Version MP3 incluse GRATUITEMENT
Quantité :1

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 5,99

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Freewheelin'bob Dylan Enregistrement original remasterisé, Import


Prix : EUR 17,58 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Tous les prix incluent la TVA.
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
3 d'occasion à partir de EUR 5,76

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Bob Dylan

Discographie

Image de l'album de Bob Dylan

Photos

Image de Bob Dylan

Biographie

Bob Dylan, de son vrai nom Robert Allen Zimmerman, est né le 24 mai 1941 à Duluth (Minnesota). Adolescent, il trompe son ennui par l'initiation au piano et à l'harmonica, et dans la découverte des chanteurs de blues et de country, notamment Hank Williams. Il devient fan d'Elvis Presley et joue dans les Jokers, puis les Golden Chords, et s'approprie ... Plus de détails sur la Page Artiste Bob Dylan

Visitez la Page Artiste Bob Dylan
419 albums, 24 photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

Freewheelin'bob Dylan + The Times They Are A-Changin' + Blonde On Blonde
Prix pour les trois: EUR 31,56

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (1 juin 2004)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Enregistrement original remasterisé, Import
  • Label: Mis
  • ASIN : B00026WU64
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (12 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 623.278 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


1. Blowin' In the Wind
2. Girl From the North Country
3. Masters Of War
4. Down the Highway
5. Bob Dylan's Blues
6. A Hard Rain's A-Gonna Fall
7. Don't Think Twice, It's All Right
8. Bob Dylan's Dream
9. Oxford Town
10. Talkin' World War III Blues
11. Corrina, Corrina
12. Honey, Just Allow Me One More Chance
13. I Shall Be Free

Descriptions du produit

Critique

Après un premier album éponyme où il posait ses fondations, Bob Dylan assume un parti pris d’auteur compositeur en signant de sa plume les 13 morceaux de The Freewheelin’ Bob Dylan. Déçue par les ventes de Bob Dylan, la maison de disque lui fait enregistrer un single folk rock (trois ans avant les Byrds) « Mixed Up Confusion - Corrina Corrina ». Les ventes sont médiocres car peu conformes au nouveau profil de commentateur social que souhaitait John Hammond le découvreur de l’artiste. Un morceau de cette veine « Talking John Birch Paranoid Blues », censé figurer sur l’album, est censuré par Columbia et par l’émission de télé Ed Sullivan Show de peur d’un procès de la part de la John Birch Society, du nom du militaire et missionnaire baptiste d’extrême droite assassiné en 1945 par des communistes. Bob Dylan en profite pour placer quatre nouveaux titres dont les classiques « Masters Of War » et « Girl From The North Country ». Sorti après ces péripéties en mai 1963, The Freewheelin’ Bob Dylan est plébiscité par les critiques, les radios et le public : 10 000 exemplaires sont vendus en un mois, et 200 000 avant la fin de l’Eté.

Le premier titre est « Blowin’ In The Wind » : La force de cette chanson réside dans cette suite de questions sans réponses qui véhiculent les inquiétudes sociales du moment et notamment la question des droits civiques (qu’aborde aussi « Oxford Town »). Son universalité réside dans le fait qu’elle ne donne pas de solutions toutes faites contrairement à la plupart des « protest songs ». Il est aussitôt repris avec succès par le trio folk consensuel de Peter, Paul and Mary, et se vend jusqu’à 300 000 exemplaires.

« Masters Of War » plus frontale, représente la chanson anti-militariste par excellence. C’est une dénonciation vive de l’industrie de l’armement soutenue fortement quel que soit le gouvernement en place. Le texte, au vu des guerres lancées depuis par les Etats-Unis, reste aujourd’hui d’une pertinence intacte.

Outre ces chansons protestataires, on trouve dans The Freewheelin’ de magnifiques chansons d’amour comme « Girl From The North Country », évocation pudique et tendre de sa première petite amie Echo. Celle-ci obtient un succès en France dans l’adaptation « La fille du Nord » qu’en donne Hugues Aufray (texte de Pierre Delanoë) qui rencontra Dylan à ses débuts. Dans un registre plus acide, « Don’t Think Twice, It’s All Right » est une belle chanson personnelle exprimant sa déception et son amertume face à son actuelle compagne Suze Rotolo. Le ton sardonique et cruel (« Tu m’as fait perdre un temps précieux ») est assez nouveau pour l’époque dans une chanson d’amour.

« Bob Dylan’s Dream » est une complainte nostalgique sur la perte de la jeunesse et de l’innocence et la nostalgie du temps qui passe. Avec la mélodie empruntée à la ballade anglaise « Lord Franklin », c’est un constat assez stupéfiant de sagesse quand on connaît l’âge du chanteur.

Bob Dylan rend hommage aux « Talking Blues » de Woody Guthrie dans « I  Shall Be Free » et « Talkin’ World War III Blues ». S’il garde à l’esprit l’humour ravageur de son maître, il y met une touche personnelle en adjoignant des situations grotesques où le délire est omniprésent. « I Shall Be Free » est une manière d’affirmer qu’il refuse l’étiquette de chanteur sérieux.

La ballade « A Hard Rain’s A-Gonna Fall », un des plus bouleversants pamphlets écrit contre la guerre est un condensé impressionnant de la maturité d’écriture de Bob Dylan. Composée pendant la crise de la « Baie des Cochons » en mai 1962, catastrophe nucléaire avortée entre les blocs américains et soviétiques, « A Hard Rain’s A-Gonna Fall » est l’histoire d’un soldat qui, rentrant voir sa mère, lui raconte  les horreurs qu’il a vu. C’est l’évocation d’un conflit nucléaire avec une accumulation d’images choquantes, poignantes dont l’étrangeté évoque une apocalypse à la Jérôme Bosch : Bob Dylan a puisé abondamment dans Rimbaud et Villon, lus grâce à Suze Rotolo. La composition  bouleverse tous les chanteurs de folk et l’on dit même que c’est ce titre qui décida le poète Léonard Cohen à devenir chanteur.

A partir de cet album, le nom de Bob Dylan circule à travers les milieux étudiants du monde entier lui conférant un rôle de porte parole engagé de la jeunesse. Les autres sont touchés par la poésie très fine et maîtrisée de ce jeune homme de 22 ans qui s’exprime comme un vieux sage. Par sa diversité, The Freewheelin’ Bob Dylan est indispensable à qui veut mesurer la première contribution à la musique populaire américaine.







François Bellion - Copyright 2014 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
5 étoiles
6
4 étoiles
6
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 12 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Christophe J sur 27 février 2009
Format: CD
Pour tous les fans de pop/rock qui se respectent, un petit tour par Dylan est indispensable. Vous trouverez dans cet album l'un des titres les plus repris par tous les groupes des années 70 à 90 ("Blowin' In The Wind"), la protest song par excellence mais aussi des titres plus légers comme Don'T Think Twice, It'S All Right et certains un peu plus "psyché". Un album incontournable avec Desire, Highway 61 Revisited, Bringing It All Back Home et Blonde On Blonde. Et n'oubliez pas que Dylan est avant tout un songwriter de génie, donc écoutez les paroles...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par PHILOU sur 31 juillet 2009
Format: CD
"The Freewheelin' Bob dylan" se traduit mot à mot, "Bob Dylan en roue libre". En écoutant l'album, moi je dirai que le gars Bobby est plutot
"le nez dans le guidon" pour rester dans l'esprit vélocipédique.
En effet, c'est grâce à cet effort que Bob Dylan" va être promu "Maillot Jaune du Protest Song" et devenir le porte parole de toute une génération revendicatrice.
Le premier album de Dylan s'est très mal vendu et ne contenait que deux chansons originales, avec son successeur cela ne sera pas la même chose.
L'enregistrement s'est étalé sur prés d'un an, de début avril 1962 au 23 avril 1963 et c'est finalement Tom Wilson qui produira l'album, à la place de Albert Hammond, et sortira le 27 mai 1963.
L'album connaitra un énorme succès avec la légendaire chanson "Blowin' In The Wind" qui deviendra l'hymne des luttes pour la liberté. "
"The Freewheelin'Bob Dylan" contient également quelques uns des ses plus grands classiques comme "A hard rain's a-gonna fall","Girl from the north country", "Masters of war", "I shall be free" et "Don't think twice, it's all right" et figurent toujours sur la "set-list" de ses concerts plus de 40 ans après.
Plus qu'un musicien BOB DYLAN devient, l'emblème de toute une génération, considéré même comme un prophète, malgré lui.
Tout cet engouement déstabilisera sérieusement Dylan qui fuira le mouvement contestataire dès 1964.

