undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,6 sur 5 étoiles10
3,6 sur 5 étoiles
Format: PocheModifier
Prix:7,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Le monde arrive-t-il à la fin d'un cycle, celui du progrès technique exponentiel, de la croissance sans fin et de la finance triomphante se repaissant de bulles spéculatives de plus en plus énormes et de plus en plus incontrôlées ? Oui, répond l'auteur, en ce début de XXIème siècle, l'humanité se trouve bien à un tournant de son existence. Les contraintes écologiques, le dérèglement climatique et l'épuisement des ressources et particulièrement celle des énergies fossiles non renouvelables ne permettront jamais que le niveau de vie de type occidental se généralise partout. Il faudra donc par la force des choses réduire l'empreinte écologique de chacun ainsi que l'écart sans cesse grandissant entre les riches et les pauvres. En clair, cela signifie que la paupérisation de l'Occident est en marche et n'est pas prête de s'arrêter.
Mais comment allons-nous nous adapter à cette évolution ? En changeant volontairement de mode de vie, en réduisant volontairement nos émissions de gaz à effet de serre, en gaspillant moins, en relocalisant nos productions, en donnant une part plus importante à l'agriculture biologique, c'est à dire en nous comportant intelligemment ou en nous opposant violemment à toute remise en question, au prix des pires troubles et des pires violences ? Cette étude géopolitique a le mérite de parfaitement poser le problème et de bien montrer les deux voies possibles. L'auteur, bien qu'un peu idéaliste bisounours à mon goût personnel, ne cache pas les immenses difficultés d'une évolution sereine. L'Europe pauvre en énergie donc bien placée pour assumer la « décroissance » est engluée dans le marasme. La cause : la trahison par les élites de l'idéal européen qui se fondait sur les principes démocratiques de souveraineté des citoyens. « En réalité, écrit-il, l'Union a été progressivement remise aux mains du système financier. ». Parlant du rejet du projet de Traité constitutionnel par les peuples français, irlandais et néerlandais et validé par les parlements, il ajoute : « L'oligarchie a violé la souveraineté populaire pour un résultat pitoyable. » Les pages sur les Etats-Unis sont encore plus inquiétantes. « Cette psychologie quotidienne de la violence, la force du contrôle médiatique, le poids de l'armée, tout cela signifie que la tentation sera grande pour l'oligarchie des Etats-Unis de répondre par la violence aux problèmes qui ne peuvent que s'aggraver. Les Etats-Unis deviennent un risque pour la paix. Mais peut-être se déchireront-ils eux-mêmes. Ou changeront-ils pour embrasser la sobriété heureuse... » Et quand on sait que leur adversaire naturel est la Chine, dont l'auteur minimise d'ailleurs la dangerosité écologique, politique et sociale, le lecteur ne peut avoir que les pires craintes. Un livre pour bien comprendre les enjeux et ne pas être surpris par ce qui nous attend dans un avenir relativement proche !
11 commentaire13 sur 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Hervé Kempf donne sa vision de la crise actuelle. Il analyse les raisons qui ont conduit le monde à la situation qui est jugée de plus en plus souvent comme critique et dangereuse. Le rôle de l'occident depuis la révolution industrielle, le pourquoi de sa domination, les changements en cours, notamment le rattrapage de certains pays émergents, les dangers que cela comporte dus à l'inévitable remise en cause de notre manière de vivre dispendieuse en énergie et gaspilleuse. Ce livre aide à la réflexion en présentant une vision des problèmes de nos sociétés et de leurs causes de manière très concrète et étayée par de nombreux observations et exemples.
0Commentaire3 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
D’un côté, un constat implacable : il faut sortir du néolithique moderne fondé sur l’exploitation des énergies fossiles et des ressources naturelles (im)pensée sans égard à leur caractère nécessairement limité. Nous sommes entrés inexorablement dans une ère où, pression démographique mondiale et aspiration des pays émergents à consommer à l’égal de l’Occident obligent, ces carburants de l’économie – sans mauvais jeu de mots – ne seront (sans doute) plus jamais bon marché et où la facture entropique risque de s’avérer insupportable. Ce que Kempf appelle à juste titre le mur écologique, et vers lequel l’oligarchie capitaliste nous envoie nos fracasser en empêchant tout changement de nos paradigmes économiques fondées sur toujours plus de croissance.
Dans un second temps, nettement moins convaincant, le programme des réjouissances : organiser la transition vers une société de la sobriété, de la frugalité en remettant en cause le système oligopolistique (pas bien identifié), en réorientant la politique agricole vers une culture vivrière. A ce stade, le ton se fait impérieux, martial, pour tout dire embarrassant.

Même si je partage l’analyse d’un système économique à bout de souffle à force de ne pas prendre en compte la donne écologique (ceci ayant été à mon avis bien mieux démontré par Jeremy Rifkin dans la Troisième Révolution Industrielle (http://www.amazon.fr/review/R8OLLLTWRPIJZ/ref=cm_cr_pr_viewpnt#R8OLLLTWRPIJZ) ) et, pour des raisons, disons, plus philosophiques qu’économiques, l’objectif d’un monde qui consomme plus utilement, la tonalité révolutionnaire effraie quelque peu. Kempf semble nous inviter à une sorte de communisme bio, sans dire comment on parvient à un tel idéal historique, compte tenu de l’indispensable coopération internationale sans laquelle rien ne sera possible (ce qu’au moins Rifkin tente de faire sans prétendre à la panacée). Il y a un côté « dictature » du bonheur qui ne cesse d’inquiéter tout le long de la seconde partie de ce livre, même si, par sa radicalité, il est important dans le débat incontournable de la transition énergétique.
22 commentaires2 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 février 2013
Ce livre m'a fait l'effet d'une révélation, alors qu'il ne m'a presque rien appris que je ne savais déjà...

