EUR 5,60
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Fahrenheit 451 a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Fahrenheit 451 Broché – 11 octobre 2000


Voir les 5 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 9,92
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 67,00 EUR 29,00
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 5,60
EUR 5,31 EUR 0,01
Lecteur digital à contenu audio pré-chargé
"Veuillez réessayer"

Nouveauté : la collection Folio XL

pauvres_diables
Découvrez la nouvelle collection Folio XL avec notre sélection spéciale.
--Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Fahrenheit 451 + Chroniques martiennes
Prix pour les deux : EUR 11,80

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Revue de presse

451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s'enflamme et se consume.

Présentation de l'éditeur

En 1953, Ray Bradbury eut à travers son roman Fahrenheit 451, devenu depuis un classique de la science-fiction, l'une des visions les plus effroyables de l'avenir. Dans cette première adaptation autorisée en bande dessinée, réalisée en étroite collaboration avec Ray Bradbury, Tim Hamilton a su créer une oeuvre d'art véritablement saisissante. La prise de conscience par le héros des méthodes d'un gouvernement violemment obscurantiste s'y accompagne de la découverte de l'importance de la lecture en tant que liberté individuelle. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.


Détails sur le produit

  • Broché: 224 pages
  • Editeur : Gallimard (11 octobre 2000)
  • Collection : Folio SF
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070415732
  • ISBN-13: 978-2070415731
  • Dimensions du produit: 1,3 x 10,8 x 17,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (88 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 694 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

14 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jean LE GOFF COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 100 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 25 août 2012
Format: Broché
Fahrenheit 451 est une des oeuvres de science fiction les plus connues au monde, et à juste titre. 451 degrés Fahrenheit est la température à partir de laquelle un livre prend feu. Dans une société future, le gouvernement a décidé de prohiber la lecture et la possession des livres y est interdite sous peine de mort. Les pompiers ne sont plus là pour éteindre les incendies, mais pour brûler les derniers livres des derniers récalcitrants. L'ouvrage développe la prise de conscience d'un membre du corps des pompiers, Montag, sa rencontre avec une jeune fille humaniste, capable encore de pensée et d'émotions, dans un monde qui les a quasiment éliminées, sa révolte progressive, sa fuite et l'espoir d'un salut. L'ouvrage a été remarquablement adapté au cinéma par Truffaut en 1966 et plus récemment en bande dessinée. Le décès de Bradbury en 2012 a fait reparler de l'oeuvre qui est plus actuelle que jamais.

Ce roman de Bradbury fait réfléchir à beaucoup de choses: à l'importance de la lecture et de la liberté de pensée bien entendu, mais aussi à l'indifférence qui peut s'installer entre les êtres, aux effets effroyables de la télévision, aux rapports entre la réalité et la fiction. Bien entendu, au moment où le livre papier régresse au profit de l'internet et où la consommation quotidienne de télévision dépasse très largement le temps de lecture, on se demande naturellement si une forme d'autodafé beaucoup plus insidieuse et dangereuse que celle envisagée par Bradbury ne s'est pas mise en route.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
48 internautes sur 51 ont trouvé ce commentaire utile  Par Polysemia sur 20 décembre 2004
Format: Broché
Fahrenheit 451 : température à laquelle le papier s'enflamme et se consume.
Ce livre est bien plus qu'un roman de science-fiction. C'est un véritable chef-d'œuvre, tous genres confondus. Il met en scène une société futuriste où l'on brûle les livres. Mais à la lecture de cet ouvrage, on ne peut qu'être frappé par le fait que le futur semble nous avoir rattrapés. Insidieusement. Car cela nous ramène évidemment à notre propre société où la destruction massive d'une certaine approche de la connaissance, et plus encore du sens critique et de la réflexion, s'inscrit dans une réalisation plus abstraite, mais néanmoins de plus en plus évidente. Culture prédigérée, matraquage publicitaire, information formatée, télé-réalité, rien ne manque au tableau. Effrayant miroir de notre présent.
Toute ressemblance avec une société où l'on cherche à dicter nos pensées ne serait que pure coïncidence. Quoique...
Pour sauver Saint Augustin, tapez 1.
Pour sauver William Shakespeare, tapez 2.
Pour sauver Victor Hugo, tapez 3.
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jonathan sur 13 mars 2011
Format: Broché Achat vérifié
On plonge dans un monde où les pompiers sont pyromanes, chargés d'exterminer le moindre ouvrage qui permettrait au peuple de retrouver un sens critique. Que se passerait-il si l'un d'eux se rebellait ?

Avec le fameux 1984 de George Orwell, Il s'agit d'un des romans d'anticipation les plus réussis. Ray Bradbury parvient même à "prophétiser" certaines inventions ! C'est tout à fait ahurissant, à en rester bouche bée. Ce livre doit absolument être lu. Lisez-le avant qu'il ne vous brûle les doigts !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Zarak TOP 500 COMMENTATEURS sur 29 septembre 2009
Format: Broché Achat vérifié
"Autodafé" vient du portugais : "auto da fé", qui signifie "acte de foi", dans un contexte inquisitorial.

Le monde décrit par Bardbury tient lui aussi de l'Inquisition moderne, sauf que les opprimés ne sont plus les hérétiques chrétiens mais les livres et leurs lecteurs. Le livre, c'est la culture, la mémoire, le doute, la profondeur, les émotions, la souffrance, la révolte, la remise en cause du système ; c'est ce qui nuit de l'intérieur à la Machine, et ce qui doit être brûlé. Les pompiers d'autrefois éteignaient les incendies, maintenant ils les provoquent, mais c'est aussi pour éteindre un incendie en puissance : la pensée.

Dans ce futur proche noyé dans un bonheur étouffant et aseptisé, discrètement totalitaire, technologique et contrôlé par les médias, le pompier Montag va traverser une sévère crise de conscience et devenir un criminel pourchassé. Son crime : avoir voulu redécouvrir le Livre, et tout ce qui fait la dignité humaine. Cette découverte va évidemment lui faire tout perdre et le classer parmi les "terroristes".

Une dystopie fameuse qui, sans atteindre la vertigineuse ampleur d'un 1984 et même d'un Brave New World, se révèle particulièrement angoissante, prenante. C'est d'abord l'une des plus belles déclarations d'amour à l'encre immémoriale, mais aussi une subtile remise en question de la notion de bonheur, comme on le trouvait déjà dans Le Meilleur des mondes : l'homme finira-t-il par préférer le bonheur à la pensée ? Le contentement amnésique à la culture et la mémoire ? C'est la question centrale de l'œuvre, et la réponse, apparaissant en filigrane dans une fin virtuose, laisse planer un certain optimisme.
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?