undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 10,90

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Filth Pig
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Filth Pig Import


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Vinyle , Import, 16 février 1996
Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Boutique Vinyle
Retrouvez toute notre sélection de Vinyles au sein de notre boutique Vinyle.
Nos clients ont également consulté ces articles en stock

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Ministry

Discographie

Image de l'album de Ministry

Photos

Image de Ministry

Biographie

C'est en 1981, à Chicago (États-Unis), qu'Al Jourgensen fonde Ministry. Les premières réalisations sont très loin du son qui fera plus tard sa réputation. Jusqu'en 1985, Ministry évolue dans un registre pop synthétique inspiré de The Human League et Depeche Mode, comme en témoigne le premier album With Sympathy ... Plus de détails sur la Page Artiste Ministry

Visitez la Page Artiste Ministry
67 albums, 7 photos, discussions, et plus.

Détails sur le produit

  • Album vinyle (16 février 1996)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Warner Bros
  • ASIN : B000002MW8
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (5 commentaires client)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?

Descriptions du produit

Critique

Trois ans après Psalm 69, qui marquait un aboutissement dans la carrière du groupe et annonçait l’arrivée de toute une descendance indus-metal (Rammstein, Stabbing Westward, Marilyn Manson, Orgy), le groupe sort Filth Pig, un des albums metal les plus attendus de l’année. Mais alors que beaucoup espéraient un disque dans la continuité du précédent, ce sixième album studio prend tout le monde à revers. Ce qui aura l’heur de déplaire à nombre de critiques rock et vaudra aussi à Ministry de s’aliéner une partie de son public.

Avec Filth Pig, Ministry gagne en pesanteur ce qu’il perd en frénésie. Bien entendu, le groupe ne brade ni la rage, ni la voix criarde et distordue et les riffs en boucles ; mais les tempos sont considérablement ralentis et la guitare est privilégiée au détriment de la machine, les samples étant beaucoup plus rares. Autrement dit : tout en conservant une sonorité distincte, Ministry donne ici à son métal une coloration plus «heavy» – encore que l’adjectif («lourd») soit inapproprié et qu’il serait plus judicieux de dire «écrasant». Malgré deux ou trois morceaux plus faibles, l’album est solide et cohérent. Les quatre premiers morceaux, tous très accrocheurs, s’enchaînent parfaitement sans se répéter. La lourdeur des guitares, la lenteur du tempo, la répétitivité des riffs en font des compositions hypnotiques à l’ambiance étouffante.

A partir de «Useless», les compositions sont moins écrasantes de lourdeur et entêtantes de répétitivité que les premières, bien qu'assez étouffantes. «The fall», seule composition de Filth Pig dont les guitares sont très en retrait, en est une des grandes réussites – même s’il est peu représentatif du disque. Autre réussite : la reprise de «Lay lady lay», de Bob Dylan. D’un morceau au suivant, le disque épouse la trajectoire de l’enfoncement dans le désespoir. Et chaque titre semble acculer l’auditeur à la prostration ou au balancement d’un fou en camisole.

Car l’ambiance du disque est beaucoup plus sombre que celle du précédent. Si Psalm 69 était un album de révolte, Filth Pig est infiniment plus personnel. Al Jourgensen connaît alors des problèmes personnels (divorce et addiction à l’héroïne) qui assombrissent son moral. Le titre de l’album, que l’on pourrait traduire par «Porc crasseux» ou «Sale porc», dit clairement tout le dégoût qu’il semble se vouer. Le désespoir – et sa corolle nihiliste de fantasmes destructeurs et de pensées morbides – est de toute évidence l’état d’esprit qui a présidé à la composition et à la réalisation de Filth Pig. Dans ses paroles, Jourgensen se dit mort («I’m the dead guy», «Dead guy»), inutile («Useless and braindead», «Useless») et multiplie les constats amers sur son passé – notamment conjugal («Our life was just a joke» , «Game show»). Sa vie est ravalée au rang de tas de décombres («Crumbs» : «I never had a life / I don't even know what life is»). Sa seule compensation semble la contemplation ou l’espérance du malheur des autres («Where’s my compensation ? / Watching others fall / Welcome to the fall / Everything is useless» - «The Fall») et l’expression d’une fascination pour la violence, l’absurde et la destruction – comme le démontrent les titres des chansons. L’album s’achève avec «Brick windows», morceau évoquant la solitude et l’autodestruction («Been bangin’ my head against the window»), l’indifférence au sort du monde («Some people say the world’s on fire») – et finalement le confort de la folie et de la réclusion («Sweet home alone in alienation / Brick Windows»).

Si le terme de «nihiliste» a été beaucoup employé pour qualifier la démarche de Ministry sur d’autres albums, seul Filth Pig mérite sérieusement ce qualificatif. Cet album, qui a quelque chose de particulièrement intime pour Al Jourgensen, demeure l’un des favoris de sa discographie. Il est aussi l’un des tout meilleurs du groupe, peut-être le dernier à avoir été aussi réussi – la suite de la discographie étant très inégale.





