Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Football : Livre d'or 2006 Broché – 3 août 2006


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 9,45

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Préface de Willy Sagnol

Au-delà du résultat sportif, je retiendrai de notre Coupe du monde une aventure humaine. Le déplacement en Martinique a été décisif pour la cohésion du groupe. Beaucoup de voix s'élevaient pour le critiquer alors que nous trouvions tous que c'était bien d'aller enfin dans les DOM-TOM. Là-bas, nous avons passé beaucoup de temps ensemble, et nous avons fait de notre objectif commun, celui de réussir le Mondial, notre fil rouge.
Evidemment, le retour des anciens, Zidane, Thuram et Makelele, a été le moment décisif, et la Coupe du monde l'a confirmé. Habitant à Munich, je savais que ce serait une grande compétition qui resterait dans les mémoires, car j'ai vécu toutes les étapes de l'organisation. Le point d'orgue, pour nous, c'est cette place de finaliste. Nous y avons toujours cru et tout mis en oeuvre pour que ça marche. C'était parfois difficile. Quand on mise tout sur l'état d'esprit et la cohésion du groupe, il y a des règles auxquelles on ne peut pas déroger. Tout le monde les a respectées.
Cela implique de se protéger mutuellement. Quand j'ai dit «Ta gueule, l'ancien !», j'ai réagi comme un joueur prêt à défendre le groupe. Nous étions excédés par les attaques de personnes qui savent comment ça se passe à l'intérieur, qui connaissent parfaitement les sacrifices consentis pour en arriver là et qui auraient réagi de façon identique si elles avaient été critiquées de la sorte. Avec le recul, je ne le regrette pas. Même si j'en ai souffert, les commentaires de cette nature-là ont cessé.
Cette Coupe du monde était aussi la dernière compétition de Zidane, qui en a été désigné meilleur joueur. Il a disputé un tournoi digne du champion qu'il est, peut-être le plus grand de tous les temps. Sa sortie a montré qu'il était comme tout le monde. Il déteste l'injustice, l'hypocrisie, et sa réaction est en adéquation avec ce qu'il est : il défendra ses proches jusqu'à la mort. Moi, je retrouve le Bayern avec qui j'ai prolongé mon contrat jusqu'en 2010. J'en suis encore plus fier quand je vois ce qui se passe en ce moment. C'est un club sain qui a remporté le Championnat et la Coupe mais connaît des difficultés pour passer le dernier palier en Ligue des champions. Il ne se bat pas avec les mêmes armes que les autres sur les plans financier et comptable... Le Bayern respecte les règles plus que certains. Je suis vice-capitaine d'Oliver Kahn, et, si c'est dans la logique de ce qui se passe depuis quelques saisons, je suis ravi de la reconnaissance de mon travail à Munich. Je suis fier de m'inscrire dans la durée avec ce club.


Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?