Fin de partie et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus


ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 1,00
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Commencez à lire Fin de partie sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Fin de partie [Poche]

Samuel Beckett
3.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (15 commentaires client)
Prix : EUR 6,80 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 10 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le samedi 25 octobre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 4,99  
Relié --  
Poche EUR 5,20  
Poche, 1 juillet 1957 EUR 6,80  
Broché EUR 4,60  
Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,00
Vendez Fin de partie contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Vous cherchez un livre ?

Tous nos livres
Retrouvez nos meilleures ventes Livres .

Description de l'ouvrage

1 juillet 1957 2707300705 978-2707300706
Dans Fin de partie il y a déjà cette notion d'immobilité, cette notion d'enfouissement. Le personnage principal est dans un fauteuil, il est infirme et aveugle, et tous les mouvements qu'il peut faire c'est sur son fauteuil roulant, poussé par un domestique, peut-être un fils adoptif, qui est lui-même assez malade, mal en point, qui marche difficilement. Et ce vieillard a ses parents encore, qui sont dans des poubelles, son père et sa mère qu'on voit de temps en temps apparaître et qui ont un très charmant dialogue d'amour. Nous voyons deux êtres qui se déchirent, qui jouent une partie comme une partie d'échecs et ils marquent des points, l'un après l'autre, mais celui qui peut bouger a peut-être une plus grande chance de s'en tirer, seulement ils sont liés, organiquement, par une espèce de tendresse qui s'exprime avec beaucoup de haine, de sarcasme, et par tout un jeu. Par conséquent, il y a dans cette pièce - qui est à un niveau théâtral absolument direct, où il n'y a pas d'immense symbole à cher-cher, où le style est d'une absolue simplicité -, il y a cette espèce de jeu qu'ils se font l'un à l'autre, et qui se termine aussi d'une façon ambiguë parce que le suspense dérisoire de la pièce, s'il y a suspense, c'est ce fils Clov, partira-t-il ou non ? Et on ne le sait pas jusqu'à la fin. Je dois dire aussi que c'est une pièce comique. Les exégètes de Beckett parlent d'un " message ", d'une espèce de chose comme ça. Ils oublient de dire le principal, c'est que c'est une chose qui est une découverte du langage, de faire exploser un langage très quotidien. Il n'y a pas de littérature plaquée, absolument pas. Faire exploser un langage quotidien où chaque chose est à la fois comique et tragique.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Fin de partie + Oh les beaux jours. (suivi de) Pas moi : [Paris, Odéon-Théâtre de France, 21 octobre 1963], [Paris, Théâtre d'Orsay, 8 avril 1975] + Chatterton
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Revue de presse

Pour les classes de terminale. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Quatrième de couverture

En 1957 paraît Fin de partie, une drôle de pièce métaphysique dont les personnages principaux se nomment Hamm et Clov : le marteau et le clou ? Car Beckett est irlandais, et il écrit indifféremment en français et en anglais. «Rien n'est plus drôle que le malheur», entend-on dans la pièce. Soit. Mais comment rire après la Seconde Guerre mondiale ? Ouvertures D'une langue à l'autre Perspective 1 Une nouvelle dramaturgie Perspective 2 Références et intertextualité : le «ventriloquisme» beckettien Perspective 3 Faut-il en rire ? Perspective 4 À l'épreuve de la scène Bilans «Signifier ? Nous, signifier !» Pour les classes de terminale. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Poche: 112 pages
  • Editeur : Editions de Minuit (1 juillet 1957)
  • Collection : Théâtre
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2707300705
  • ISBN-13: 978-2707300706
  • Dimensions du produit: 11,6 x 18 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (15 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 841 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Game over 2 mai 2012
Par plume d'encre TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Poche|Achat vérifié
Que serait la vie des quatre derniers hommes sur la terre, après l'apocalypse ? Absurde, bien évidemment. C'est une vision très pessimiste de l'humain que nous livre Beckett, une humanité immobile, enfouie en elle-même, pourrissant sur place sans même s'en rendre compte. Il y a dans cette pièce un cinquième personnage, très important : le silence, tour à tour refuge, excuse, barrière, ami ou ennemi... Il fait ressortir à merveille l'insanité, la vanité des propos humains : si ce qu'ils ont à dire n'est pas plus beau que le silence, alors ils feraient mieux de se taire. L'espèce humaine dans son ensemble ne vaut rien. Mais l'auteur semble tout de même éprouver une certaine tendresse pour ces personnages si particuliers : cela passe beaucoup par l'humour. Pour arriver à apprécier le théâtre de l'absurde, ne pas hésiter à lire et relire ses pièces. Chaque lecture apporte son lot de découvertes...
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Grossièrement sublime 20 juillet 2012
Format:Poche|Achat vérifié
La première chose qui frappe c'est le décor insolite. Deux fenêtres à gauche et à droite trop hautes pour vision directe, une maison pour géants, l'une donnant sur la mer et l'autre donnant sur la terre. Vide de tout mobilier sauf, si on peut appeler ça du mobilier, deux poubelles urbaines fermées. Un invalide dans une chaise à roulettes. Un tableau retourné contre le mur. Plus tard deux accessoires : un escabeau pour monter jusqu'aux fenêtres et une lunette (longue vue) pour voir dans la distance.

