Expo 58 et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Expo 58 a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Expo 58 Broché – 13 février 2014


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 22,00
EUR 22,00 EUR 2,56

livres de l'été livres de l'été


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Expo 58 + Opération Sweet Tooth
Prix pour les deux : EUR 44,50

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Revue de presse

Né en 1961 à Birmingham, Jonathan Coe est l’un des auteurs majeurs de la littérature britannique contemporaine. On lui doit notamment Testament à l’anglaise, prix du Meilleur livre étranger 1996, La maison du sommeil, prix Médicis étranger 1998, le diptyque que forment Bienvenue au club et Le Cercle fermé, La pluie, avant qu’elle tombe ainsi que La vie très privée de Mr Sim.

Présentation de l'éditeur

Londres, 1958. Thomas Foley dispose d’une certaine ancienneté au ministère de l’Information quand on vient lui proposer de participer à un événement historique, l’Exposition universelle, qui doit se tenir cette année-là à Bruxelles. Il devra y superviser la construction du Pavillon britannique et veiller à la bonne tenue d’un pub, Le Britannia, censé incarner la culture de son pays. Le jeune Foley, alors qu’il vient de devenir père, est séduit par cette proposition exotique, et Sylvia, son épouse, ne voit pas son départ d’un très bon œil. Elle fera toutefois bonne figure, et la correspondance qu’ils échangeront viendra entrecouper le récit des nombreuses péripéties qui attendent notre héros au pays du roi Baudouin, où il est très vite rejoint par de savoureux personnages : Chersky, un journaliste russe qui pose des questions à la manière du KGB, Tony, le scientifique anglais responsable d’une machine, la ZETA, qui pourrait faire avancer la technologie du nucléaire, Anneke, enfin, l’hôtesse belge qui va devenir sa garde rapprochée… Coe embarque le lecteur dans une histoire pleine de rebondissements, sans que jamais la tension ne retombe ou que le ridicule ne l’emporte. Sous la forme d'une parodie de roman d’espionnage, il médite sur le sens de nos existences et dresse le portrait d’un monde disparu, l’Angleterre des années 1950, une société tiraillée entre une certaine attirance pour la liberté que semble offrir la modernité et un attachement viscéral aux convenances et aux traditions en place.



