Fredericks Goldman Jones


Top albums



Fredericks, Goldman, Jones : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 82
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Image de Fredericks Goldman Jones

Biographie

Parenthèse en groupe après les nombreux succès de Jean-Jacques Goldman en solo (six années séparent « Il suffira d'un signe » de « Là-bas »), l'épisode Fredericks Goldman Jones est le fruit d'un virage artistique tourné vers ses proches collaborateurs.

Pour mener son projet à bien, J. J. Goldman recrute la choriste Carole Fredericks, présente sur le dernier album Entre Gris Clair et Gris Foncé, et le guitariste d'origine galloise Michael Jones, un ancien de Thaï Phong avec qui il a gardé le contact et l'a accompagné sur « Je te donne ». Une cohésion naturelle ressort des premières ... Lire la suite

Parenthèse en groupe après les nombreux succès de Jean-Jacques Goldman en solo (six années séparent « Il suffira d'un signe » de « Là-bas »), l'épisode Fredericks Goldman Jones est le fruit d'un virage artistique tourné vers ses proches collaborateurs.

Pour mener son projet à bien, J. J. Goldman recrute la choriste Carole Fredericks, présente sur le dernier album Entre Gris Clair et Gris Foncé, et le guitariste d'origine galloise Michael Jones, un ancien de Thaï Phong avec qui il a gardé le contact et l'a accompagné sur « Je te donne ». Une cohésion naturelle ressort des premières répétitions en studio où le trio partage voix et instruments à partie égale.

Le nom Fredericks Goldman Jones, cité par ordre alphabétique, s'impose et devient le titre du premier album diffusé en novembre 1990. L'album atteint rapidement les deux millions d'exemplaires vendus grâce aux succès des quatre singles « Nuit » (n°6), « À nos actes manqués » (n°2), « Né en 17 à Leidenstadt » et « C'est pas l'amour » (tous deux n°11). La tournée qui s'ensuit, triomphale, donne lieu à l'album live Sur Scène paru en novembre 1992.

Sitôt la tournée terminée, le trio retrouve les studios avec de nouvelles chansons axées sur la chute du bloc communiste soviétique. Enregistré pour partie à Moscou avec les Choeurs de l'Armée Rouge sur le morceau-titre, l'album Rouge voit le jour en novembre 1993. Pas moins de cinq singles en sont extraits : « Un, deux, trois » (n°8) et « Tu manques » en 1992, « Rouge » en 1993, « Juste après » en 1994 et « Fermer les yeux » en 1995.

Une longue tournée étalée sur plusieurs mois visite l'Hexagone et les pays voisins à partir du printemps 1994, résumée dans le double album live Du New Morning au Zénith, paru en mai 1995. Satisfait par ce retour en groupe, Jean-Jacques Goldman siffle la fin de l'aventure et reprend les rênes de sa carrière solo. En 2000, une compilation titrée Pluriel 90/96 retrace les moments forts de l'épisode Fredericks Goldman Jones. Un an après, le 7 juin 2001, la mort de Carole Fredericks met un terme définitif à l'aventure. Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud

Parenthèse en groupe après les nombreux succès de Jean-Jacques Goldman en solo (six années séparent « Il suffira d'un signe » de « Là-bas »), l'épisode Fredericks Goldman Jones est le fruit d'un virage artistique tourné vers ses proches collaborateurs.

Pour mener son projet à bien, J. J. Goldman recrute la choriste Carole Fredericks, présente sur le dernier album Entre Gris Clair et Gris Foncé, et le guitariste d'origine galloise Michael Jones, un ancien de Thaï Phong avec qui il a gardé le contact et l'a accompagné sur « Je te donne ». Une cohésion naturelle ressort des premières répétitions en studio où le trio partage voix et instruments à partie égale.

Le nom Fredericks Goldman Jones, cité par ordre alphabétique, s'impose et devient le titre du premier album diffusé en novembre 1990. L'album atteint rapidement les deux millions d'exemplaires vendus grâce aux succès des quatre singles « Nuit » (n°6), « À nos actes manqués » (n°2), « Né en 17 à Leidenstadt » et « C'est pas l'amour » (tous deux n°11). La tournée qui s'ensuit, triomphale, donne lieu à l'album live Sur Scène paru en novembre 1992.

Sitôt la tournée terminée, le trio retrouve les studios avec de nouvelles chansons axées sur la chute du bloc communiste soviétique. Enregistré pour partie à Moscou avec les Choeurs de l'Armée Rouge sur le morceau-titre, l'album Rouge voit le jour en novembre 1993. Pas moins de cinq singles en sont extraits : « Un, deux, trois » (n°8) et « Tu manques » en 1992, « Rouge » en 1993, « Juste après » en 1994 et « Fermer les yeux » en 1995.

Une longue tournée étalée sur plusieurs mois visite l'Hexagone et les pays voisins à partir du printemps 1994, résumée dans le double album live Du New Morning au Zénith, paru en mai 1995. Satisfait par ce retour en groupe, Jean-Jacques Goldman siffle la fin de l'aventure et reprend les rênes de sa carrière solo. En 2000, une compilation titrée Pluriel 90/96 retrace les moments forts de l'épisode Fredericks Goldman Jones. Un an après, le 7 juin 2001, la mort de Carole Fredericks met un terme définitif à l'aventure. Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud

Parenthèse en groupe après les nombreux succès de Jean-Jacques Goldman en solo (six années séparent « Il suffira d'un signe » de « Là-bas »), l'épisode Fredericks Goldman Jones est le fruit d'un virage artistique tourné vers ses proches collaborateurs.

Pour mener son projet à bien, J. J. Goldman recrute la choriste Carole Fredericks, présente sur le dernier album Entre Gris Clair et Gris Foncé, et le guitariste d'origine galloise Michael Jones, un ancien de Thaï Phong avec qui il a gardé le contact et l'a accompagné sur « Je te donne ». Une cohésion naturelle ressort des premières répétitions en studio où le trio partage voix et instruments à partie égale.

Le nom Fredericks Goldman Jones, cité par ordre alphabétique, s'impose et devient le titre du premier album diffusé en novembre 1990. L'album atteint rapidement les deux millions d'exemplaires vendus grâce aux succès des quatre singles « Nuit » (n°6), « À nos actes manqués » (n°2), « Né en 17 à Leidenstadt » et « C'est pas l'amour » (tous deux n°11). La tournée qui s'ensuit, triomphale, donne lieu à l'album live Sur Scène paru en novembre 1992.

Sitôt la tournée terminée, le trio retrouve les studios avec de nouvelles chansons axées sur la chute du bloc communiste soviétique. Enregistré pour partie à Moscou avec les Choeurs de l'Armée Rouge sur le morceau-titre, l'album Rouge voit le jour en novembre 1993. Pas moins de cinq singles en sont extraits : « Un, deux, trois » (n°8) et « Tu manques » en 1992, « Rouge » en 1993, « Juste après » en 1994 et « Fermer les yeux » en 1995.

Une longue tournée étalée sur plusieurs mois visite l'Hexagone et les pays voisins à partir du printemps 1994, résumée dans le double album live Du New Morning au Zénith, paru en mai 1995. Satisfait par ce retour en groupe, Jean-Jacques Goldman siffle la fin de l'aventure et reprend les rênes de sa carrière solo. En 2000, une compilation titrée Pluriel 90/96 retrace les moments forts de l'épisode Fredericks Goldman Jones. Un an après, le 7 juin 2001, la mort de Carole Fredericks met un terme définitif à l'aventure. Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.