undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
50 PREMIERS REVISEURSle 6 janvier 2013
On a attendu, on a attendu, on n'y croyait plus et tout d'un coup on y est : la guerre ouverte entre Fableville et l'Adversaire. Ce tome comprend les épisodes 70 à 75 de la série mensuelle et il se décompose en un prologue à la ferme (1 épisode), une mission secrète de sauvetage effectuée par Cendrillon (espionne hors pair, en 2 épisodes) et les principales batailles de cette guerre jusqu'à sa conclusion (3 épisodes).

Le premier épisode est illustré par Niko Henrichon qui avait travaillé sur Les Seigneurs de Bagdad de Brian K. Vaughan. Son style est très éloigné de celui de Buckingham et Leialoha ce qui ne l'empêche par de représenter des personnages très expressifs et fidèles aux designs de la série. Boy Blue indique aux habitants de la ferme que Gobe-Mouche est prêt à les accueillir dans son nouveau royaume, sous réserve qu'ils se conforment aux règles d'usage dudit royaume. Il déclare également sa flamme à Rose Rouge, la soeur jumelle de Blanche Neige.

La deuxième partie s'attache aux pas de Cendrillon qui doit récupérer contre rançon un paquet détenu près de la ville d'Ushuaia. Willigham nous dépeint une agente secrète qui a eu plusieurs siècles pour perfectionner ses techniques de combats et d'espionnage. Cette mission est vitale pour la guerre qui se prépare. Le scénario met intelligemment en valeur Cencrillon et les dessins de Buckingham et Leialoha sont d'un excellent niveau comme d'habitude. Les relations entre les personnages sont toujours aussi savoureuses.

Vient ensuite la guerre proprement dite ; ces épisodes sont également illustrés par Buckingham et Leialoha avec de l'aide pour l'encrage par Andrew Pepoy. Leurs dessins sont toujours aussi enchanteurs avec une utilisation intelligente de la simplification de certains visages ou décors pour les tirer vers des représentations de type iconographique en parfaite cohérence avec le thème des fables. Pour l'épisode des ultimes affrontements, ils ont choisi une mise en page originale en découpant chaque planche en cases verticales (de 1 à 5 suivant les pages) de la longueur de la page.

En ce qui concerne la guerre, Bill Willingham a choisi un parti pris en complète cohérence avec les préparatifs des tomes précédents. Il met en scène des stratégies adaptées et logiques. Il semble que certains lecteurs aient été chagrinés par la brièveté de cette guerre. Pour ma part, je suis sorti complètement satisfait de cette histoire. Les personnages restent fidèles à leurs actions précédentes. La stratégie retenue et les trois fronts de bataille font sens. Les habitants de Fableville se lancent dans l'affrontement pour gagner et non pas pour préserver un statu quo qui permettraient aux auteurs de repartir pour 70 épisodes de plus contre l'Adversaire. À l'issue de ce tome, la page est tournée et la suite de la série reposera sur une autre dynamique.

Malgré son jeu de mot facile avec le roman de Léon Tolstoï, (le titre original est "War and pieces"), ce tome apporte une conclusion satisfaisante à la guerre entre Fableville et l'Adversaire et constitue une lecture pleine d'aventures, de péripéties, de stratagèmes, de peines, de joies, de personnages toujours aussi attachants, de magie et de surprises.
33 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
500 PREMIERS RÉVISEURSle 3 décembre 2011
Excellent tome aux allures de volet final, cet opus n'a qu'un point faible : ses premières pages dessinées par un autre que Buckingham, et dont le trait un peu brouillon tranche avec celui, opulent et net, de notre habituel graphiste.

L'Empire est donc attaqué de toutes parts par les fables libres, dotés d'un plan ingénieux axé sur 3 fronts : un vaisseau aérien, les pieds d'un haricot magique leur permettant de se rabattre après la bataille, et au coeur même de la ville impériale, avec cendrillon. mais au préalable, l'on assiste au sauvetage de Pinocchio par "Cindy", devenue agente secrète terriblement efficace.

Tous les pions sont en place, et ce tome couvre l'intégralité de la bataille finale, ainsi que sa conclusion post-guerre, refermant une immense page de la saga (peut-être la saga toute entière ?).

Les acteurs principaux de cet assaut gigantesque, Bigby sur terre, Charmant dans les airs (il a nommé l'ancien maire à sa place à la mairie), Boy Blue et sa cape comme estafette, et pour lier l'ensemble, d'ingénieuses idées et une stratégie bien pensée.

Très dense, ce (dernier ?) tome m'a comblé et comblera les fans de la saga, démontrant qu'un savoir faire peut être maintenu intact sur de nombreux tomes.

Chapeau bas, messieurs.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Pas final dans le sens où la série continue, mais ce tome 14 voit toute la trame général des fables contre l'Empire prendre fin dans cette guerre finale qu'on attend depuis fort longtemps...
Si la route qui nous a mené jusqu'à cette confrontation finale a parfois été un peu longue, avec certains tomes qui semblaient rallonger l'intrigue plus ou moins utilement, ce final est une vraie réussite, remettant en place toutes les piéces du puzzle de ces 13 derniers tomes.
On commence d'abord par une mission clé de Cendrillon avec une première partie très espionnage et bondesque... avant d'attaquer les choses serieuses: la grande bataille finale.
On assiste donc à l'attaque des fables grâce à trois points d'entrées.... un navire volant des fables de Bagdad, la protection d'un pied d'haricot magique (derniere porte de repli) et une presence au coeur même du royaume de l'Empereur... Boy Blue servant de lien a ces trois fronts... Mais bien sur,tout n'ira pas aussi bien que prévu, et des complications et des moments de bravoure viendront s'inserer dans cette bataille....

