undrgrnd Cliquez ici Toys Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo cliquez_ici soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles25
3,7 sur 5 étoiles
Format: Album|Modifier
Prix:22,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Jean-Patrick Manchette est -à titre posthume, certes- plutôt chanceux. Quand il n'est pas adapté par Tardi, il l'est par Cabanes.
Tardi, tout le monde connait, il est l'un des ténors de la BD et une référence en matière d'adaptation.
Max Cabanes, lui, reste encore assez peu connu, en dépit de sa série "Dans les villages" qui vaut le détour, ne serait-ce que pour l'Anti-Jôle et la Crognotte rieuse qui parleront aux anciens lecteurs de Fluide Glacial.
Par la suite, je ne trouve plus guère de traces de ses travaux dans ma bédéthèque, en dehors des 2 volumes de "Colin-Maillard", très moyens.

Avec "Fatale", Cabanes signe son retour par une remarquable adaptation, co-écrite avec Doug Headline, le propre fils de Manchette. (Headline-Manchette, astuce !)

L'histoire est assez linéaire (on y reviendra).
Aimée est une jeune femme mystérieuse, se faisant appeler tantôt Mme Souabe, tantôt Mme Joubert.
Après avoir commis un meurtre, elle arrive à Bléville, une petite ville du bord de mer, mélange entre autres, de Dieppe et du Havre.
Là elle fréquente la bonne société, découvrant ses secrets les plus intimes qu'elle décide d'exploiter.

Certains commentaires ici, déplorent l'absence d'intrigue policière. Ils n'ont pas entièrement tort et d'ailleurs, le roman "Fatale" de Manchette, n'est pas paru à l'origine (en 1977), dans la Série Noire.
Pour autant, "Fatale" n'est pas à négliger. Il s'agit d'une sorte de western chabrolien qui se déroulerait à la fin des années 60. On y retrouve à la fois le thème de l'inconnue dans la ville, qui va se retrouver seule contre tous, jusqu'au duel final et la description de cette vie provinciale faite de non-dits et de secrets enfouis. Aimée va chercher à exploiter ces failles, mais son projet va se trouver contrarié par un élément imprévu : le sentiment.
Si elle aussi, elle s'abandonne...

L'ensemble prend vie, sous le crayon de Cabanes qui alterne les climats en fonction des récitatifs tirés du roman qu'on retrouve dans certaines cases. Très minutieux ou à gros traits, explosant dans la rougeur ou se glaçant dans le bleu de la nuit et les ombres du port, le dessin est magnifique pour ce qui est peut être, la meilleure adaptation d'un Manchette*.

La dimension sociale de l'auteur apparaît tout au long de l'ouvrage, par son thème bien sûr qui gratte sous le vernis de la bienséance, mais également par des formules aussi définitives que celle qui accompagne la lecture des journaux locaux : "...les 2 feuilles locales. L'une défendait une idéologie capitaliste de gauche et l'autre une idéologie capitaliste de gauche".

On peut considérer que ce discours a vieilli, mais il n'en est pas pour autant devenu ridicule.
Cabanes et Manchette Père & Fils, signent là une BD qui compte. Si vous recherchez une intrigue alambiquée, passez votre chemin. Pour tous les autres : bienvenue !

Belle couverture épaisse, 130 pages de beau papier, l'ouvrage justifie chaque Euro de son prix.

