undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

5
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 30 juillet 2008
Ce disque enregistré live au mythique Marquee club de Londres en 1964 est historique puisqu'il s'agit du premier Clapton. Les Yardbirds n'ont pas la place qu'ils meritent dans l'histoire du rock, quel autre groupe peut se vanter d'avoir vu passer 3 guitars heros comme Clapton Beck et Page, et ainsi avoir été a l'origine de tout le rock et la hard qui s'ensuivit, les Cream,Led Zep ou Jeff Beck Group. Si pour les yardbirds la partie la plus interessante et novatrice de leur histoire aura été la periode Beck (avec l'indispensable "Roger the engeeneer), la premiere periode avec Clapton aura été celle du rythm and blues, on ne voit guere que les premiers Stones, Mayall ou John Dummer Band pour rivaliser avec eux sur ce terrain.Donc ce concert de 1964 au Marquee est surtout constitué de reprises des maitres du blues , Chuck Berry,BO Diddley,Le Wolf ou Sonny Boy dans un style assez classique ou dominent la guitare de Eric "slowhand" Clapton et le chanteur harmoniciste Keith Relf (qui connu une mort legendaire en 1976...en s'electrocutant avec sa guitare electrique!) Clapton qui quittera ensuite le groupe , mecontent de l'orientation plus commerciale prise , pour rejoindre John Mayall, mais ceci est une autre histoire.
Un disque indispensable pour mieux comprendre le swinging london des mid sixties.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
En 1964, Les Yardbirds avec Eric "Slowhand" Clapton - lead guitar
Chris Dreja - rhythm guitar
Jim McCarty - drums
Keith Relf - lead vocals, harmonica
Paul "Sam" Samwell-Smith - bass guitar
ont à mon avis sortit le premier album live digne de ce nom.
Les Stones, un an après ont sortit " Got live if you want it". Le son était mauvais.
Pour moi, ce disque des Yardbirds est un vrai bijou.
Réécoutez "Too Much Monkey Business" de Chuck Berry ou bien "Smokestack Lightning" de Howlin' Wolf.
La cerise sur le gateaux étant "Boom Boom" de John Lee Hooker.
Autrement, il y a des fabuleux morceaux des Yardbirds ( A Certain Girl ou encore Got to Hurry).
Je le conseille vivement.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Yardbirds première !, et, fait assez rare dans l'histoire du rock'n'roll, c'est d'un live dont il s'agit. Fait rare mais pas forcément illogique pour un groupe qui s'est construit sur la foi de concerts survoltés revisitant le répertoire blues étatsunien.

De fait, il y a une belle énergie ici, et la première apparition d'un jeune six-cordiste destiné à la postérité, Eric "Slowhand" Clapton, que les graffitis londoniens décriront comme "God" avant qu'un jeune afro-américain dénommé Hendrix ne vienne lui chiper la primauté, mais c'est une autre histoire...
Et donc un live, enregistré en club au caeur des swinging sixties, pour la haute-fidélité vous repasserez, et c'est très bien comme ça en vérité. Parce que cette musique suante, électrique, agressive (pour l'époque) bénéficie du contexte et d'une captation toute en authentique crudité. Une musique directement empruntée aux maîtres américain (avec la notable exception de Honey in Your Hips, figurant dans les bonus et signé du chanteur et harmoniciste Keith Relf) mais revigorée par des petits blancs audiblement très fans de cette musique à laquelle ils apportent leur propre énergie, la sève brûlante de leurs jeunes années. Evidemment, Clapton y est la star parce que la guitare, soliste, est essentielle à la réussite de l'entreprise. Mais il est bien entouré d'une solide section rythmique et, plus particulièrement, d'un vocaliste qui se donne à 200%, comme si sa vie en dépendait. Ca donne quelques sommets du très fun Good Morning Little School Girl de Chuck Berry (seul titre où Relf ne chante pas, suppléé par un duo Clapton/Samwell-Smith efficace), Too Much Monkey Business du même Berry, Pretty Girl et surtout I'm Your Man de Bo Diddley et, évidemment, Smokestack Lightning du furieux Howlin' Wolf. Et comme si ces 41 minutes de bonheur ne suffisaient pas, la présente remasterisation allonge la sauce de près d'une demi-heure de, presque, le même tonneau ! Orgiaque, donc. Mais ça ne pouvait pas durer...

