Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Ajoutez à votre liste d'envies
Everybody Knows This Is Nowhere
 
Agrandissez cette image
 

Everybody Knows This Is Nowhere

29 mai 2009 | Format : MP3

EUR 8,99 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 6,99 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.
Titre
Durée
Popularité  
1
3:00
2
2:29
3
5:54
4
9:18
5
4:06
6
5:36
7
10:06

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 1 septembre 1977
  • Date de sortie: 1 septembre 1977
  • Label: Reprise
  • Copyright: 2009 Reprise Records
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 40:29
  • Genres:
  • ASIN: B002DGCUOI
  • Moyenne des commentaires client : 4.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (19 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 13.609 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

4.8 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

14 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par Miedj TOP 1000 COMMENTATEURS on 8 juin 2008
Format: CD
"Everybody Knows This Is Nowhere" sorti en 1969 est le second album solo de Neil Young. Il marque le début de sa collaboration avec le "Crazy Horse". "Everybody Knows This Is Nowhere" est un album fondateur qui impose la griffe de Neil Young dans l'univers du folk, de la country et du rock plus généralement. Superbement simple, épuré et mélodieux, "Everybody Knows This Is Nowhere" alterne des compositions "électriques" et "énergiques" ("Cinnamon Girl") et des mélodies plus intimistes et confidentielles ("Round & Round" ou "Running Dry (Requiem For The Rockets)" une superbe ballade country nostalgique qui nous plonge dans l'univers perdu du Far West). A noter que les deux standards "Down By The River" et "Cowgirl in The Sand" constituent des improvisations proches des 10 minutes ce qui n'était pas forcément répandu à l'époque. Neil Young y installe son style très marqué qui développera tout au long de sa carrière (sa capacité à passer des guitares puissantes et saturées à un jeu plus épuré et subtil). Il nous délivre dans ce second album les premiers éléments de son jeu de pistes musicales qu'il enrichira au fil de ces albums.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par VIRY 02 on 2 juin 2012
Format: CD
CHRONIQUE DE HERVE MULLER MAGAZINE ROCK&FOLK SEPTEMBRE 1981 N°176 Page 104/105
2° Album 1969 33T Réf Reprise 44073
"les Routes du Sud"
- le Country Rock est sans doute passé de mode, mais cette ancienne vague n'en a pas moins laissé derrière elle quelques beaux galets bien polis et bien ronds -
.
Peu de chefs-d'oeuvres auront dans le rock illustré aussi clairement que celui-ci que c'est "en suivant le chemin qui mène à lui même" qu'un artiste capture l'âme d'une époque. Second album solo du Loner, "Everybody Knows This Is Nowhere", qui parut en 69, est l'une des crêtes d'une oeuvre qui en comporte beaucoup et sans nul doute l'instant où Neil Young et Crazy Horse eurent le plus de force. Paru sur la fin de l'époque acide, l'album signala le passage d'une ère heureuse à une autre plus dure, et constitua aussi une surprise car le disque précédent (celui où figure "The Emperor Of Wyoming" ainsi que le plus connu "Last Trip To Tulsa", d'inspiration plus éthérée et d'un style plus nuageux en même temps que plus acoustique, plus folk, n'annonçait pas une musique aussi électrique et aussi tourmentée. Artiste plus renfermé, introspectif, sinon narcissique qu'aucun autre, Neil Young plongeait là aux tréfonds de lui-même et capturait du même coup un feeling universel, ainsi que l'avait fait Dylan trois ans plus tôt en enregistrant "Blonde On Blonde".
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par JEAN-CLAUDE TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE on 8 janvier 2010
Format: CD
Second album solo du solitaire (The Loner) Neil Young, datant de 1969 et qui marque le début de sa collaboration avec le Crazy Horse (The Rockets avant qu'ils ne rencontrent Sir Young). EKTIN posera les bases du son à la Neil Young et qui fera son succès, sera sa marque de fabrique. EKTIN, c'est la griffe Neil Young-Crazy Horse par excellence, un de ses meilleurs ouvrages, une aeuvre de référence, épurée, simple, mélodieuse sur toile de fond folk, country et rock. EKTIN, c'est trois titres majeurs du canadien (Cinnamon Girl au solo de guitare considéré comme un des plus grands de tous les temps, Down By The River et Cowgirl in The Sand l'apocalyptique, dont on dit qu'ils ont été écrits alors de Neil Young souffrait d'une grosse fièvre. Les deux derniers cités durent quand même plus de 9 minutes...comme quoi...
208 du Rolling Stone Magazine, Everybody Knows This Is Nowhere est un album fondateur qui contient également Running Dry (Requiem For The Rockets), une ballade tourmentée, clin d'aeil à son groupe Crazy Horse. Le mélange entre ballades raffinées et compositions électriques font de ce deuxième opus un des tous meilleurs de sa longue discographie.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Dos Santos Frederic on 22 avril 2002
Format: CD
Fruit de la rencontre avec le Crazy Horse, cet album, cru, pose les bases du son qui fera son succès.
Outre le morceau "Cinnamon Girl", cet album contient les deux splendides morceaux que sont la balade tourmentée "Running Dry" et surtout l'apocalyptique "Cowgirl In The Sand" !!!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Lester Gangbangs TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE on 6 février 2010
Format: CD
Et des fondations solides, trois des titres de cet album de 1969 (« Cinnamon girl », « Down by the river » et « Cowgirl in the sand ») feront toujours partie des chevaux de bataille de Neil Young sur scène. Et à propos de chevaux, ce disque est le premier qui voit apparaître son backing band « historique » Crazy Horse, embauché par le Loner après qu'il l'ait vu sur une scène minable d'un pub de New-York.
Il y a dans ce « Everybody ... » tout ce que Neil Young développe depuis et qui constitue sa marque de fabrique : par dessus-tout la mélodie d'une grand pureté, mise au service de ballades dénudées, de country-rocks ou de rocks énervés à grosses guitares.
Le Cd commence avec le court « Cinnamon girl » et son riff qui désosse. Le country-rock, on le trouve dans le morceau-titre, et aussi dans « The losing end » plein de swing et de simplicité. Les ballades (« Round & round », et « Running dry » frissonnante avec son violon au second plan, en hommage aux Rockets avant qu'ils ne soient rebaptisés Crazy Horse) précèdent chaque fois les longs morceaux d'une dizaine de minutes « à guitares » qui clôturaient chaque face du vinyle.
« Down by the river » a une structure de ballade, soutenue par les grattes de Young et de Danny Whitten, plutôt dans un registre de recherche expérimentale sonore, même si elles commencent à tendre vers la saturation. « Cowgirl in the sand » est beaucoup plus rentre-dedans, avec son final en forme de joute épique Young-Whitten.
La production est assurée par David Briggs qui deviendra le collaborateur attitré du Canadien pendant toute sa carrière.
Lire la suite ›
5 Commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Commentaires client les plus récents

Rechercher

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Rechercher des articles similaires par rubrique