Retrouvez ce commentaire et bien d'autres sur : ledeblocnot.blogspot.com
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par jean-claude TOP 100 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 7 janvier 2010
Format: CD
Mai 1963, Bob Dylan sort son deuxième album The Freewheelin' et c'est un succès. Dylan, au travers de son hymne pour la liberté Blowin' In The Wind (14ème single de tous les temps et écrit en 10 minutes et en 1962), va devenir le porte-parole de toute une jeunesse contestataire, le symbole d'une génération, un prophète même comme cela a été dit par les fans les plus virulents. Dylan est effrayé par ce statut qu'on lui confère et qu'il a du mal à endosser et se retirera du devant de la scène Protest Song tant physiquement, que de par ses textes. The Freewheelin' renferme également quelques morceaux forts comme Girl From The North Country, Masters Of War, I Shall Be Free, A Hard Rain's A Gonna Fall ou encore Don't Think Twice, It's All Right. The Freewheelin' est un incontournable, vous pouvez foncer tête baissée dans son écoute. Et sans modération.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Martin Aston sur 29 octobre 2009
Format: CD
Leçon n°2 pour nos jeunes (h)auteurs. Blowin' in the wind, chanson phare de ce disque a été classée quatorzième meilleure chanson de tous les temps par le magazine Rolling Stone en 2003. Dylan l'écrit en 1962, en dix minutes, comme toute bonne chanson, « tu prends ce qui a été transmis » en dit-il, et l'année suivante, la chanson est enregistrée par les New World Singers ( ?), par Dylan, et par Peter, Paul and Mary, ces derniers en faisant un succès mondial, ce qui contribua au lancement de Dylan au moins comme auteur si ce n'est encore, à l'époque, comme interprète.
Il est où, l'ego ?
Question d'époque me direz vous ? Tu parles Charles !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Alexandre Mincer sur 8 mai 2014
Format: CD Achat vérifié
Pas d'autres commentaires que ceux liés à une belle époque, celle ou lui et moi étions jeunes, en plus de tout ce qu'il avait à dire.Pour la livraison c'est parfait.Merci cordialement
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: CD
Ce disque de plus de cinquante ans (1963), ou la pochette fixe l'auteur-compositeur-interprète se promenant bras-dessus, bras-dessous, en la compagnie de sa petite amie d'alors est comme l'auréole publique de base initiatique des premiers frémissements du folk acoustique moderne, s'étant ainsi invité dans nombres de chaumières de tant de néophytes, autant séduits et adoubés que conquis. Ce deuxième album résonnait alors comme une fulgurance en épuration sonore. Sa voix, sa guitare, son harmonica... et basta ! Et c'est en si peu et tout autant à la fois que Dylan nous captent, nous interpellent et nous émeus même, à travers toute une palette d'atouts divers et homgènes : Sa voix (agréablement) nasillarde à la tessiture faiblarde, mais qui nous touchent malgré ses limites indéniables, de part ce timbre tellement à part. l'extrème simplicité de ses accompagnements qui débouche malgré tout sur une pureté acoustique saisissante d'esthétisme. L'évidente beauté de certaines mélodies, le transcendance de ses textes dans des éminences de thèmes qui brassent et exhortes tous les sentiments variés et avariés. Entre autres exemples, le multi-réapproprié "Don't think twice. It's all rigt" (Joan Baez, Cock Robins, Hugues Auffray...), sur la fuite désespéré et ruminé de l'amour. L'interminable et incontournable "A hard rain's a gonna fall" sur une apocalypse fataliste et acerbe, inspiré d'un poème ("Le bateau ivre"), "Blowin' in the wind" (même remarque que pour "Don't think twice...Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?