Les faits mis en relation suscitent l'évidence : "bon sang mais c'est bien sûr !"

Un ouvrage concis, vite lu, facile à lire, clair, à lire, à relire à offrir à diffuser et à commenter.

C'est le deuxième que j'achète car j'ai déjà donné le premier et il y a des passages que je me languis de relire.
0Commentaire8 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mars 2013
Voici une lecture que je recommande fortement.

Face à une quelconque problématique *, l'efficacité de la recherche des solutions dépend directement de la bonne identification des véritables causes de ladite problématique : en 2013, l'une de ces grandes problématiques mondiales qui interpellent toute l'humanité actuelle et future du prochain siècle se dénomme « Le mur écologique » telle que Kempf nous la décrit avec brio dans son Chapitre 4.

En management environnemental **, j'ai souvent observé que les solutions « déduites » *** et suggérées ne sont que la répétition « inadéquate » **** de celles du passé, Kempf se distingue magistralement et, en guise d'illustration, qu'il me suffise ici de recopier la Table des matières du Chapitre 7 « Les chemins de la mutation » :

Page 91 => Des possessions matérielles au bien-être
Page 92 => Les trois axes du post-capitalisme
Page 96 => Abolir le chômage
Page 98 => L'agriculture, des millions d'emplois à créer
Page 102 => Les emplois de la sobriété intelligente
Page 104 => Du rationnement des biens matériels à l'abondance des biens communs
Page 107 => Abandonner le PIB
Page 111 => Remettre l'activité scientifique au service de l'intérêt général
Page 113 => Une bataille culturelle
Page 115 => La transition dans les pays de l'hémisphère Sud

----------------
* Soit un problème à la fois complexe, multidimensionnel et requérant donc une approche pluridisciplinaire.

** Que j'enseigne depuis 1987 au Département des sciences comptables de l'École des sciences de la gestion de l'UQAM.

*** Trop souvent par le truchement d'une extrapolation mathématique linéaire « simple » sinon « simpliste » et, donc, trompeuse en supposément (faussement) une croissance « continuelle » (pourtant physiquement impossible dans un monde fini) alors qu'en réalité, les phases de développement pour tout organisme « vivant » (tels les écosystèmes, localement, et la planète Gaïa, globalement) sont la naissance, la croissance, la maturité, le déclin et la mort (avec des variations dans le temps plus courtes pour un individu que pour une civilisation).

**** Parce que le monde change et que, par conséquent, le passé est et sera de moins en moins garant de l'avenir.
0Commentaire7 sur 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 avril 2013
Ai recherché une approche de l'évolution du monde dans les années à venir (bien que, agé de 88 ans, je ne les verrai sûrement pas).
Interessant replacement du monde occidental actuel dans l'évolution des civilisations depuis l'origine de la planète.
Pour l'avenir, projets utopiques tenant compte d'un retour aux sources de l'humanité.
La question reste de savoir si la mondialisation inéluctable continuera à exploiter les ressouces energetiques, en voie de disparition, de la planète ou si elle se tournera objectivement vers la recherche de nouvelles enregies pour protéger la "terre patrie" de l'extinction de la Vie ?
0Commentaire2 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 février 2013
Ce livre me laisse sur une ambivalence. D'accord avec pas mal de choses (les limites écologiques de la croissance, le déclin inexorable et mérité de l'Occident, les limites de la croissance rapide des émergents, l'accroissement plus rapide des inégalités intra-pays que inter-pays...). Mais par ailleurs l'auteur réenfourche ses vieilles obsessions gauchistes sur les méfaits de l'oligarchie dominante et la totalité de la faute aux riches. Ceci en définitive obscurcit et affaiblit sa démonstration.
33 commentaires7 sur 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mars 2013
Une impression de déja vu chez d'autres auteurs ou dans la presse. L'idée que les pays émergents ne pourront pas suivre le modèle occidental sans dégâts massifs sur la planète, l'idée d'une transition nécessaire vers la décroissance, etc... Je lis peut-être pas mal sur ces sujets, mais j'ai l'impression d'avoir déjà vu ces analyses mille fois ailleurs. Des auteurs comme Patrick Viveret, par exemple, les ont énoncées avant. Il reste un livre structuré, mais surtout théorique. Personnellement, j'ai préféré "Un million de révolutions tranquilles" qui montre des voies de sorties concrètes, trouvées pragmatiquement dans plusieurs endroits de la planète
11 commentaire5 sur 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 février 2013
L'auteur fidele à lui même fait une démonstration propre à inquiéter le lecteur mais aussi laisse apparaitre des solutions. Autrement dit retroussons nos manches.
11 commentaire5 sur 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 juillet 2014
Le livre d'Hervé Kempf commence très bien, en nous présentent les problèmes que l'occident va devoir affronté ou affronte déjà, cependant les solutions proposé pour y faire face baignent dans l'humour. L'auteur est entre la pensée communiste et celle de l'écologie, aucun intérêt donc à lire ce livre qui m'a fait perdre de l'argent et qui ne m'a quasiment rien appris.
11 commentaire0 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus