Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Aussi disponible en MP3
 
Album MP3 à EUR 10,32
 
 
 
 
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 

Faith [Enregistrement original remasterisé, Import]

The Cure CD
5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (9 commentaires client)

Voir les offres de ces vendeurs.


A télécharger immédiatement en MP3 pour EUR 10,32.


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste The Cure

Discographie

Image de l'album de The Cure

Photos

Image de The Cure

Biographie

Né le 21 avril 1959, le jeune guitariste Robert Smith forme Malice en 1976 à Crawley, dans le Sussex, avec ses copains d'école Lawrence « Lol » Tolhurst (batterie), Michael Dempsey (basse), Paul « Porl » Thompson (guitare), et un certain Peter O'Toole, parti en 1977.

Leader naturel du groupe, il en devient ... Plus de détails sur la Page Artiste The Cure

Visitez la Page Artiste The Cure
137 albums, 28 photos, discussions, et plus.

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (28 mars 2006)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Enregistrement original remasterisé, Import
  • Label: Mis
  • ASIN : B000ENC73Q
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (9 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 736.410 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


1. The Holy Hour
2. Primary
3. Other Voices
4. All Cats Are Grey
5. The Funeral Party
6. Doubt
7. The Drowning Man
8. Faith

Descriptions du produit

Critique

Cet album gris, comme l’indique assez bien l’une de ses chansons (« All Cats are Grey »), et morbide, car marqué par la mort de la mère de Tolhurst (« The Funeral Party »), reprend les choses là où les avaient laissées Seventeen Seconds.

Dominé par la basse de Simon Gallup, souvent passée au flanger, il présente une nouvelle fois des rythmes hypnotiques, répétitifs, une voix angoissée noyée dans la réverb : le style Cure période « cold wave » par excellence… Le single, « Primary », est le titre le plus rapide, mais pas le plus gai (enfin, le moins triste…). Comparé à Closer de Joy Division par la presse, cet album se classera 14ème dans les charts anglais…

En bonus CD, la bande-son du film Carnage Visors : un instrumental encore plus lent et glauque que le reste. Faith est une œuvre complète, belle, glacée et déprimante. Avec ce disque, on croyait avoir atteint un sommet (ou touché le fond), mais le groupe allait faire encore plus fort l’année suivante avec Pornography…

La version « Deluxe » comprend un CD supplémentaire, tout au bout duquel on retrouve le single « Charlotte Sometimes », qui ajoute quelques couleurs (pâles) à l’ensemble.



