EUR 56,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Everest : Les conqu&eacut... a été ajouté à votre Panier
Amazon rachète votre
article EUR 15,58 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Everest : Les conquérants (1852-1953) Relié – 24 octobre 2013


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 56,00
EUR 56,00 EUR 112,00

livres de l'été livres de l'été


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Everest : Les conquérants (1852-1953) + Les Grandes Premières du mont Blanc
Prix pour les deux : EUR 112,00

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

«La carte physique et minéralogique du mont Blanc de J.-B. Raymond (1799) serait la plus ancienne carte dans laquelle la cote d'altitude est associée au relief»

François de Dainville, De la profondeur à l'altitude (cité par Numa Broc)

Les sherpas du Solo Khumbu, au sud de l'Everest, et leurs parents des vallées tibétaines au nord, ignoraient leur âge. Ils appréhendaient la hauteur de l'Everest qui séparait leurs sanctuaires, Tengboche (au sud), Rongbuk (au nord), dans la langue des poètes et des lamas.
En 1921, l'autorisation qu'on délivra aux Anglais pour leur reconnaissance à l'Everest, portant le sceau et les recommandations du Premier ministre du Tibet («Partout où iront les sahibs, les gens du pays devront les aider aussi efficacement que possible»), expédiée l'année de l'Oiseau de Fer, désignait la montagne sous le nom de Chamo-Lungma. On traduisit : «Déesse Mère du Pays». Ou «Déesse Mère du Monde».
Au printemps de la même année, à Kalimpong, au Sikkim, chemin faisant vers l'Everest, le lieutenant-colonel Howard-Bury apprend d'un ami de très longue date, David Mac Donald, agent commercial, qu'un vieux lama tibétain nomme l'Everest Miti guti cha-phu long-nga : «La montagne que l'on voit de partout et où un oiseau devient aveugle s'il vole aussi haut».
L'Everest, c'est l'omniprésence d'une montagne qui aveugle tous les êtres lorsqu'ils s'en approchent, l'homme, l'oiseau, et jusqu'au lama qui se changerait en oiseau après cinq, dix, vingt ou cinquante années de jeûne et de clôture dans les oubliettes d'un monastère.
Le Mont Everest, c'est l'image de l'Absolu qui touche et n'est jamais touché.
Lorsque le colonel Hunt annonça la victoire des Anglais au monastère de Tengboche, le Supérieur le félicita, incrédule, mais poli, d'avoir «presque atteint le sommet de Chomolungma».
Qui peut se vanter d'avoir atteint l'Absolu en dehors des naïfs, des imbéciles ou des faux prophètes ? L'alpinisme n'est qu'un jeu d'enfant, sauf quand on en meurt. Qui peut se vanter d'avoir atteint le Chomolungma en dehors de Mallory et de son ami Irvine, mort si jeune, entré dans l'Absolu à 22 ans, sans son piolet posé sur une dalle à 8 200 mètres, comme une montre sur une table de chevet ?
En août 1921, lors de la reconnaissance qui s'était déplacée à l'est de l'Everest, dans la vallée de Kharta, Mallory apprit d'un headman, chef et guide local, via la traduction du sirdar, qu'il y avait deux Chomolungmas dans la contrée. Le Makalu, qui fit tant d'impression à Mallory, et plus tard à tous les Anglais de l'Everest, était aussi Chomolungma.
En 1935, Sir Charles Bell, diplomate féru du Tibet, en poste à Lhassa, où il avait la confiance du Dalaï-Lama, prétendit que le vrai nom de l'Everest est Kang Chamolung : «Neige du Pays des Oiseaux». Ce nom figurait sur le passeport de 1935, année où les Anglais foulèrent vingt-six sommets de plus de 6 000 mètres autour du Kang Chamolung.
Les «tibétologues» se sont disputés sur la forme et la signification du nom tibétain de l'Everest. Pour un spécialiste allemand, le Dr Schubert, le Chomolungma devait s'écrire Jo-Mo-Lun-Ma : Déesse Lun-Ma. Or Lun (féminin lun-ma) peut aussi signifier air, vent.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 15,58
Vendez Everest : Les conquérants (1852-1953) contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 15,58, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?