Guillaume Mougel - Copyright 2015 Music Story

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 5 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Guinea Pig le 5 novembre 2009
Format: CD
Ministry n'a jamais vraiment fait dans la finesse. Et Filth Pig est sûrement leur album le plus lourd, aussi bien visuellement qu'auditivement. Al Jourgensen et ses comparses n'apprécient guère leur pays, les USA, et nous le font clairement savoir avec la pochette, qui, je trouve, est quand même un peu trop rentre-dedans pour être crédible. Musicalement aussi, c'est très rentre-dedans, on rentre très vite dans le vif du sujet et la musique nous est distillée comme du sel dans une plaie à vif. On n'est pas dans la frappe chirurgicale. Bien plus lente qu'à l'accoutumée, la musique n'en est que plus agressive. S'il fallait donner une couleur musicale à cet album, je lui attribuerais la couleur de la pochette, entre le rouge sang et l'orange de la lave en fusion. On retrouve les sonorités stridentes, chères au groupe, mais ici, elles font l'effet d'une scie rouillée manoeuvrée trop lentement pour couper correctement. Ici, le son rippe, éclabousse, le chant rocailleux d'Al Jourgensen et les riffs saturés au-delà du raisonnable nous lacèrent les oreilles sans relâche. Ma préférence va à "Lava", construite autour d'un riff de basse absolument...volcanique... Le seul moment de "soulagement" est sûrement la reprise de Bob Dylan sur "Lay Lady Lay", où la température du four musical digne d'une fonderie est abaissée à 220°C, une température qui nous rapprocherait de l'humanité.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par megaotal TOP 1000 COMMENTATEURS le 19 août 2010
Format: CD Achat vérifié
Pourquoi cet album plutot qu'un autre de LA legende de l'indstriel?tout simplement parceque ce filth pig(quel titre!!!un bon reflet de l'état d'ésprit du gourou jourgensen face a ses concitoyens et au gouvernement américain...en particulier une certaine famille,je vous laisse devinez laquelle...),est à mon avis le plus orienté"chanson"du groupe,moins bruitiste que psalm 69,qui pourtant est considéré à juste titre comme leurs classique,mais pour moi il manque une certaine cohésion dans cet album que pourtant j'apprécies beaucoup...mais il peut devenir lassant sur les 2derniers morceaux du disque ou l'on a plus l'impression d'avoir à faire à du bruit qu'à de la musique...alors qu'avec ce disque ministry garde sa superbe d'un bout à l'autre de l'album,les morceaux s'enchainent mais ne se ressemblent pas,tantot lourd,tantot trash,tantot hardcore et bien entendu terriblement indus'...toutes les influences de ministry sont réunis sur ce disque(on pense par exemple à black sabbath pour la lourdeur de certains morceaux),et la voix de al qui reste comme à l'accoutumé totalement hallucinante...vous l'aurez compris j'adore cet album et c'est réellement l'un des seul album studio que j'ai envie de m'écoutez dés lorsque je pense à ministry...je me passe plus facilement les lives que je vous recommande chaudement(spinchtour de la tournéé filth pig justement et bien sur adios puta madre,live de la tournée d'adieu,avec cette reprise totalement dingue de louis amstrong what a wonderful world(dans son genre lay lady lay,n'est pas mal non plus),...Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Mr. Nicolas Constanti le 1 juillet 2010
Format: CD
4 ans après le classique Psalm 69, Ministry revient avec ce Filth Pig qui ne fit pas l'unanimité à sa sortie. Pourtant cet album, largement sous estimé, est une vrai réussite et contient son lot de bombes indus : lava, crumbs, the fall etc. Le groupe évolue et à au moins le mérite de ne pas proposer un Psalm 69 bis qui n'aurait eu que peut d'intérêt. Un excellent album de Ministry dont il serait dommage de se priver.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par as le 21 août 2014
Format: CD
et ceci est dû à la reprise de Bob Dylan et à son clip largement diffusé sur MTV à la bonne époque. Comme peu d'autres, cette reprise est à la fois un massacre outrancier , une bizarrerie originale et un hommage au enième degré , un peu comme le "Telegram Sam" de Bauhaus ou comme "Satisfaction" de Devo. Pour les fans de reprises originales (si je puis m'exprimer de la sorte), il y a aussi celle de "What a wonderful world" par les mêmes Ministry , mais sur un autre album que "Filth pig". Le reste de l'album est d'une lourdeur peu commune. Les rythmes sont vraiment lents, les guitares incisives, les refrains obsessionnels mais somme toute pas dénués de mélodies. Vous vous surprendrez en train de siffler la mélodie de "Lava". Je comprends donc pourquoi ce CD a été décrié par les core fans de Ministry. "Filth Pig" restera donc une phase atypique de l'oeuvre de Ministry et selon moi, une des meilleures.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
0 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Hellblazer TOP 500 COMMENTATEURS le 23 décembre 2008
Format: CD
Ultra-indus, déjanté à souhait, extrême et peu facile d'approche, "Filth Pig" propose une nouvelle facette de l'esprit tordu d'Al Jourgensen et donc de son bébé hybride, Ministry. Je dois avouer que mon achat de ce disque a été motivé par le seul titre "Lay Lady Lay", fantastique morceau plus lent, tout en crescendo hypnotique absolument ravageur. Etes-vous capable d'acheter un disque pour 1 chanson ?...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?