Stan Cuesta - Copyright 2014 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
5.0 étoiles sur 5
5.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
19 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Cure m'a donné la foi 29 janvier 2006
Par deadleaf
Format:CD
C’est incroyable, le pouvoir poétique qu’a pu garder ce disque au fil des années, « Faith » est un des albums les plus dépressifs et beaux de l’histoire de la pop (dans ce registre on ne peut guère le comparer qu’à « Closer » de Joy Division, au second album des Red House Painters et au « Spiderland » de Slint …), le son très étouffé voire souterrain donne cette curieuse impression d’être dans une église ou une crypte, les morceaux s‘enchaînent lentement, à la manière d ‘une procession funèbre (the funeral party) laissant derrière eux un climat à la fois sombre et envoutant pour un résultat tantôt lugubre (the holy hour, the drowning man), tantôt apaisé (faith, all cats are grey).
Comme pour les précédentes rééditions de « 3 imaginary boys » et « seventeen seconds », on se retrouve complètement immergé à cette époque avec comme guide ce petit livret (un peu court …) qui nous dévoile l’histoire de cet album : l’envie pour Robert Smith de se démarquer, de faire une sorte de concept album autour de la mort, de la peur de l’être humain devant cette fatalité d’ou le besoin de croire en quelque chose (le titre viendra naturellement : faith).L’accouchement douloureux de cet album qui sera réenregistré pour trouver enfin la bonne couleur musicale (grise à l’image de cette magnifique pochette).
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Culte 16 mai 2010
Format:CD
Impossible d'aimer les CURE sans posséder une de leurs oeuvres majeures: "Faith" en l'occurence.
Apparu en avril 81, époque où le goupe est redevenu "trio" aprés le passage furtif de Matthieu Hartley, ce deuxième album de leur trilogie glaciale (leur troisième en tout) flirte avec le désespoir. Pas de doutes, Robert Smith et ses deux compères sont en pleines réflexions sur la mort et tout ce qui l'entoure. Il en ressort tout naturellement un disque sombre, tourmenté, mélancolique, douloureux mais vraiment envoutant!
L'accent est surtout mis sur la basse agressive de Simon Gallup ("Doubt", "The holy hour") et sur ces nappes de synthés trés religieusement froides ("The funeral party", "All cats are grey"). "Primary" et ses deux basses aux bords de la rupture, sortira, lui, en tant que single puisqu'il se trouva être le titre le plus "vivant" mais fera une courte carrière dans les charts anglais en atteignant péniblement le top 50. J'ai rarement entendu une musique être autant en adéquation avec ses paroles, j'en prend pour preuve le duo de fin "The drowning man" et "Faith" bouleversantes jusqu'au dernier souffle.
Album pourtant sous-estimé à sa sortie par une presse anglaise le trouvant trop sombre et regrettant "Three imaginary boys" nettement plus pop. Ils iront même jusqu'à prétendre que R. Smith sera le prochain Ian curtis (suicidé en mai 80). Aux dernières nouvelles, il se porte bien!
Note: 18,5/20
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un album de transition...? 7 février 2007
Par Zardoz
Format:CD
Entre "Seventeen Seconds" et "Pornography" se trouve le volet central de la trilogie 'glacée', "Faith". Censé être un disque de transition entre la fausse légèreté du premier et la froide violence malsaine du troisième, ce second disque ne présage pourtant en rien du cataclysme que sera l'album de 1982. Pourtant, "Faith", avec des titres tels que "The Drowning Man", "All Cats Are Grey", "Faith" ou "The Funeral Party", est mille fois plus sombre que "Seventeen Seconds". Et tout aussi réussi, et tout aussi court : 36 minutes et 58 secondes, allez, on va dire 37 minutes et tout le monde sera content.

Que signifie cette image de pochette ? Mieux vaut ne pas le savoir. Et savourer ces 8 grands titres, parmi lesquels deux perles magnifiquement gothiques, "The Drowning Man" (fabuleuse partie de guitare) et "All Cats Are Grey".

Indispensable.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Réédition réussie pour cette perle grise 2 juillet 2005
Format:CD
Cet album a marqué un tournant dans la carrière du groupe en lui associant l'identité sombre de l'essor du gothique. Les tempos sont lents à l'exception de ce qui fit office de single (Primary). Les motifs mélodiques forment des spirales progressives. Les ambiances sont éthérées, brumeuses avec des touches cristallines. Les textes développent des images et des impressions ambivalentes, des situations et des sentiments d'entre deux. Ce n'est pourtant pas une musique dépressive mais bien plutôt contemplative et assez finement arrangée à laquelle fera écho Desintegration pour clore la décennie qu'ouvre cet album. Cette réédition y adjoint un long instrumental jamais édité en CD. Sur le second disque, les bonus présentent le magnifique single Charlotte sometimes (par ailleurs pas difficile à trouver), des prises studio plus ou moins intéressantes et des versions live qui, restituant l'intensité de l'album, démontrent que sa tonalité n'était pas un artifice de production mais bel et bien un aboutissement artistique. Parmi ces derniers, il faut remarquer Forever qui fait partie de la légende du groupe (jamais enregistré en studio mais évoluant de concert en concert). A redécouvrir et à explorer.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Commentaires client les plus récents
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit
ARRAY(0xafe513fc)

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?