix toujours magnifique d'Annie Lennox. Après une tournée mondiale au profit de Greenpeace et Amnesty International en 2000, chacun retourne à ses travaux personnels. Le 31 octobre 2005 parait leur Ultimate Collection regroupant les 8 albums et quelques inédits.

Difficile de dire si c'est là la fin officielle d'Eurythmics, toujours est-il que le groupe a su se jouer avec créativité du formatage pop-rock des années 80, chose somme toute assez rare en ces temps de prise de pouvoir du marketing sur l'artistique. Depuis 25 ans, l'étrange alchimie entre ces deux personnalités au talent indéniable aura permis de nombreuses prouesses mélodiques et autres inventions sonores qui font aujourd'hui encore figure de référence électro-pop.

Copyright 2014 Music Story Emeline Blanquart

L'histoire d'Eurythmics commence 1976 dans un restaurant de Londres, le Pippin. L'Ecossaise Annie Lennox, âgée de 22 ans, y est serveuse. Musicienne depuis son plus jeune âge, ses projets professionnels sont essentiellement tourné vers la musique. Les mêmes aspirations animent Dave Stewart, guitariste depuis l'âge de 12 ans (il en a maintenant 24), anglais parcourant l'Europe pour jouer dans de petits clubs. Ce soir de 1976, il est venu dîner avec Pete Coombes, un ami musicien. Pour Annie Lennox et Dave Stewart, le coup de foudre est immédiat. Il la demande d'ailleurs en mariage le soir même. Le mariage ne se fera pas, mais c'est le début d'une histoire d'amour et d'une collaboration artistique des plus fructueuses.

Avec Pete Coombes, Annie Lennox et Dave Stewart décident de créer un premier groupe, The Catch, qui sortira un unique single, « Borderline » : un désastre. Mais très vite le trio est rejoint par Eddy Chin (basse) et Jim Toomey (batterie), et 1977 voit la naissance de The Tourists, formation mélangeant pop et punk. Le groupe signe avec le label Logo et leur premier album, The Tourists, produit par Conny Plank, connaît un succès d'estime. C'est essentiellement lors de leurs concerts que les Tourists se font remarquer (ils feront la première partie de Roxy Music en 1979), et les performances vocales d'Annie Lennox ne sont certainement pas étrangères à cette reconnaissance du public et de la critique.

Après 3 albums et une reprise de Dusty Springfield (« I only want to be with you »), le groupe se sépare en 1980, en même temps que le couple Lennox/Stewart. Couple qui décide de continuer à travailler ensemble malgré tout, et de créer Eurythmics en 1981. Une nouvelle ère commence où les deux artistes sont au cœur de la création musicale, maîtrisant la totalité du processus de production.

Ils se tournent à nouveau vers Conny Plank pour enregistrer leur premier album. De février à juin 1981, ils sont à Cologne, en Allemagne, et enregistrent In the garden qui est dans les bacs en octobre de la même année, précédé par le single « Never gonna cry again ». L'ensemble est de bonne facture avec des titres qui ne prendront pas une ride, mais le succès n'est pas au rendez vous. Le groupe entame une longue tournée au Royaume Uni et les deux artistes en sortent épuisés, Dave Stewart souffrant de problèmes pulmonaires liés à un ancien accident de voiture, et Annie Lennox étant dépressive.

Malgré tout, ils se remettent au travail et leur 2ème album Sweet dreams (are made of this) sort au début de l'année 1983 en même temps que le single éponyme. Cette fois les prouesses mélodiques du groupe sont reconnues. L'album se classe n°3 des ventes en Grande Bretagne et n°15 aux Etats-Unis. Le single « Sweet dreams » est quand à lui n°1 dans de nombreux pays et est aujourd'hui encore l'un des titres-phare d'Eurythmics, une référence dans le monde du rock. Il sera repris de nombreuses fois par des artistes aussi différents que Marilyn Mansion, Henri Mancini, Pink et Tricky (ces deux derniers ayant utilisé des samples de la chanson). En France, Sylvie Vartan propose une version française complètement tronquée, bien loin de l'original et de qualité plus que médiocre.

Toujours en 1983, tandis le groupe effectue une tournée internationale, sort Touch, 3ème opus qui sera à nouveau une réussite. Michaël Kamen y participe aux arrangements des morceaux pour la 1ère fois. Les titres « Right by your side » ou encore «Here comes the rain again» assoient la notoriété d'Eurythmics qui se fait également remarquer par des clips à l'esthétisme recherché. « Who's that girl » où l'on voit Annie Lennox interpréter le rôle d'une femme et d'un homme (ressemblant à Elvis) est à ce titre caractéristique. Eurythmics devient, aux cotés de New Order ou de Depeche Mode, une référence de la nouvelle scène britannique.

En mai 1984 sort Touch dance qui comprend des titres remixés par François Kervokian et John « Jellybean » Benitez. Mais cette année est marquée par la sortie du foudroyant 1984 (for the love of Big Brother), dont « Sexcrime (1984) », avec sa rythmique infernale et ses arrangements efficaces, est un des meilleurs titres. Initialement écrit pour être la bande originale du film de Michaël Radford (finalement écrite par Dominic Muldowney), le duo a composé des morceaux percutants, tant au niveau des paroles que de la musique, « Sexcrime » étant d'ailleurs banni des radios américaines en raison de propos jugés choquants.

Désormais, Eurythmics connaît une renommée internationale et domine la production pop-rock de la fin des années 80. Les albums suivants confirment à chaque fois le succès : Be yourself tonight (avril 1985) est n°3 en Angleterre (le single « There must be an angel » avec Stevie Wonder à l'harmonica est quand à lui n°1) et comprend des duos avec Aretha Franklin et Elvis Costello (« Sisters are doin' it for themselves » et « Adrian »). Avec Revenge (juin 1986), la route du succès continue, même si la critique accuse le groupe d'avoir perdu son sens de l'innovation. Sur scène, les deux artistes excellent dans des shows à leur démesure (malgré quelques problèmes vocaux pour Annie Lennox qui l'empêchent de participer au Live Aid en 1986).

Le 7ème album du groupe, Savage, sort en novembre 1988. Le succès est moindre (il est néanmoins n°7 des ventes en Grande Bretagne), mais, grâce à des textes profonds et un retour à leurs racines musicales, il est souvent considéré comme le meilleur album de Eurythmics. Moins « usines à tubes » que les précédents, on y retrouve des titres de qualité comme « I need a man » ou « You have place a chill in my heart ». Exceptionnellement, la sortie du disque ne sera pas suivie d'une tournée internationale, mais on peut quand même voir le groupe à Wembley lors d'un concert pour la libération de Mandela en juin 1988. Constante chez Annie Lennox et Dave Stewart depuis leurs débuts : le duo est engagé dans de nombreuses causes humanitaires (entre autres les droits de la femme et même le végétarisme) et participe régulièrement à des concerts et autres actions militantes.

Après une pause bien nécessaire, le groupe revient sur le devant de la scène à la fin de l'année 1989 avec We two are one, un album globalement réussi, mais pas aussi novateur que les précédents. L'année suivante, alors qu'ils viennent chercher leur trophée lors des Brit Awards, Annie Lennox et Dave Stewart annoncent la fin du groupe afin de pouvoir consacrer plus de temps à leurs familles et entamer des carrières en solo. Opportuniste, leur maison de disque en profite donc pour sortir un Greatest Hits et un Live 1983 -1989 retraçant toute leur carrière.

Ils se retrouveront 9 ans plus tard, toujours lors d'une cérémonie des Brit Awards lors de laquelle ils seront remerciés pour leur contribution exceptionnelle à la musique anglaise (c'est leur 11ème Award !). Fin 1999, le 8ème album d'Eurythmics est dans les bacs. Peace est un album résolument différent. Œuvre de deux artistes à l'aube de la cinquantaine, connus et reconnus, maîtrisant leur art, il constitue un résumé de la carrière du groupe, mêlant inspirations gospel et soul, avec la voix toujours magnifique d'Annie Lennox. Après une tournée mondiale au profit de Greenpeace et Amnesty International en 2000, chacun retourne à ses travaux personnels. Le 31 octobre 2005 parait leur Ultimate Collection regroupant les 8 albums et quelques inédits.

Difficile de dire si c'est là la fin officielle d'Eurythmics, toujours est-il que le groupe a su se jouer avec créativité du formatage pop-rock des années 80, chose somme toute assez rare en ces temps de prise de pouvoir du marketing sur l'artistique. Depuis 25 ans, l'étrange alchimie entre ces deux personnalités au talent indéniable aura permis de nombreuses prouesses mélodiques et autres inventions sonores qui font aujourd'hui encore figure de référence électro-pop.

Copyright 2014 Music Story Emeline Blanquart

L'histoire d'Eurythmics commence 1976 dans un restaurant de Londres, le Pippin. L'Ecossaise Annie Lennox, âgée de 22 ans, y est serveuse. Musicienne depuis son plus jeune âge, ses projets professionnels sont essentiellement tourné vers la musique. Les mêmes aspirations animent Dave Stewart, guitariste depuis l'âge de 12 ans (il en a maintenant 24), anglais parcourant l'Europe pour jouer dans de petits clubs. Ce soir de 1976, il est venu dîner avec Pete Coombes, un ami musicien. Pour Annie Lennox et Dave Stewart, le coup de foudre est immédiat. Il la demande d'ailleurs en mariage le soir même. Le mariage ne se fera pas, mais c'est le début d'une histoire d'amour et d'une collaboration artistique des plus fructueuses.

Avec Pete Coombes, Annie Lennox et Dave Stewart décident de créer un premier groupe, The Catch, qui sortira un unique single, « Borderline » : un désastre. Mais très vite le trio est rejoint par Eddy Chin (basse) et Jim Toomey (batterie), et 1977 voit la naissance de The Tourists, formation mélangeant pop et punk. Le groupe signe avec le label Logo et leur premier album, The Tourists, produit par Conny Plank, connaît un succès d'estime. C'est essentiellement lors de leurs concerts que les Tourists se font remarquer (ils feront la première partie de Roxy Music en 1979), et les performances vocales d'Annie Lennox ne sont certainement pas étrangères à cette reconnaissance du public et de la critique.

Après 3 albums et une reprise de Dusty Springfield (« I only want to be with you »), le groupe se sépare en 1980, en même temps que le couple Lennox/Stewart. Couple qui décide de continuer à travailler ensemble malgré tout, et de créer Eurythmics en 1981. Une nouvelle ère commence où les deux artistes sont au cœur de la création musicale, maîtrisant la totalité du processus de production.

Ils se tournent à nouveau vers Conny Plank pour enregistrer leur premier album. De février à juin 1981, ils sont à Cologne, en Allemagne, et enregistrent In the garden qui est dans les bacs en octobre de la même année, précédé par le single « Never gonna cry again ». L'ensemble est de bonne facture avec des titres qui ne prendront pas une ride, mais le succès n'est pas au rendez vous. Le groupe entame une longue tournée au Royaume Uni et les deux artistes en sortent épuisés, Dave Stewart souffrant de problèmes pulmonaires liés à un ancien accident de voiture, et Annie Lennox étant dépressive.

Malgré tout, ils se remettent au travail et leur 2ème album Sweet dreams (are made of this) sort au début de l'année 1983 en même temps que le single éponyme. Cette fois les prouesses mélodiques du groupe sont reconnues. L'album se classe n°3 des ventes en Grande Bretagne et n°15 aux Etats-Unis. Le single « Sweet dreams » est quand à lui n°1 dans de nombreux pays et est aujourd'hui encore l'un des titres-phare d'Eurythmics, une référence dans le monde du rock. Il sera repris de nombreuses fois par des artistes aussi différents que Marilyn Mansion, Henri Mancini, Pink et Tricky (ces deux derniers ayant utilisé des samples de la chanson). En France, Sylvie Vartan propose une version française complètement tronquée, bien loin de l'original et de qualité plus que médiocre.

Toujours en 1983, tandis le groupe effectue une tournée internationale, sort Touch, 3ème opus qui sera à nouveau une réussite. Michaël Kamen y participe aux arrangements des morceaux pour la 1ère fois. Les titres « Right by your side » ou encore «Here comes the rain again» assoient la notoriété d'Eurythmics qui se fait également remarquer par des clips à l'esthétisme recherché. « Who's that girl » où l'on voit Annie Lennox interpréter le rôle d'une femme et d'un homme (ressemblant à Elvis) est à ce titre caractéristique. Eurythmics devient, aux cotés de New Order ou de Depeche Mode, une référence de la nouvelle scène britannique.