Ce tome 14 clot donc brillamment une ére pour en préparer une nouvelle... qui j'espere saura garder la dynamique de ce titre..
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Cet album marque le tournant de la série Fables .Il s'agit de conclure l'arc principal qui s'étirait sur les 10 premiers volumes C'est aussi le moment où j'ai décidé de décrocher .

J'avoue , j'entretiens avec cette série des rapports ambigus ; je l'ai découverte avec enthousiasme il y a quelques années et trouvait le concept révolutionnaire ( quand même un peu pompée sur Allan Moore et sa Ligue des Gentlemen ...) . Les histoires étaient rudement bien ficelées , et les personnages hauts en couleurs avec des contrepieds amusants puisque le Sherif de Fableville était le Grands Méchant Loup de nos contes d'enfants.

Alors que s'est il passé ? Et bien disons , que parfois ; l'amour ne résiste pas au temps . Et Dieu sait que Willingham a usé et abusé du temps pour exposer son récit . Des volumes entrecoupés de mini histoires souvent pathétiques , mal dessinées n'apportant rien au récit , et venant sans cesse interrompre l'histoire principale comme autant de pages de pubs malvenues .

L'écriture de Willigham est très très répétitive ! Un problème surgit ? La communauté échafaude un plan génial , dont on se demande bien pourquoi personne n'y avait pensé avant ! Que ce soit dans Wolves ou The Good Prince, on sort ensuite des tours de magies qui viennent renverser les plans les plus démoniaques .

La série est donc victime de son succès . Le concept est original mais les histoires ne suivent plus. Difficile d'écrire sur la magie sans en abuser parfois de manière grotesque . Par exemple pour cette dernière histoire , deux épisodes laborieux sont consacrés à l'espionne Cendrillon chargée de retrouver Pinochio qui a trahi son père pour venir rejoindre les Fables . Pourtant dans l'arc précèdent , il était bien mentionné que Gepetto lui avait fait boire un boisson de loyauté dont tout le monde ici oublie l'existence ! Bon et la Cendrillon , elle fait comment pour retrouver Pinochio ? Et ben un sort magique lui sert de GPS si bien qu'elle perçoit sa présence à des kms à la ronde ! Mieux que Daredevil ....

Et Willingham se déchaine pendant ce dernier arc . Dans Fables The Good Prince , le prince Ambrose battait une armée sans verser une goutte de sang en ayant toujours une longueur d'avance sur l'adversaire ... Il ressuscitait également Shere Kahn et Barbe Bleue qui n'apparaissent pas ici . Gretel non plus ....

Par contre Willingham se perd dans d'interminables préparatifs d'une guerre de Fables ...qui finalement n'a pas lieu .... Le lecteur alléché par tous ces protagonistes aux pouvoirs extraordinaires est privé des combats qu'on lui promet depuis 10 ans ! Tout celà est très impersonnel et vu de loin ! Sinbad et le Prince Charmant balancent des bombes ! Blue Boy se téléporte et Bigby descend l'adversaire en deux pages ! Voilà c'est fini ; rentrez chez vous ! Alors que March of the Wooden Soldiers jouait sur les capacités des personnages , War and Pieces délaisse complètement ses gobelins et dragons finalement inoffensifs depuis des milliers d'années.. . La terrible reine des neiges est neutralisée par la belle au bois dormant dont on se demande pourquoi celle ci ne s'est pas endormie plus tôt , Hansel est ridiculement neutralisé et Gepetto sombre soudainement dans la folie avant d'être gracié !! Tout cela parce que Pinochio a demandé à ce que son père soit épargné .... En quoi , est il un devenu un Fable décisionnaire ?

C'est quand même le monde à l'envers sachant que les Fables nous ont habitué à des actes de cruauté parfois supérieurs à leur ennemi juré ! Jean le fidèle ? jeté vivant dans un puits ! Baba Yaga ? Torturée à mort ! Barbe Bleue ? Empalé vivant ! les frères de Bigby ? transformés en poisson rouge sous le regard amoureux de Blanche ! Cendrillon fait également d'un sadisme disproportionné envers les ravisseurs de Pinochio en les exécutant froidement et en les éborgnant de manière cruelle ( tiens , là pas de sort pour neutraliser ses adversaires pacifiquement .... )

Voilà moi j'arrête ici et hop ! direction le bac à soldes sur Amazon ! On ne déteste que ce que l'on a aimé ....
44 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 13 mars 2013
Série à découvrir absolument !

Un des meilleurs comics que j'ai lu ces 5 dernières années.

A lire au moins jusqu'à la marche des soldats de bois... Si vous n'aimez toujours pas, passez votre chemin
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Fables tome 8
Fables tome 8 de Vertigo Classique (Broché - 25 avril 2013)
EUR 15,00

Fables tome 14
Fables tome 14 de Collectif (Album - 10 avril 2014)
EUR 19,00

Fables, Tome 3 : Romance
Fables, Tome 3 : Romance de Bill Willingham (Broché - 19 août 2009)