Détails sur le produit

  • Broché: 336 pages
  • Editeur : Gallimard; Édition : Gallimard (13 février 2014)
  • Collection : Du monde entier
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070142795
  • ISBN-13: 978-2070142798
  • Dimensions du produit: 20,5 x 2,4 x 14 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (21 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 55.772 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Né en 1961, à Birmingham, en Angleterre, Jonathan Coe a fait ses études à Trinity College à Cambridge. Il a écrit des articles pour le Guardian, la London Review of Books, le Times Literary Supplement...
Il a reçu le prix Femina Étranger en 1995 pour son quatrième roman, Testament à l'anglaise et le prix Médicis Étranger en 1998 pour La Maison du sommeil.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par traversay TOP 50 COMMENTATEURSVOIX VINE le 2 mars 2014
Format: Broché
A première vue, Expo 58 est un Jonathan Coe mineur, un divertissement de bon aloi qui surfe sur la mode vintage, et qui ne prête pas à conséquences. Un vrai faux roman d'espionnage qui a des allures de parodie avec un héros manipulé et naïf à mille lieux de James Bond. Mais à y regarder de plus près, le livre contient bien d'autres éléments et sa construction linéaire, aussi simple semble t-elle, recèle tout un tas de sous-niveaux qui en font une étude sociologique aussi savoureuse que pertinente. Une radiographie de l'Angleterre de l'époque, évidemment, mais aussi une vision succulente de l'état d'un monde en pleine guerre froide et qui voit des espions partout. Le lieu central, cette exposition universelle de Bruxelles, est aussi bien cathartique que divergente et privilégiée et Coe ne se prive pas d'étudier avec un caractère d'entomologiste les spécimens -belges, anglais, russes, américains- qu'il analyse avec délectation. Mais c'est dans la sphère intime que le romancier touche une fois encore au plus juste. La dernière partie du livre sert de révélateur. Les errances sentimentales de son héros impliquent, au bout du compte, un choix de vie qui s'avèrera insatisfaisant. Le temps passé à l'Expo 58 était plus qu'une une parenthèse enchantée et se transformera a posteriori comme le constat d'une existence ratée faute d'avoir faire montre de courage et de lucidité au moment opportun. Fondamentalement, le roman de Coe est un livre sur l'échec et ses dernières pages, incroyablement poignantes, éclairent d'un autre jour un ouvrage qu'on avait pris, à tort, pour une oeuvre légère et insouciante.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par RAS TOP 500 COMMENTATEURS le 29 juin 2015
Format: Broché
Voici un authentique écrivain, qui sait ciseler l’intrigue comme la langue avec brio. Jonathan Coe a créé ici un roman à plusieurs niveaux, qu’on aurait le tort de voir comme un roman de gare seulement dédié au divertissement. D’abord, à un premier niveau, c’est une parodie magistrale des romans d’espionnage, avec ses gadgets aussi drôles qu’inutiles, ses situations clichées et ses personnages typés. On y découvre notamment les Dupond et Dupont de l’espionnage britannique, ce qui donne des dialogues hilarants. Ensuite une peinture délicieuse des moeurs traditionnelles anglaises, confrontées ici avec les autres nationalités dans ce melting pot provisoire de l’exposition universelle 1958 de Bruxelles. Et une description amusante de la guerre froide avec ses espions et ses tactiques de subversion et de contre-espionnage. Mais sous cette façade humoristique, se cache une étude très fouillée des changements sociaux qui vont affecter tous les pays à des degrés divers : pour aller vite, l’internationalisation des échanges, l’explosion de la consommation, la « libération des moeurs », les bouleversements de la famille des années d’après-guerre. Jonathan Coe montre bien les ambiguïtés et les dilemmes de ces transformations. Loin de ne donner que de nouvelles potentialités aux individus, elles entraînent de nouvelles angoisses et incertitudes, de nouvelles obligations de choix, où il n’y a pas de « bonne solution », mais plutôt des coups de poker plus ou moins réussis.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Feron Béatrice TOP 500 COMMENTATEURS le 18 septembre 2014
Format: Broché
Thomas Folley s'ennuie entre sa femme et son bébé dans la morose ville de Tooting, quand sa direction l'envoie à Bruxelles pour superviser le pub Britannia de l'Expo 58. Fasciné par l'Atomium, Thomas est aussi attiré par la jeune et jolie hôtesse Anneke Hoskens qui l'accueille chaleureusement. Tout semble paradisiaque pour lui.
Mais Tony et la machine Zêta disparaissent, le patron du pub a un sérieux penchant pour l'alcool, le rédacteur du magazine Spoutnik collectionne les sachets de chips « Salt and shake » et Thomas ne peut pas faire un pas sans tomber sur les énigmatiques et inquiétants Wayne et Radford.
Il m'a fallu du temps pour entrer dans l'histoire. Mais dès qu'on arrive en Belgique, les aventures s'enchaînent et on se laisse prendre.
Jonathan Coe nous entraîne dans une réjouissante parodie de roman d'espionnage avec des épisodes savamment saupoudrés d'humour « so british ».
Le livre est parsemé d'échanges épistolaires entre Thomas et sa femme, prudemment laissée à la maison avec bébé Gill. A cette époque, les portables n'existent pas. Pas de SMS, donc, aucun contact sur Skype, et le téléphone est si cher, quand la conversation n'est pas brouillée par d'étranges grésillements !
Nous avons droit aussi à des chansons, notamment lors d'une mémorable soirée à l'Oberbayern et même à quelques expressions flamandes !
Pourtant, je n'ai pas apprécié de voir citer les noms des rues de Bruxelles dans la langue de Vondel !
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?