Franz Ferdinand

Top albums (Voir les 48)


Voir les 48 albums de Franz Ferdinand

Franz Ferdinand : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 243
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Franz Ferdinand

Dernier Tweet

Franz_Ferdinand

Tune in to @VicGalloway's show on @BBCRadioScot tonight from 8pm (UK) to hear an unheard session track from us! http://t.co/PG0YS5JqRt


Biographie

Ce quatuor écossais s'est formé en 2001 autour du chanteur et guitariste d'origine grecque Alex Kapranos (ex-Urusei Yatsura, The Karelia et Yummy Fur) et de Nick McCarthy à la guitare (qui a quelques racines en Allemagne), avec Bob Hardy (basse) et Paul Thompson (batterie).

Férus d'histoire, ils choisissent leur nom d'un charme volontairement désuet en référence à l'archiduc de l'empire d'Autriche-Hongrie François-Ferdinand, dont l'assassinat en 1914 fut le déclencheur de la Première Guerre mondiale et l'acte de naissance du monde moderne.

Ces anciens étudiants en école d'art deviennent ... Lire la suite

Ce quatuor écossais s'est formé en 2001 autour du chanteur et guitariste d'origine grecque Alex Kapranos (ex-Urusei Yatsura, The Karelia et Yummy Fur) et de Nick McCarthy à la guitare (qui a quelques racines en Allemagne), avec Bob Hardy (basse) et Paul Thompson (batterie).

Férus d'histoire, ils choisissent leur nom d'un charme volontairement désuet en référence à l'archiduc de l'empire d'Autriche-Hongrie François-Ferdinand, dont l'assassinat en 1914 fut le déclencheur de la Première Guerre mondiale et l'acte de naissance du monde moderne.

Ces anciens étudiants en école d'art deviennent vite le groupe-maison du « Château », un local de Glasgow qui est alors le lieu de rendez-vous de la bohème locale, et où ils mettent au point leur musique, très dansante (tout en restant fidèle aux accords traditionnels du rock) mais néanmoins influencée par les productions du label Postcard (cf. Orange Juice d'Edwyn Collins, The Go-Betweens, Josef K.).

Vite signé par Domino, label indépendant américain historique (de Palace Brothers à The Kills), Franz Ferdinand enregistre son premer album en Suède, sous la houlette du producteur Töre Johansson. Porté par le déjà classique single « Take Me Out » (le précédent, « Darts Of Pleasure », paru sur un EP, étant passé inaperçu), fait un carton monumental (troisième place du Top anglais et trois millions d'exemplaires vendus dans le monde) : même les Etats-Unis succombent totalement, le joli minois d'Alex Kapranos représentant un atout non négligeable auprès du public féminin, en plus de ses talents de songwriter. Pour parachever le tout, le prix Ivor Novello, deux Brit Awards et deux NME Awards viennent récompenser fin 2004 leurs efforts, les nombreux concerts qu'ils effectuent leur permettant de donner un bon coup de pouce à plusieurs de leurs collègues (Bloc Party, The Rakes, etc.).

Désormais installé dans la cour des grands, le groupe sort le DVD live désormais de rigueur et obtient la tête d'affiche dans plusieurs festivals, dont le Rock En Seine de Saint-Cloud, ceci après avoir sorti son deuxième album, You Could Have It So Much Better, qui se vend encore mieux que son prédécesseur et obtient le numéro un. Même s'il passe un jour à Sarajevo, ce monarque-là n'a que peu de chances d'être détrôné.

Le 26 janvier 2009 paraît le troisième album, Tonight: Franz Ferdinand, un disque sous influence dansante (une pointe de disco), paré du hit « Ulysses » et du destructuré « No Your Girls Never Know ». Il faut attendre quatre ans pour que le groupe d'Alex Kapranos livre une suite avec Right Thoughts, Right Words, Right Action (août 2013), marquant un retour à la formule rock des débuts. Copyright 2014 Music Story Frédéric Régent

Ce quatuor écossais s'est formé en 2001 autour du chanteur et guitariste d'origine grecque Alex Kapranos (ex-Urusei Yatsura, The Karelia et Yummy Fur) et de Nick McCarthy à la guitare (qui a quelques racines en Allemagne), avec Bob Hardy (basse) et Paul Thompson (batterie).

Férus d'histoire, ils choisissent leur nom d'un charme volontairement désuet en référence à l'archiduc de l'empire d'Autriche-Hongrie François-Ferdinand, dont l'assassinat en 1914 fut le déclencheur de la Première Guerre mondiale et l'acte de naissance du monde moderne.

Ces anciens étudiants en école d'art deviennent vite le groupe-maison du « Château », un local de Glasgow qui est alors le lieu de rendez-vous de la bohème locale, et où ils mettent au point leur musique, très dansante (tout en restant fidèle aux accords traditionnels du rock) mais néanmoins influencée par les productions du label Postcard (cf. Orange Juice d'Edwyn Collins, The Go-Betweens, Josef K.).

Vite signé par Domino, label indépendant américain historique (de Palace Brothers à The Kills), Franz Ferdinand enregistre son premer album en Suède, sous la houlette du producteur Töre Johansson. Porté par le déjà classique single « Take Me Out » (le précédent, « Darts Of Pleasure », paru sur un EP, étant passé inaperçu), fait un carton monumental (troisième place du Top anglais et trois millions d'exemplaires vendus dans le monde) : même les Etats-Unis succombent totalement, le joli minois d'Alex Kapranos représentant un atout non négligeable auprès du public féminin, en plus de ses talents de songwriter. Pour parachever le tout, le prix Ivor Novello, deux Brit Awards et deux NME Awards viennent récompenser fin 2004 leurs efforts, les nombreux concerts qu'ils effectuent leur permettant de donner un bon coup de pouce à plusieurs de leurs collègues (Bloc Party, The Rakes, etc.).

Désormais installé dans la cour des grands, le groupe sort le DVD live désormais de rigueur et obtient la tête d'affiche dans plusieurs festivals, dont le Rock En Seine de Saint-Cloud, ceci après avoir sorti son deuxième album, You Could Have It So Much Better, qui se vend encore mieux que son prédécesseur et obtient le numéro un. Même s'il passe un jour à Sarajevo, ce monarque-là n'a que peu de chances d'être détrôné.

Le 26 janvier 2009 paraît le troisième album, Tonight: Franz Ferdinand, un disque sous influence dansante (une pointe de disco), paré du hit « Ulysses » et du destructuré « No Your Girls Never Know ». Il faut attendre quatre ans pour que le groupe d'Alex Kapranos livre une suite avec Right Thoughts, Right Words, Right Action (août 2013), marquant un retour à la formule rock des débuts. Copyright 2014 Music Story Frédéric Régent

Ce quatuor écossais s'est formé en 2001 autour du chanteur et guitariste d'origine grecque Alex Kapranos (ex-Urusei Yatsura, The Karelia et Yummy Fur) et de Nick McCarthy à la guitare (qui a quelques racines en Allemagne), avec Bob Hardy (basse) et Paul Thompson (batterie).

Férus d'histoire, ils choisissent leur nom d'un charme volontairement désuet en référence à l'archiduc de l'empire d'Autriche-Hongrie François-Ferdinand, dont l'assassinat en 1914 fut le déclencheur de la Première Guerre mondiale et l'acte de naissance du monde moderne.

Ces anciens étudiants en école d'art deviennent vite le groupe-maison du « Château », un local de Glasgow qui est alors le lieu de rendez-vous de la bohème locale, et où ils mettent au point leur musique, très dansante (tout en restant fidèle aux accords traditionnels du rock) mais néanmoins influencée par les productions du label Postcard (cf. Orange Juice d'Edwyn Collins, The Go-Betweens, Josef K.).

Vite signé par Domino, label indépendant américain historique (de Palace Brothers à The Kills), Franz Ferdinand enregistre son premer album en Suède, sous la houlette du producteur Töre Johansson. Porté par le déjà classique single « Take Me Out » (le précédent, « Darts Of Pleasure », paru sur un EP, étant passé inaperçu), fait un carton monumental (troisième place du Top anglais et trois millions d'exemplaires vendus dans le monde) : même les Etats-Unis succombent totalement, le joli minois d'Alex Kapranos représentant un atout non négligeable auprès du public féminin, en plus de ses talents de songwriter. Pour parachever le tout, le prix Ivor Novello, deux Brit Awards et deux NME Awards viennent récompenser fin 2004 leurs efforts, les nombreux concerts qu'ils effectuent leur permettant de donner un bon coup de pouce à plusieurs de leurs collègues (Bloc Party, The Rakes, etc.).

Désormais installé dans la cour des grands, le groupe sort le DVD live désormais de rigueur et obtient la tête d'affiche dans plusieurs festivals, dont le Rock En Seine de Saint-Cloud, ceci après avoir sorti son deuxième album, You Could Have It So Much Better, qui se vend encore mieux que son prédécesseur et obtient le numéro un. Même s'il passe un jour à Sarajevo, ce monarque-là n'a que peu de chances d'être détrôné.

Le 26 janvier 2009 paraît le troisième album, Tonight: Franz Ferdinand, un disque sous influence dansante (une pointe de disco), paré du hit « Ulysses » et du destructuré « No Your Girls Never Know ». Il faut attendre quatre ans pour que le groupe d'Alex Kapranos livre une suite avec Right Thoughts, Right Words, Right Action (août 2013), marquant un retour à la formule rock des débuts. Copyright 2014 Music Story Frédéric Régent


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page