Funkadelic


Funkadelic : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 494
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Image de Funkadelic

Biographie

En 1964, George Clinton, leader du groupe doo-wop The Parliaments, y ajoute une section rythmique composée des frères Frankie et Richard Boyce et du batteur Langston Booth, remplacés en 1967 par les guitaristes Eddie Hazel et Lucius Tawl Ross, Billy Bass Nelson (basse) et Tiki Fulwood (batterie). La formation signe sur Westwood et publie son premier album Funkadelic (1970), dominé par une soul psychédélique.

Funk rock éruptif

Quelques mois plus tard, Free Your Mind...And Your Ass Will Follow est un véritable plaidoyer pour le funk rock, éruptif et dansant, et tout simplement l'un des ... Lire la suite

En 1964, George Clinton, leader du groupe doo-wop The Parliaments, y ajoute une section rythmique composée des frères Frankie et Richard Boyce et du batteur Langston Booth, remplacés en 1967 par les guitaristes Eddie Hazel et Lucius Tawl Ross, Billy Bass Nelson (basse) et Tiki Fulwood (batterie). La formation signe sur Westwood et publie son premier album Funkadelic (1970), dominé par une soul psychédélique.

Funk rock éruptif

Quelques mois plus tard, Free Your Mind...And Your Ass Will Follow est un véritable plaidoyer pour le funk rock, éruptif et dansant, et tout simplement l'un des meilleurs albums de funk réalisés. Bernie Worrell s'installe définitivement aux claviers. Après l'explosif Maggot Brain de 1971, Funkadelic s'offre un autre musicien clé, le bassiste Bootsy Collins, accompagné de son frère Catfish Collins à la guitare (tous deux ex James Brown) sur America Eats Its Young.

Funkadelic connaît divers changements de musiciens à la suite d'affaires de drogue (Eddie Hazel passe une année en prison, Tawl Ross fait une overdose, Billy Bass Nelson claque la porte...). Hardcore Jollies sort en 1975, quand la musique du groupe est qualifiée de p-funk, suivi de Tales of Kidd Funkadelic (« Undisco Kid »). En 1978 sort le grandiose One Nation Under a Groove, succès commercial à l'appui (le morceau titre est n°1 pendant six semaines). Uncle Jam Wants You délivre un autre n°1, « (Not Just) Knee Deep » avec le chanteur Philippe Wynne.

En 1981, le hit « Connections and Disconnections » est enregistré par une formation différente de l'album suivant The Electric Spanking of War Babies. George Clinton dissout Funkadelic peu après pour se concentrer sur sa carrière solo et le P-Funk All Stars. L'album By Way of the Drum, censé clore le chapitre Funkadelic, reste dans les tiroirs et ne paraît qu'en 2007. D'autres disques enregistrés dans les débuts font surface tardivement : Toys en 2008, U.S. Music with Funkadelic en 2009.

Funkadelic reste l'une des formations les plus influentes chez les rappeurs qui lui ont emprunté de multiples motifs musicaux.

Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud

En 1964, George Clinton, leader du groupe doo-wop The Parliaments, y ajoute une section rythmique composée des frères Frankie et Richard Boyce et du batteur Langston Booth, remplacés en 1967 par les guitaristes Eddie Hazel et Lucius Tawl Ross, Billy Bass Nelson (basse) et Tiki Fulwood (batterie). La formation signe sur Westwood et publie son premier album Funkadelic (1970), dominé par une soul psychédélique.

Funk rock éruptif

Quelques mois plus tard, Free Your Mind...And Your Ass Will Follow est un véritable plaidoyer pour le funk rock, éruptif et dansant, et tout simplement l'un des meilleurs albums de funk réalisés. Bernie Worrell s'installe définitivement aux claviers. Après l'explosif Maggot Brain de 1971, Funkadelic s'offre un autre musicien clé, le bassiste Bootsy Collins, accompagné de son frère Catfish Collins à la guitare (tous deux ex James Brown) sur America Eats Its Young.

Funkadelic connaît divers changements de musiciens à la suite d'affaires de drogue (Eddie Hazel passe une année en prison, Tawl Ross fait une overdose, Billy Bass Nelson claque la porte...). Hardcore Jollies sort en 1975, quand la musique du groupe est qualifiée de p-funk, suivi de Tales of Kidd Funkadelic (« Undisco Kid »). En 1978 sort le grandiose One Nation Under a Groove, succès commercial à l'appui (le morceau titre est n°1 pendant six semaines). Uncle Jam Wants You délivre un autre n°1, « (Not Just) Knee Deep » avec le chanteur Philippe Wynne.

En 1981, le hit « Connections and Disconnections » est enregistré par une formation différente de l'album suivant The Electric Spanking of War Babies. George Clinton dissout Funkadelic peu après pour se concentrer sur sa carrière solo et le P-Funk All Stars. L'album By Way of the Drum, censé clore le chapitre Funkadelic, reste dans les tiroirs et ne paraît qu'en 2007. D'autres disques enregistrés dans les débuts font surface tardivement : Toys en 2008, U.S. Music with Funkadelic en 2009.

Funkadelic reste l'une des formations les plus influentes chez les rappeurs qui lui ont emprunté de multiples motifs musicaux.

Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud

En 1964, George Clinton, leader du groupe doo-wop The Parliaments, y ajoute une section rythmique composée des frères Frankie et Richard Boyce et du batteur Langston Booth, remplacés en 1967 par les guitaristes Eddie Hazel et Lucius Tawl Ross, Billy Bass Nelson (basse) et Tiki Fulwood (batterie). La formation signe sur Westwood et publie son premier album Funkadelic (1970), dominé par une soul psychédélique.

Funk rock éruptif

Quelques mois plus tard, Free Your Mind...And Your Ass Will Follow est un véritable plaidoyer pour le funk rock, éruptif et dansant, et tout simplement l'un des meilleurs albums de funk réalisés. Bernie Worrell s'installe définitivement aux claviers. Après l'explosif Maggot Brain de 1971, Funkadelic s'offre un autre musicien clé, le bassiste Bootsy Collins, accompagné de son frère Catfish Collins à la guitare (tous deux ex James Brown) sur America Eats Its Young.

Funkadelic connaît divers changements de musiciens à la suite d'affaires de drogue (Eddie Hazel passe une année en prison, Tawl Ross fait une overdose, Billy Bass Nelson claque la porte...). Hardcore Jollies sort en 1975, quand la musique du groupe est qualifiée de p-funk, suivi de Tales of Kidd Funkadelic (« Undisco Kid »). En 1978 sort le grandiose One Nation Under a Groove, succès commercial à l'appui (le morceau titre est n°1 pendant six semaines). Uncle Jam Wants You délivre un autre n°1, « (Not Just) Knee Deep » avec le chanteur Philippe Wynne.

En 1981, le hit « Connections and Disconnections » est enregistré par une formation différente de l'album suivant The Electric Spanking of War Babies. George Clinton dissout Funkadelic peu après pour se concentrer sur sa carrière solo et le P-Funk All Stars. L'album By Way of the Drum, censé clore le chapitre Funkadelic, reste dans les tiroirs et ne paraît qu'en 2007. D'autres disques enregistrés dans les débuts font surface tardivement : Toys en 2008, U.S. Music with Funkadelic en 2009.

Funkadelic reste l'une des formations les plus influentes chez les rappeurs qui lui ont emprunté de multiples motifs musicaux.

Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.