Ce décor est entièrement gris. Un monde totalement fermé. Les rideaux des fenêtres sont tirés au début. Poubelles et invalide sont recouverts de draps comme dans une maison inhabitée. On se dirait dans une maison pratiquement abandonnée.

Hamm, le maître de la maison, est aveugle et impotent, cloué dans sa chaise à roulettes et il ne peut uriner qu'avec un cathéter. Clov son « serviteur » servile, plus jeune, peut marcher et prétend ne pas pouvoir s'asseoir. Mais il n'a pas la combinaison du buffet et donc accès aux victuailles et provisions, ce qui le retient par nécessité.

Dans les poubelles deux personnages. Nagg, le père de Hamm, et Nell, sa mère, bien que jamais identifiée comme telle. Les deux ont perdu leurs jambes dans un accident de tandem, ce qui est une allusion à 1936 et les congés payés avec la mode du tandem pour les couples dont la femme ne savait pas faire du vélo. Nagg apparaîtra trois fois et Nell une fois. Nell sera déclarée morte ensuite et Nagg pleurant dans sa poubelle après sa troisième apparition.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
21 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'expression universelle du désespoir 11 novembre 2001
Format:Poche
"Fin de partie" est un des rares livres qui a réussi à mettre des mots (même s'ils ne sont pas nombreux) sur ce que je ressentais. Une sublime expression de l'indicible, des peurs métaphysiques et de l'inanité de nos vies humaines. Un pur chef-d'oeuvre, ne vous en privez pas !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Obligatoire mais délirant quand même 28 février 2011
Par Léo
Format:Poche
Obligatoire dans le cursus des Terminales littéraire...mais bonne surprise, totalement délirant. ambiance un peu glauque, mais les figures de style sont géniales
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5.0 étoiles sur 5 ACHAT SCOLAIRE 31 mars 2014
Par A06
Format:Poche|Achat vérifié
Aucun commentaire livre scolaire

Auteur prévu au programme de premiière d'un lycée
donc un achat obligatoire, demandé par le professeur
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5.0 étoiles sur 5 Le classique de Beckett 24 janvier 2014
Par josé
Format:Poche|Achat vérifié
Tout le monde devrait lire cette pièce!!

Pour compléter ou découvrir son savoir dans le genre.
Je le conseille vivement

Je conseille l'achat les yeux fermés, honnête,très bon état, conforme à la description, prix attractif, délai d'attente très raisonnable. Encore merci
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
6 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Noir ou gris ? 10 septembre 2009
Par Yves Gerbal VOIX VINE
Format:Poche
Pièce célébrissime de Beckett, la meilleure illustration, peut-être, de ce qu'on a appelé le "théâtre de l'absurde".
Evidemment, il vaut vraiment mieux la voir que la lire. Notamment parce qu'on perçoit beaucoup plus l'humour (noir) de certaines scènes. On peut aimer ou détester cette forme de théâtre, mais incontestablement, il y a là une force et une "efficacité" dans le dialogue qui justifient la postérité de l'œuvre. Rarement on est allé aussi loin dans l'expression d'une "dégoûtation" (sic, dans le texte) de l'existence... Mais en même temps, ce tandem maître-valet, ce duo de clowns tragiques, a quelque chose de pathétiquement émouvant... et là où il y a de l'émotion, il y a encore de l'humain... Rien n'est jamais tout à fait noir. On vit dans le gris, c'est tout. Et alors ?
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
0 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un tandem soudé par un discours dément 30 août 2013
Format:Poche|Achat vérifié
2 hommes dont le lien est incertain et pourtant perpétuel discutent dans une pièce.
Ils évoquent leur passé, la vieillesse, l'amitié, la monotonie de l'existence et la répétition à l'identique du quotidien.
Ce dialogue de sourds entre Hamm, l'infirme dominant, et Clov, le dominé, oscille entre profondeur et frivolité. Il laisse un parfum d'absurde et d'inanité sur les paroles que les êtres produisent.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Commentaires client les plus récents
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?