undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_GWeek16Q2 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles19
4,2 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Le roman d'Edgar Hilsenrath s'inscrit dans la droite lignée des écrivains "barrés" tels que Hunter S. Thompson (avec moins de psychotropes) ou encore Hubert Selby Jr (avec plus d'humour). Et le sujet auquel il s'attache dans ce livre, à savoir la confrontation des Juifs persécutés en Allemagne face au rêve américain sanctifié depuis le New Deal, va donner lieu à une histoire décapante.

L'auteur raconte ainsi son arrivée aux Etats-Unis au moment de la Seconde Guerre Mondiale alors que, juive, sa famille a fui l'Allemagne nazie. Il en profite pour écorcher l'image du "pays refuge" que fût censer être l'Amérique démocratique pour les populations fuyant les régimes totalitaires.

Sous couvert d'un humour acerbe, Hilsenrath décoche quelques vérités sur les conditions de vie des réfugiés arrivants aux Etats-Unis (et ce quelque soit leur confession religieuse) ; et on est loin de l'image dorée qui s'est imposée dans l'imaginaire collectif.

Pour le reste, on suit les pérégrinations chaotiques du narrateur qui tente d'écrire un livre pour parvenir à être célèbre ET à exorciser ce qu'il a vécu lors des premières années du III° Reich. Le ton est caustique, le héros attachant et les aventures de ce brave Bronsky captivent aisément le lecteur.

Le seul bémol consiste dans le dernier quart du livre ou, brusquement, l'auteur nous conte ses années en Allemagne. Le ton change subitement et devient beaucoup plus sombre. Si cela apparaît comme logique du fait de ce qui est raconté, le lecteur pourra se retrouver quelque peu désapointé par la brutalité du changement réalisé sans préavis. Mais on peut aussi penser que c'est un choix délibéré de l'auteur pour rappeler la violence avec laquelle la Shoah s'est déroulée.

Un bon livre, amusant par endroits, sombre à d'autres et qui donne matière à réfléchir sur les raisons du "Fuck America" proféré par l'auteur en titre de son roman !
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2010
Aprés Le Barbier et le Nazi je me suis précipitée sur Fuck América ,je n'ai pas été déçu Hilsenrath décrit avec humour , cynisme et talent la vie d'un émigré juif récemment débarqué.La vague recherche d'un emploi,les combines pour survivre la recherche frénétique de femmes pour soulager son sexe indiscipliné à qui il parle ,la pulsion d'écriture avec ce titre évocateur "le branleur".L'Amercan Way of Life prend un coup dans l'aile et les femmes américaines ne sont pas mieux traitées.En lisant ce livre qui se situe en 1953 j'ai eu l'impression que les choses n'avaient pas tellement évoluées.Quel dommage qu'il n'ait pas été traduit plus tôt!J'ai déjà acheté les 2 derniers livres traduits en Français!
0Commentaire|18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 janvier 2013
Si ce livre est impossible à définir, il est plus aisé de dire ce qu’il n’est pas.

Il n’est donc pas le véritable journal intime d’un juif Allemand expatrié aux états unis après guerre (le consul ayant mis 13 ans pour fournir des visas à sa famille). Ce n’est pas non plus un livre sur l’holocauste, ni un guide de survie à NYC dans les années 50.

En même temps c’est un peu tout ça à la fois, ce livre tient de Bukowski pour le vocabulaire et de Henry Miller pour l’ambition du narrateur, qui cherche sans cesse à trouver de l’argent afin de se consacrer à l’écriture de son premier roman et de satisfaire sa libido autrement qu’en prenant des douches glacées.

Un livre drôle pour ceux qui aiment l’humour noir et cynique. Se lit vite car il constitué de dialogues qui reproduisent bien l'ambiance de rue.

Je ne saurais pas à qui le conseiller (plutôt à un homme tout de même), cependant je lui mets trois étoiles, même une quatrième car j’ai passé un bon moment à lire ces inepties farfelues.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 février 2011
Juste...Wahou!
Acheté suite à de bonnes critiques je me suis réellement amusée à suivre la vie de Bronsky. Style incisif, parfois cru et toujours avec cet humour un peu gris! On se surprend à sourire de situations rocambolesques. Un style à découvrir sans tarder, qu isort des chemins battus et qui offre une vision d'un New York glauque, sale et pourtant tellement américain!
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 juin 2014
Contrairement à certains commentaires, j'ai préféré la 2e partie. Au bout d'un moment, les délires sexuels du narrateur ont fini par me lasser, mais la partie sur la guerre explique et éclaire ses obsessions new-yorkaises. De toutes les façons, on ne peut être que sensible à l'indifférence totale pour le sort des juifs européens dans les années 30 puis le même mépris pour les rescapés et survivants dans l'après-guerre. Et l'écriture "trash" transmet particulièrement bien cette violence.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 mai 2013
obscur dès les premières pages, l'auteur met en avant son talent ironique et surprenant dans l'aventure qui le conduit à New-York. Il est le protagoniste, c'est autobiographique, il est parfois cru dans l'expression, ça n'en est pas moins un texte littéraire et déroutant. Je préfère de loin ce texte-là, qui est ma première lecture, à ceux de Fante. En effet, les personnages, les dialogues, les événements sont faits d'une matière qui nous touche, qui nous fait penser. Toutefois la linéarité de l'écriture laisse planer un doute, une absence de sincérité, mais j'en suis sorti décontenancé.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 septembre 2015
Grosse déception.
J'attendais quelque chose dans le style de Charles Charles Bukovsky ou Henry Miller, je tombe sur cet ersatz.
Quelques passages distrayants, mais rien d'enthousiasmant.
J'ai également commandé "Le nazi et le barbier" du même auteur, j'espère que ce sera mieux.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juin 2015
Tous les romans d'Edgar Hillsenrath ont pour toile de fond la Shoah. Cette fois ci, l'auteur retrace la dure vie d'un immigrant juif allemand à New York dans les années 50, sa vie au jour le jour tandis qu'il prépare un roman pour expurger ses souffrances passée.
C'est un bon livre d'abord par le talent de son auteur, son écriture décalée, et sa facilité à raconter de bonnes histoires. Mais je préfère "Nuit", à mon sens son chef d'œuvre.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un ouvrage non conventionnel et tellement poignant !

Jakob Bronsky - fils de Nathan Bronsky - est encore un enfant en 1939. La montée du nazisme en Allemagne inquiète les juifs. Au lendemain de la Nuit de Cristal , l'immigration devient vitale mais les portes du Monde ( et plus particulièrement des Etats-Unis ) restent verrouillées.
Il faudra attendre 1952 - et que l'Histoire se soit écrite - pour que Bronsky puisse traverser l'Atlantique et commencer une vie de crève-la-faim à New-York.
Lui , le juif d'Europe , avec sa braguette à boutons, fera son QG de la cafétéria des immigrants ( au coin de la 86 e rue ) , du Donald's Pub ( le comptoir le moins cher de Times square ) et de l'Immeuble du 80 Warren Street ( et ses minables agences de placement)
Bronsky vit de petits boulots " à la journée " lui permettant de survivre mais surtout d'écrire SON roman ; le roman d'un homme solitaire , forcément un " BRANLEUR " .
Il sera confronté à la dure réalité du rêve américain :
" Un vrai américain est un mec qui écrase l'autre sans le moindre scrupule tout en croyant au bon Dieu " .
" Dans ce pays , la pauvreté et la solitude sont une infamie "
FUCK AMERICA !

2 histoires se télescopent ; celle du Bronsky immigrant à New-York et celle des " six Millions " qui ont traversé les horreurs du nazisme.
Ce n'est plus de l'humour corrosif mais de la soude caustique.
La forme est des plus originale ( le narrateur s'apostrophe à longueur de pages ) et le fond terriblement dur .

Excellent à tous niveaux !
22 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 mars 2015
Dès que j'ai reçu le livre et que j'ai commencé à le lire je n'ai pas pu le lâcher. J'adore ce livre!!! C'est un Bukowski, beaucoup plus fin, plus poignant...je recommande vivement ce livre
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,10 €
13,90 €
20,00 €