Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Plus d'options
Fighting (Remastered Version)
 
Agrandissez cette image
 

Fighting (Remastered Version)

28 février 1996 | Format : MP3

EUR 9,99 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 7,08 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.
Titre
Durée
Popularité  
30
1
2:56
30
2
3:07
30
3
5:11
30
4
4:17
30
5
3:11
30
6
4:08
30
7
4:40
30
8
3:26
30
9
3:29
30
10
3:22

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 2 octobre 2014
  • Date de sortie: 2 octobre 2014
  • Label: Universal Music Division Mercury Records
  • Copyright: (C) 1996 Mercury Records Limited
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 37:47
  • Genres:
  • ASIN: B0025BJV1Q
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 187.112 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne

4.7 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 3 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile  Par T. Richard sur 4 janvier 2006
Format: CD
Robertson (2ème guitare) intègre le groupe, voilà Thin lizzy a enfin trouvé la stabilité, la formation qui l'amènera enfin au top. Pour le succès c'est pas encore avec cet album. Malgré tout FIGHTING va l'amorcer, le groupe trouve ses marques. Personnellement FIGHTING est un de ceux que je préfère de tous les albums de lizzy, ça commence avec une excellente reprise de bob seger (Rosalie), au rayon classique on peut citer aussi(suicide) titre génial, il est vrai que l'ensemble de l'album n'est pas trés hard, qu'importe il est trés inspiré et trés varié.les guitares harmonisés font des merveilles sur le déjà nommé (suicide),(for those who love to live)...Excellent blues folk mélancolique(wild one)aux accents rythmiques qui me fait penser aux futurs dire straits , trés convainquant aussi le folk-rock (king's revenge), superbe ballade (spirit slips away),le rock groovy de (freedom song)pour finir avec un titre plus pêchu (ballad of a hard man).Rien à dire Thin lizzy signe ici un grand album que beaucoup de fans ne portent pas trés haut dans leur coeur, préférant les albums suivants et pourtant...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Voodoo. TOP 500 COMMENTATEURS sur 28 février 2013
Format: CD
Après un nouveau départ prit avec l'album "Nightlife" (un an plus tôt), c'est "Fighting" (publié en Septembre '75), qui va confirmer la direction musicale du nouveau Thin Lizzy.
Entamé par un terrible p'tit rock bien nerveux, ce "Rosalie" (qui est en fait une reprise de Bob Seger), Thin Lizzy va faire rugir sa paire de lead guitars. La production y est meilleure aussi (bien que datée aujourd'hui). Les "anciens" Lynott et Downey, ont recruté les Roberston et Gorham (encore fraîchement débarqués sur l'album précédent), pour sonner plus hard. Cette fois bien intégrés, ils vont se lâcher comme sur le nuancé "For Those Who Love To Live" qui commence presque naïvement comme une gentille petite ballade qui brusquement s'embarque dans un duel de guitares des plus furieux, et qui voit la basse de Phil Lynott et la batterie de Brian Downey enquiller pour un final épique. Comme sur ce "Suicide" d'anthologie (un boogie endiablé), où les twin guitars semblent ne pas vouloir en finir elles, où les basse et batterie assurent franchement encore. "Wild One" à l'esprit celtique et le spirituel "Spirit Slips Away" sont deux belles ballades où le feeling de Lynott s'exprime (dans ce registre unique). Le guerrier "Fighting My Way Back" et "King's Vengeance" sont deux titres, toujours avec ces guitares qui font mouches comme sur le rock 'n' roller "Silver Dollar" et "Freedom Song" (qui s'ils sont moins marquants, sont néanmoins sympa). Par contre ils précèdent un terrible (mais oublié) "Ballad Of A Hard Man" (écrit par Scott Gorham), un hard-rock aux riffs énormes et au solo déchirant qui mérite (presque) à lui seul la découverte de ce "Fighting".
Un titre qui (à l'image de cet album) semble trop méconnu, et qui clôt ce "Fighting" de belle manière par K.O.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Stefan TOP 50 COMMENTATEURS sur 25 mai 2012
Format: CD Achat vérifié
Tout le monde s'accorde sur le fait, c'est ici que Thin Lizzy définit le son qui va en faire une des plus fameuses formations du hard rock des années 70. C'est pourtant le 5ème album des Irlandais depuis l'éponyme de 1971, signe d'une époque où un artiste avait le temps de se « développer » avant de trouver son public et son son, une patience qui n'a plus court aujourd'hui.

Il aura donc fallu longtemps et un second album dans le même line-up à double guitare pour qu'enfin le miracle se produise. Teigneux et mélodique à la fois, enluminé de guitares à l'unisson souvent d'influence celtique (qui avaient déjà fait leur apparition sur le précédent opus, Nightlife) et tenu par une section rythmique solide et éprouvée, le hard rock de Thin Lizzy ne connait que peu d'équivalents. Evidemment, le chant assez unique en son genre de Phil Lynott est une marque distinctive forte dans une période où la plupart de ses pairs affectent des stridences et falsettos étrangers au soulful métis. Ce sont toutefois les compositions qui font réellement la différence ici. Paradoxalement, le premier « vrai Thin Lizzy » commence par une reprise de Bob Seeger, Rosalie, maintenant plus connue dans sa version reprise qu'originale, d'ailleurs. Le reste des crédits de composition est logiquement dominé par Lynott qui offre toutefois un « slot » à ses six-cordistes dont chacun fait bon usage (Silver Dollar pour Robertson, Ballad of a Hard Man pour Gorham).
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique