Ajoutez à votre liste d'envies
Framing Armageddon (Something wicked Pt.1)
 
Agrandissez cette image
 

Framing Armageddon (Something wicked Pt.1)

7 septembre 2007 | Format : MP3

EUR 3,29 (TVA incluse le cas échéant)
Titre
Durée
Popularité  
1
2:24
2
5:02
3
1:00
4
1:34
5
3:48
6
4:24
7
1:50
8
3:56
9
1:27
10
4:51
11
1:30
12
9:18
13
3:48
14
4:32
15
2:59
16
6:36
17
3:40
18
4:17
19
2:01

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 7 septembre 2007
  • Label: Steamhammer
  • Copyright: (C) 2007 Steamhammer
  • Durée totale: 1:08:57
  • Genres:
  • ASIN: B00282QM82
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 8.964 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Demonizer on 17 septembre 2007
Format: CD
Après Dark Saga, Schaffer revient au concept album avec Something Wicked Part 1 et le résultat est à la hauteur des espérances : un album varié et efficace. Tout d'abord, des intros / outros réussis plongeant parfaitement dans l'ambiance de cette histoire futuriste imaginée par Schaffer. Des orchestrations originales qui dénotent avec les précédents albums. Et puis des tueries métal où Tim "Screamer" Owens enfonce vocalement tout ce qui a pu se faire dans le genre ("Ten Thousand Strong" & "Framing Armaggedon"). Des morceaux plus lents avec des mélodies et des refrains soignés ("A Charge To Keep" / When Stars Collide"). Les étonnants "The Clouding" avec ses influences bluesy et "Reflections", une ballade planante de 2 mn. On pourrait citer pratiquement tous les morceaux de l'album qui ont chacun leurs qualités propres.
Le travail de composition de Schaffer est une réussite et Tim Owens a su repousser ses limites dans les morceaux moins rapides donnant beaucoup d'émotion aux chansons à l'image de Gettysburg sur l'album précédent. Néanmoins, par rapport aux anciens albums du groupe, les solos sont moins présents et le rythme est plus mid-tempo dans l'ensemble, ce qui fait penser avec le recul qu'il manque le petit quelque chose permettant d'égaler les meilleurs albums du groupe.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Blaster of Muppets TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE on 24 octobre 2007
Format: CD
Allez, je n'écris pas tant de commentaires que cela mais cette fois je vais en profiter pour contredire ceux (et ils sont nombreux d'après ce que j'observe) qui fustigent Tim Owens. Alors oui, il ne s'agit pas du meilleur album du groupe, c'est clair. Il manque d'un peu de "niaque", il est long et les morceaux peinent à sortir du lot. Certains titres sont tout de même imparables: "Framing Armageddon" et "Ten Thousand Strong" sont très efficaces. L'album offre des mélodies et des arrangements intéressants, et il gagne des points au fur et à mesure des écoutes.
Maintenant, on peut le comparer aux classiques du groupe tels que "The Dark Saga" ou "Something Wicked This Way Comes" et être légitimement déçu. Pourquoi pas. On peut aussi regretter l'ancien chanteur Matthew Barlow, je trouve également qu'il était exceptionnel et collait parfaitement au style du groupe.
En revanche, ce qui m'énerve et me semble parfaitement injuste, c'est de critiquer Tim Owens. Il est toujours facile de dire que, quand un album est raté, c'est la faute du nouveau chanteur et ainsi, de gentiment s'aveugler et nier que CEUX QUI COMPOSENT sont en manque d'inspiration.
Tout cela me rappelle les critiques faites à Blaze Bailey parce qu'ils n'aimaient pas "The X Factor" ou "Virtual XI" de Maiden... ils avaient en partie raison: Dieu que ces albums sont mauvais! Mais c'est Steve Harris qui était aux fraises sur "The X Factor", c'est tout de même lui qui a composé et produit cet album, non?
Même chose pour Judas Priest avec l'arrivée de Tim Owens (justement).
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
0 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Docteur on 6 novembre 2008
Format: CD
bonjour les amis, encore le Doc' et son avis tranchant comme une lame de bistouri... Quand j'ai entendu les premiers morceaux je me suis demandé si c'était pas une erreur, je croyais écouter le nouveau Demons & Wizards... Excellente référence, on s'éloigne en effet de l'ambiance habituellement brute de décoffrage de Iced Earth pour tomber sur une espèce d'album magistral, symphonique, magnifiquement interprété par... tous les musiciens en fait, ça tient terriblement la route. J'ai eu un autre doute, je croyais entendre RJ DIO, eh ben non, c'est Ripper OWEN (souvenez vous de son passage pompeux chez JUDAS PRIEST) mais très très en forme. Pour conclure, un album varié, homogène dans les phrases musicales, symphonique dirais-je même, bref un album comme je les adore. Allez, j'y mets 5 car j'ai eu énormément de plaisir dès la première écoute. Avec 11/10 pour Ripper Owen. Allez-y, foncez!!!!!!!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par L. Antoine on 10 octobre 2007
Format: CD
Nouvel opus tant attendu et je reste sur ma fin. Quelques bons morceux, quelques vrais rares enchainements à la Iced mais le reste c'est plutôt du mou, du lent, du déja vu et on voit de suite que Matt n'est plus la pour mettre sa griffre aux compo de John. Fini les albums ou sur 10 titres il y avait 10 skuds. Décidement Tim Owens dans Iced c'est comme Tim dans Judas Priest, une grosse déception et la conformisation aux standards du hard commercial mou de chez mou courant les rues. Je met quand même 3 étoiles car Iced c'est Iced.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Rechercher

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Rechercher des articles similaires par rubrique