En mai 1984 sort Touch dance qui comprend des titres remixés par François Kervokian et John « Jellybean » Benitez. Mais cette année est marquée par la sortie du foudroyant 1984 (for the love of Big Brother), dont « Sexcrime (1984) », avec sa rythmique infernale et ses arrangements efficaces, est un des meilleurs titres. Initialement écrit pour être la bande originale du film de Michaël Radford (finalement écrite par Dominic Muldowney), le duo a composé des morceaux percutants, tant au niveau des paroles que de la musique, « Sexcrime » étant d'ailleurs banni des radios américaines en raison de propos jugés choquants.

Désormais, Eurythmics connaît une renommée internationale et domine la production pop-rock de la fin des années 80. Les albums suivants confirment à chaque fois le succès : Be yourself tonight (avril 1985) est n°3 en Angleterre (le single « There must be an angel » avec Stevie Wonder à l'harmonica est quand à lui n°1) et comprend des duos avec Aretha Franklin et Elvis Costello (« Sisters are doin' it for themselves » et « Adrian »). Avec Revenge (juin 1986), la route du succès continue, même si la critique accuse le groupe d'avoir perdu son sens de l'innovation. Sur scène, les deux artistes excellent dans des shows à leur démesure (malgré quelques problèmes vocaux pour Annie Lennox qui l'empêchent de participer au Live Aid en 1986).

Le 7ème album du groupe, Savage, sort en novembre 1988. Le succès est moindre (il est néanmoins n°7 des ventes en Grande Bretagne), mais, grâce à des textes profonds et un retour à leurs racines musicales, il est souvent considéré comme le meilleur album de Eurythmics. Moins « usines à tubes » que les précédents, on y retrouve des titres de qualité comme « I need a man » ou « You have place a chill in my heart ». Exceptionnellement, la sortie du disque ne sera pas suivie d'une tournée internationale, mais on peut quand même voir le groupe à Wembley lors d'un concert pour la libération de Mandela en juin 1988. Constante chez Annie Lennox et Dave Stewart depuis leurs débuts : le duo est engagé dans de nombreuses causes humanitaires (entre autres les droits de la femme et même le végétarisme) et participe régulièrement à des concerts et autres actions militantes.

Après une pause bien nécessaire, le groupe revient sur le devant de la scène à la fin de l'année 1989 avec We two are one, un album globalement réussi, mais pas aussi novateur que les précédents. L'année suivante, alors qu'ils viennent chercher leur trophée lors des Brit Awards, Annie Lennox et Dave Stewart annoncent la fin du groupe afin de pouvoir consacrer plus de temps à leurs familles et entamer des carrières en solo. Opportuniste, leur maison de disque en profite donc pour sortir un Greatest Hits et un Live 1983 -1989 retraçant toute leur carrière.

Ils se retrouveront 9 ans plus tard, toujours lors d'une cérémonie des Brit Awards lors de laquelle ils seront remerciés pour leur contribution exceptionnelle à la musique anglaise (c'est leur 11ème Award !). Fin 1999, le 8ème album d'Eurythmics est dans les bacs. Peace est un album résolument différent. Œuvre de deux artistes à l'aube de la cinquantaine, connus et reconnus, maîtrisant leur art, il constitue un résumé de la carrière du groupe, mêlant inspirations gospel et soul, avec la voix toujours magnifique d'Annie Lennox. Après une tournée mondiale au profit de Greenpeace et Amnesty International en 2000, chacun retourne à ses travaux personnels. Le 31 octobre 2005 parait leur Ultimate Collection regroupant les 8 albums et quelques inédits.

Difficile de dire si c'est là la fin officielle d'Eurythmics, toujours est-il que le groupe a su se jouer avec créativité du formatage pop-rock des années 80, chose somme toute assez rare en ces temps de prise de pouvoir du marketing sur l'artistique. Depuis 25 ans, l'étrange alchimie entre ces deux personnalités au talent indéniable aura permis de nombreuses prouesses mélodiques et autres inventions sonores qui font aujourd'hui encore figure de référence électro-pop.

Copyright 2014 Music Story Emeline Blanquart


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.