Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 11,27

ou
 
   
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Tour de France, histoires extraordinaires des géants de la route [Broché]

Jean-pierre de Mondenard
4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)

Voir les offres de ces vendeurs.


‹  Retourner à l'aperçu du produit

Table des matières

Extrait : Le bidon de plomb de Jean Robic : C'était en 1953, lors de l'étape Cauterets-Luchon passant notamment par le col du Tourmalet. Fortement handicapé par son poids léger dans les descentes, Jean Robic a mis au point un stratagème avec son mécano. Il était ainsi censé simuler une panne mécanique au sommet afin de permettre à son mécano d'approcher et de lui glisser un bidon lesté de plomb sur le vélo. Ainsi, il pourrait descendre plus vite. Pour simuler ledit problème mécanique, il était prévu que Robic bouge constamment son guidon durant la montée du col afin de faire croire à un problème. Mais ce dernier a oublié de simuler dans la cote... Au sommet, juste avant d'amorcer la descente, il s'arrêta finalement à un endroit où il n'y avait pas de spectateurs. Là son mécano plaça un bidon lesté de 9 kilos sur son cycle et le stratagème put enfin fonctionner. Mais il y a une chose que n'avait pas prévue Robic, c'est que le centre de gravité de son vélo allait être modifié et qu'il serait de fait difficilement contrôlable... Quelques virages plus loin, inévitablement, Robic chuta. Le problème, c'est qu'il se préoccupa alors davantage du bidon (en train de basculer dans le vide) que de son vélo... Il se précipita et récupéra son fameux bidon. À la fin de la descente, pour ne pas perdre de temps à s'arrêter pour redonner le bidon à son directeur sportif, il le lança à un spectateur en lui demandant de le donner à sa voiture derrière... Vous imaginez alors la tête du spectateur qui ne s'attendait pas à attraper un bidon pesant aussi lourd... Au final tout s'est bien passé et tout le monde n'y a vu que du feu. Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, c'est la seule fois que Jean Robic utilisa un bidon lesté pour ne pas perdre trop de temps dans une descente.

‹  Retourner à l'aperçu du produit