*Une case me titille quand même. Page 107, la défenestration ne me paraît pas techniquement possible telle que montrée.
88 commentaires|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Album|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Si ce n'est pas à proprement parler un polar avec intrigues et enquêtes, c'est un roman d'ambiance. Un roman graphique en fait qui restitue les mots de Jean-Patrick Manchette avec les traits et les couleurs de Cabanes et un travail d'adaptation à la bd de Cabanes avec Doug Headline, le fils de Manchette. On est absorbé, dévoré par l'ambiance délétère de cette ville où les embruns semblent acides, les rapports humains factices dans les jeux d'apparences. Derrière, il y a les égoïsmes, les trahisons, les mensonges, voire les crimes. Les faits se déroulent dans une petite ville portuaire qui donne sur la Manche avec pour arrière pays une campagne rude et tourmentées par les pluies et les vents de la mer, une terre de plateau qui s'étire sur les falaises... Pour ceux qui connaissent Dieppe, on reconnait tout de suite la ville derrière Bléville ainsi que la campagne environnante. Une tueuse en série, des méfaits engendrés par le sexe et l'argent, les disputes de pouvoir. Manchette n'était pas tendre avec la bourgeoisie ni avec les petites gens qui se soumettent aux puissants. A l'issue de cette lecture, l'envie de reprendre l'oeuvre de Manchette dont je ne connais qu'une infime parcelle. Pour me dessiner mes propres traits d'ombres et de lumières...
A lire absolument. L'une des belles bandes dessinées de cette rentrée.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Album|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Je ne connaissais pas Manchette que je découvre à travers cette BD (pratiquement un roman graphique, pour reprendre le jargon d'éditeur, étant donné la longueur de l'ouvrage), mais j'ai été agréablement surpris, cet univers et cette narration m'ayant rappelé - comme l'ont noté d'ailleurs d'autres commentateurs - les écrits de Thierry Jonquet et dans une moindre mesure de Jean-Claude Izzo. Ce scénario qu'on devine rapidement être celui d'une Nikita provinciale prend le temps de s'installer, et le tempo va crescendo jusqu'à cette conclusion haletante. Cette fin est digne d'un très bon scénario de film noir, puisque si l'on est assez malin pour deviner la trame générale, on est forcément ravi du traitement réservé à cette conclusion qui n'a rien d'habituel, de contemporain. Et c'est bien là le génie classique de nombre de films du genre. Quant au trait, il fait effectivement penser à celui de Gibrat. C'est dire si ces 136 pages méritent d'être parcourues. Pour ma part, je m'y replongerais avec plaisir et je n'en dévoilerai pas plus pour ne pas gâter votre découverte...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Album|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Vous entrez dans ce roman noir avec avidité. Aimée est une femme fatale et sans complexe, froide, belle, déterminée, manichéenne. Elle aime le luxe, fuyant une partie de chasse qui a mal tourné quand elle rejoint Bléville par le rail, vers un destin étrange. Elle se lie avec la bourgeoise locale, observe et monte un stratagème en se jouant des rancœurs entre notables. Très beaux dessins, textes cinglants, personnages pittoresques font que l'on a envie de dévorer d'un trait la lecture. Les portraits sont précis et les auteurs produisent une histoire de mœurs alambiquée avec son flic douteux, son médecin provoquant et les autres que je vous laisse découvrir.
Adaptation réussie du roman de Jean-Patrick Manchette, cette BD se déguste jusqu'à la lie et sa fatalité qu'Aimée n'avait pas imaginée.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Album|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
J.P Manchette ,dont l'ambition initiale était de devenir scénariste pour le cinéma,se mit à écrire des néos polars dans la collection "série noire" de chez Gallimard,usant de ce tremplin pour se livrer à la critique sociale.Cette adaptation de "fatale",en BD,récit d'une tueuse fragile,affrontant les notables d'une petite ville,était un pari risqué quand on sait que le roman avait été refusé par la collection série noire,eu égard à son manque d'action.Le suspens n'est donc pas vraiment le ressort du récit,qui se prolonge sur 136 pages(format peu habituel en BD),pour décrire la corruption et les compromissions de toutes sortes sévissant dans une ville provinciale!Les dessins ,même s'ils sacrifient à la mode des monochrommes sombres et sépias,parviennent parfois à être séduisants!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 20 octobre 2014
À la lettre “F", le répertoire des femmes fatales semble bien interminable …
Ah le charme de ces femmes que l’on ne croise qu’une seule fois …
Voici donc Mélanie Horst, Aimée Joubert ou Madame Souabe, peu importe : tous ces noms ne désignent qu’une seule femme … fatale.
Après Tardi, le dessinateur Max Cabanes a choisi de reprendre plusieurs œuvres de Patrick Manchette (aidé par Doug Headline qui n’est autre que le fils de Patrick Manchette).
Fatale est réputée comme leur meilleure adaptation (après La princesse de sang), ce que l’on peut confirmer ici.
Changeant de ville comme de nom, d’apparence et de coiffure, la pulpeuse jeune femme semble très occupée à faire le ménage dans les milieux de la bourgeoisie chabrolienne de province.
Hommes d’affaires véreux, chasseurs ventrus, épouses dévouées à la carrière de leurs maris, flics compromis ou notaires concupiscents, … ce ne sont pas les proies qui manquent et le lecteur se délecte d’avance lorsque la dame (appelons la Aimée par exemple) débarque dans une nouvelle petite bourgade bien de chez nous. En bord de mer, Aimée semble nager comme un poisson dans ces eaux troubles agitées de passions, de haines, de fric, de sexe et de magouilles.