Clapton, un peu à l'étroit avec des partenaires décidés d'opter pour une esthétique plus pop et hype quand lui ne rêve que de blues, ira bientôt voguer vers de nouvelles eaux avec John Mayall et ses Bluesbreakers mais aussi le supergroupe Powerhosue (où il collabore pour la première fois Jack Bruce et le tout jeune Steve Winwood) avant de rejoindre, en 1966, tout va plus vite à cette époque, à l'invitation du batteur Ginger Baker, son power trio toujours de référence, Cream. Reste de ce court passage un live séminal, expression parfaite d'un british blues boom en plein développement. Un essentiel, évidemment.

Eric "Slowhand" Clapton - lead guitar, co-lead vocals on "Good Morning Little Schoolgirl"
Chris Dreja - rhythm guitar
Jim McCarty - drums
Keith Relf - lead vocals; except on "Good Morning Little Schoolgirl", harmonica, maracas
Paul "Sam" Samwell-Smith - bass guitar, co-lead vocals on "Good Morning Little Schoolgirl"
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Plus célèbres pour avoir favorisé l'éclosion professionnelle de trois de leurs prestigieux membres (Clapton, Beck et Page) que pour leur propre carrière musicale, les Yardbirds sont pourtant l'un des groupes les plus importants et influents du rock des sixties. Produits par le découvreur de talent qu'est Giorgio Gomelsky (de mère française, les enfants !), gérant de clubs musicaux, derrière les premiers Stones de Brian Jones et ami de Relf et de Clapton, les Yardbirds, sous sa houlette, occupent le fameux Marquee Club (géré par Gomeslky) de Wadour Street et enregistrent, le 13 mars 1964, un premier album : Five Live Yardbirds. Pour les amateurs de statistiques, il est le premier disque officiel enregistré par Eric Clapton, puisque ce dernier fait partie de l'évènement (il est encore discret), avec Chris Dreja (guitare rythmique), Jim McCarty (Batterie), Keith Relf (chanteur et sublime harmoniciste) et Paul Samwell-Smith à la basse. Le groupe se produit ce soir-là en interprétant des reprises de R&B, blues, rockabilly américains (Chuck Berry, Eddie Boyd, James Moore, Chester Burnett, Bo Diddley...). Avouez qu'il est meilleure entrée en matière dans le métier que celle qui consiste à publier un live pour premier disque. La démarche a du poil aux pattes, les bleus-bite ! Littéralement scotchant (les raves sont stupéfiantes), ce disque (un des premiers live, si ce n'est le premier, d'un groupe britannique) installe les Yardbirds parmi les grands et met en exergue le travail déjà imaginatif de Clapton. La performance y est énorme dans cette ambiance de club. Vous allez aimer...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Piliers du Swinging London et du British Blues, les Yardbirds (qu'on a un peu oubliés ces derniers temps) ont au moins réalisé deux exploits : avoir compté dans leurs rangs les trois guitaristes les plus brillants de l'Angleterre des 60's et posséder la discographie la plus mal fichue de toute l'histoire du rock ! Groupe archétypal de reprises du Chicago blues et du R&B, ils sont repérés alors qu'ils viennent de remplacer les Stones au légendaire Crawdaddy de Richmond et vont être pris en charge par le patron des lieux, Giorgio Gomelsky, qui va leur chercher un contrat discographique. C'est EMI qui les signera et produira leurs deux premiers singles, sans grand succès. C'est alors que l'idée d'un enregistrement en concert au célèbre Marquee de Londres va s'imposer.
Premier album du groupe, FIVE LIVE YARDBIRDS fera l'effet d'une petite bombe à son époque. Au bénéfice d'une section rythmique atomique (Chris Dreja/guitare, Paul Samwell-Smith/basse et Jim McCarty/batterie), d'un soliste suffisamment véloce pour en être la principale attraction (Eric Clapton) et d'un répertoire dynamité à l'énergie, les Yardbirds font étalage de tout leur impact à l'aide de reprises survoltées, devenant les plus sérieux challengers des Rolling Stones par leur appropriation du blues et sa cohabitation avec leur juvénile spontanéité. Ils offrent ainsi une seconde jeunesse à cette musique tout en grillant la leur sur les scènes brûlantes d'un Londres alors en plein Blues Boom et dont ce disque est sans conteste l'un des plus fidèles instantanés. Very hot !
Tops : TOO MUCH MONKEY BUSINESS, RESPECTABLE, FIVE LONG YEARS, GOOD MORNING LITTLE SCHOOLGIRL, HERE 'TIS
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Shapes Of Things : The Best Of
Shapes Of Things : The Best Of de The Yardbirds (CD - 2010)

Roger The Engineer
Roger The Engineer de The Yardbirds (CD - 2006)