Exilés fiscaux : tabous, fantasmes et vérités et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus

Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 4,00
Amazon Rachète cet article
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Commencez à lire Exilés fiscaux : tabous, fantasmes et vérités sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Exilés fiscaux : tabous, fantasmes et vérités [Broché]

Manon Sieraczek-laporte
3.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)

Voir les offres de ces vendeurs.


Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 13,99  
Broché --  

Vous cherchez un livre ?

Tous nos livres
Retrouvez nos meilleures ventes Livres à -5% et livrées gratuitement.

Description de l'ouvrage

30 mai 2013
La décision de François Hollande d’instaurer une taxe exceptionnelle de 75 % pour les revenus supérieurs à 1 million d’euros a une conséquence immédiate : il relance vigoureusement le désir d’exil fiscal. C’est une vieille histoire en France, où l’impôt a toujours provoqué des poussées d’urticaire. Nombreux sont les retraités très aisés, chefs d’entreprise, sportifs ou stars du show business qui ont déjà choisi de résider ailleurs pour échapper à l’impôt sur la fortune, à la taxe sur les plus-values ou à des droits de succession élevés. La tendance risque donc de s’amplifier. Pas besoin d’aller très loin pour trouver un cadre fiscal plus « attractif ». Pourtant, l’exil est loin d’être un long fleuve tranquille. Pour la première fois, voici une plongée dans le monde complexe et secret de la fiscalité des hauts revenus, avec son lobbying feutré et ses coups de bluff. Combien y a-t-il vraiment d’exilés fiscaux chaque année? Qui sont-ils ? Qui sont les peoples concernés ? « Comment vivent-ils cette situation ? Suisse, Belgique, Luxembourg, Monaco, Thaïlande… avantages et inconvénients ? Pourquoi, et dans quelles conditions, certains ont choisi de partir ? Et comment d’autres ont fait le choix de revenir avec la mise en place, sous Nicolas Sarkozy, d’une « cellule de dégrisement ». Quelles conséquences pour les finances publiques ? Le sujet est crucial en cette période de crise : l’économie française a besoin de toutes ses forces vives pour affronter les problèmes qui se posent à elle. Si ceux qui ont de l’argent s’en vont, tous les Français en pâtiront, pas seulement les caisses de l’État. Au terme de leur enquête, les auteurs suggèrent des pistes pour endiguer un phénomène qui prend une ampleur jamais atteinte dans notre pays.

Offres spéciales et liens associés



Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction

«Gégé» (Depardieu), Bernard (Arnault), Alain (Afflelou) et les autres... Les effets d'annonce se suivent. Mathieu Kassovitz et Richard Virenque rejoindraient le mouvement. Des marchands d'art ouvrent des succursales de leurs maisons de vente à l'étranger. Comme un premier pas ? Et maintenant, à qui le tour ?
Offusqué par le mot «minable» du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, le grand Gérard renonce à son passeport français avec pertes et fracas, et, deuxième coup de théâtre, obtient sur-le-champ la citoyenneté russe de Poutine même. L'annonce du départ supposé de Bernard Arnault, en septembre 2012, est saluée dans Libération par un «Casse-toi riche con !» désormais célèbre. En réalité, le patron de LVMH, première fortune de France, sollicitait la nationalité belge, qui lui a été refusée deux fois. Mais c'est à cette occasion que l'on a appris qu'il avait créé en Belgique, dès 2008, sa fondation, une façon de préparer la transmission d'une partie de son empire à ses héritiers, puisque les droits de succession sont moindres. En janvier 2013, Alain Afflelou quitte Paris pour Londres, sur la pointe des pieds mais, à ce sujet, tout finit par se savoir. En février 2013, ce n'est pas un déménagement mais la délocalisation de la société de l'animateur Arthur au Luxembourg qui fait couler de l'encre. L'exil dit «fiscal» fait la une de l'actualité, délie les langues aux comptoirs de bars et dans les repas de famille. Mais ces Français qui partent, qu'ont-ils en commun ? On commente pêle-mêle exil fiscal, évasion fiscale, fraude fiscale et paradis fiscal, sans faire le distinguo, sans mesurer les enjeux, sans comprendre les intérêts, l'entorse au droit ou pas, l'atteinte ou non à la «solidarité nationale».
L'actualité illustre parfaitement cette confusion, avec «l'affaire Cahuzac», sur laquelle toute la lumière reste à faire. Reste que, dans les heures qui suivent le communiqué de presse sur l'existence possible d'un compte en Suisse, des voix se sont élevées pour lui en faire grief : «Il avait un compte à l'étranger !» Or le problème n'est pas là. Un compte bancaire à l'étranger n'est illégal que s'il n'a pas été déclaré à l'administration fiscale en France et si l'argent a été versé directement, sans passer par la case départ - et la ponction des impôts. Il s'agit alors d'évasion, même si le terme est inapproprié puisque cet argent laisse des traces, et en outre de fraude fiscale.
Quant aux paradis fiscaux, c'est précisément parce que la Suisse n'en est pas que l'argent a été transféré à Singapour en 2009. Cette année-là, en effet, la Suisse s'est engagée par une nouvelle convention fiscale à coopérer avec la justice française, ce qui semblait à l'époque moins établi avec Singapour. Le terme de «paradis fiscal» n'est toutefois pas approprié pour qualifier cet État, où toute transaction financière fait l'objet d'une procédure de dépôt, tandis que les îles Caïmans, dont in fine il a aussi été question dans ce contexte, permettent les transactions en toute opacité.
Les mouvements d'argent, en l'occurrence, devront être précisés, mais les commentaires des observateurs montrent que l'on amalgame à tort des notions bien distinctes. Pour en venir à l'exil fiscal qui nous occupe, il est précisément le fait de ceux qui ont souhaité partir vivre et entreprendre ailleurs, parfois pour ne pas frauder !

Biographie de l'auteur

Manon Laporte est avocate fiscaliste spécialisée dans les contentieux. Elle a notamment collaboré au livre de référence Le Contrôle fiscal (avec Olivier Fouquet, Lamy, 2010). Rémy Dessarts est journaliste économique, créateur du mensuel Capital.

Détails sur le produit

  • Broché: 252 pages
  • Editeur : DU MOMENT (30 mai 2013)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2354171854
  • ISBN-13: 978-2354171858
  • Dimensions du produit: 20,8 x 14 x 2,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 118.191 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

5 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
3.3 étoiles sur 5
3.3 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Pour public un peu averti 10 juillet 2013
Format:Broché|Achat authentifié par Amazon
L'intention est bonne, mais la matiēre est complexe et passionnelle, un ouvrage utile, pour aller au dela des messages expeditifs et souvent partisans de la presse.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 oui.... bof 19 juillet 2013
Par bougues
Format:Format Kindle|Achat authentifié par Amazon
Rien de fracassant dans le livre..... Même sans chercher le scoop, je m'attendais à un livre plus fourni en informations fiscales suivant les pays. Des avis de l'auteur sur ce sujet mais sans arguments détaillés.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
3.0 étoiles sur 5 livre qui se lit comme un roman 5 janvier 2014
Format:Broché|Achat authentifié par Amazon
c'est un livre qui doit s'appréhender comme une photographie d'une situation d'exil à partir de cas particuliers; on n'y apprend pas grand chose, même si ce n'est pas le but du livre; certains détails peuvent éclairer le lecteur curieux, et on regrette de ne pas avoir plus d'informations; mais comme je l'ai dis, ce n'est pas le but du livre, qui, plaisant, se lit comme u roman, d'une traite, entre une paris Marseille en train........
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit
ARRAY(0xad3a3d2c)

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?