[…] C’est comme d’habitude, non ?
Ce sont toujours les histoires de cul qui apparaissent les premières …
Puis viennent les questions d’intérêts …
… et enfin les vieux crimes.
Tu as vu d’autres villes ma douce. Et tu en verras d’autres.

Mais qui est Aimée ? Quel passé nous cache-t-elle ? Et à part l’argent, qu’est-ce qui la motive dans ce rôle de nettoyeur ? Les notables de Bléville l’apprendront bientôt à leurs dépens.
Coup de chapeau pour cette BD qui sort des sentiers rebattus.
Un seul volume là où d’autres jouent les prolongations en série.
Un décor (savamment construit) des années 60-70 avec 2CV, R16 et 4CV en guise de vaisseaux spatiaux.
Des images troubles et inquiétantes, comme battues par la pluie et les mauvais (pres)sentiments …
Et puis une BD qui donne vraiment envie de lire le roman ? Quel plus bel hommage ?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Album|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Ayant lu les livres de Manchette j'étais impatiente d'avoir cette BD entre les mains. Le texte est suivi à la lettre et il faut bien comprendre que, plus qu'un polar, il s'agit d'une charge contre la socièté bourgeoise où l'idéologie anarchique et nihiliste sert de toile de fond. Quant au dessin je le trouve superbe, le côté hachuré ajoutant une pâte qui amplifie la noirceur du propos. En bref, une belle réussite.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Album|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Découverte correcte pour ma part que cette BD, adaptée apparemment d'un livre. On se plaît dans l'ambiance sombre qu'on perçoit dès la couverture bien rouge et noire... L'intrigue est intéressante mais se complaît dans une présentation par trop caricaturale de la bourgeoisie de province, à laquelle on ne semble voir que des défauts. Cela rend la lecture assez vite lassante.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Album|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Pour moi une BD c'est avant tout le dessin qui m'attire.
Ensuite seulement l'histoire apparait.
Ce qui m'a impressionné sur cette BD ce sont les personnages, les visages, le détail. Le trait est tout bonnement magnifique. Les visages sont saisis plein cadre, les regards sont magnifiques. Le jeu sur les couleurs est superbe. un orange / ocre en extérieur, les couleurs de l'automne, un bleu / vert dans la ville la nuit, le rouge, le jaune, ... les ambiances colorées évoluent au fil de l'histoire. J'ai apprécié.
Un roman noir en BD. Je ne connais pas le roman originel, dont je n'ai ps d'appréhension particulière quand à sa justesse.
J'ai vraiment apprécié les histoires, les personnages qui se croisent, avec leurs histoires leur profondeurs, leurs mensonges.
La couverture, même si elle est magnifique, ne rend pas suffisamment hommage au dessin je trouve. Chaque case de la BD pourrait être en couverture ! Oui j'ai craqué pour ce dessinateur ... je le reconnais.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 octobre 2014
Format: Album|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Le scénario de ce premier tome est plutôt sans grande surprise, mais je trouve sa mise en scène et son exécution magistrales. La couverture, vernie mate, c'est tout bête, mais déjà, pour moi, place le niveau d'attente. Ensuite la mise en page, avec la narration dans une typographie et les dialogues dans une autre .. puis le trait soigné et la mise en couleur, une super arrangement. de la première page à la dernière, je n'ai pas pu me détacher de ce volume... et à nouveau, en soit, c'est déjà un bel objet. enfin, pour modérer mon introduction sur le scénar, les rebondissements sont bien menés, et replongent le lecteur avec bonheur et réalisme dans la France de la fin du XXè.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

4,80 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)