undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

5
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Ferdinand Ries : Concertos pour piano, volume 5
Format: CDModifier
Prix:10,43 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce cinquième disque de l'intégrale des concertos pour piano de Ferdinand Ries (1784-1838) nous offre le premier et le dernier des concertos qu'il aura publié. Peu importe leur numérotation, aléatoire, retenons leur numéro d'opus... qui ne suit pas davantage la date de composition.

L'opus 42, en mi bémol majeur, a été publié en 1812. D'inspiration fort beethovénienne (en particulier le deuxième concerto), c'est une oeuvre fort agréable, virtuose sans être géniale. On est loin du superbe concerto pastoral (opus 120, dans le volume 4), mais le style est nettement plus affirmé que dans le concerto opus 123 qui date, lui, de 1806 (volume 1). Le premier mouvement est fort plaisant ; le larghetto, funèbre, rappelle clairement Beethoven, avec une tristesse qui n'aurait rien de tragique ; le rondo final est bondissant et léger. Au final, c'est une oeuvre tout à fait réussie, bien écrite, quoique sans surprise.

Le second concerto, opus 177, nous mène au début des années 1830. Nous sommes ici loin de Beethoven, avec un lyrisme plus prononcé. Mais les effets romantiques que Ries semble affectionner à la fin de sa vie, et qu'on retrouve par exemple dans sa septième symphonie, ne sont guère probants. L'allegro con brio ne manque pas de virtuosité, mais manque de continuité à cause de ces tutti et des nuances exacerbées. Le mouvement lent offre une rêverie poétique qui pourrait rappeler Chopin, dont les deux concertos sont plus jeunes de deux ans. Force est de constater que Chopin est bien plus expressif. Le final retourne aux effets romantiques, avec un galop... qui s'essouffle assez vite. Lorsqu'il cherche à être à la mode, Ries s'égare.

La troisième pièce enregistrée est une "introduction et rondo brillant" comme Ries les affectionne tant. C'est une pièce de concert virtuose, qui laisse son auteur libre des contraintes de la forme concertante. Cet opus 144 date de 1825, soit la même période que le concerto opus 151 (volume 1), particulièrement réussi. La fluidité du piano, la grandeur beethovénienne de l'orchestration concourent à faire de cette pièce, qui ne manque pas d'allure, une réussite.

Au final, c'est un disque fort agréable, qui profite d'une prise de son nette. Ces enregistrements forment des premières mondiales qu'il faut saluer comme tel. Christopher Hinterhuber semble s'être totalement identifié à Ries pour le plus grand plaisir de son public. Grâce à lui, Ries sera sorti de l'ombre de son mentor et employeur, pour retrouver la gloire qui fut la sienne et éclairer le romantisme musical de la première moitié du XIXe siècle en sortant des sentiers battus.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Une fois de plus grâce à NAXOS et au chef d'orchestre UWE GRODD ils nous proposent le volume N° 5 des concertos pour piano et orchestre.
Comme les volumes précédents l'élève viendrait presque à dépasser le professeur.
Le genie de L. van BEETHOVEN plus celui de F.RIES pour un résultat tous simplement magnifique !!!
D'ailleurs le concerto in E Flat OP 42 à plus d'un air de famille avec le concerto N° 5 dit l'Empereur.
Vivement le volume N° 6 !!!
Musicalement vôtre
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 février 2013
Voilà une réalisation majeure! Ce dernier volume ne déçoit pas... Christopher Hinterhuber se révèle excellent une fois de plus... Ces concertos vous feront oublier les oeuvres concertantes d'Hummel ou de Field... À ranger près des concertos de L.V. Beethoven!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 11 février 2014
Compositeur dont toute l'œuvre est à découvrir, peut-être un peu moins connu , mais mais tout aussi talentueux que bien d'autres.
Si tant est que je puisse avoir un regret, c'est qu'il n'en ait pas composer plus. Mais je l'avoue, ne serait-ce pas déjà de la gourmandise, allez savoir!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 mai 2013
Un compositeur qui m'était inconnu et que j'ai découvert avec grand plaisir. Très belles oeuvres bien interprétées. Un grand plaisir d'écoute.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé