EUR 12,30
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 8 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Amazon rachète votre
article EUR 4,30 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Fusées - Mon coeur mis à nu - La Belgique déshabillée - Amoenitates Belgicae Poche – 13 mai 1986


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 12,30
EUR 11,40 EUR 7,99

Nouveauté : la collection Folio XL

pauvres_diables
Découvrez la nouvelle collection Folio XL avec cette sélection de cinq livres.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Fusées - Mon coeur mis à nu - La Belgique déshabillée - Amoenitates Belgicae + Correspondance + Les Paradis artificiels
Prix pour les trois: EUR 24,30

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Quatrième de couverture

Lorsqu'il meurt le 31 août 1867, à quarante-six ans, Baudelaire emporte avec lui, entre autres promesses déçues, celle de raconter sa vie - de venger sa vie. Les fragments qui nous sont parvenus de cette entreprise parallèle, de confession et de colère, se rassemblent autour de trois œuvres en projet : Fusées, où l'intention autobiographique n'apparaît encore qu'en filigrane ; Mon cœur mis à nu, où s'affirme avec violence le malaise de l'ambiguïté - se tourner vers soi ou contre les autres ; La Belgique déshabillée, cette «pauvre Belgique» dont on présente ici le dossier complet et qui eût pris la forme d'un pamphlet dirigé contre les Belges et, à travers eux, contre le genre humain.

Biographie de l'auteur

Né à Paris en 1821, Charles Baudelaire publie ses premiers poèmes intitulés Les Fleurs du Mal en 1855 dans la Revue des Deux Mondes. C'est en 1857 que paraît le volume. La même année l'auteur et son éditeur sont condamnés à des amendes et à la suppression de six poèmes. La deuxième édition ne paraîtra qu'en 1861, six ans avant la mort du poète.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 4,30
Vendez Fusées - Mon coeur mis à nu - La Belgique déshabillée - Amoenitates Belgicae contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 4,30, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 736 pages
  • Editeur : Gallimard (13 mai 1986)
  • Collection : Folio classique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 207037727X
  • ISBN-13: 978-2070377275
  • Dimensions du produit: 17,5 x 10,9 x 3,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (5 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 116.888 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.8 étoiles sur 5
5 étoiles
4
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 5 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Antoine sur 18 mars 2013
Format: Poche
Les fusées et Mon coeur mis à nu se présentent comme des journaux intimes de l'auteur. Il s'agit d'écrits non achevés que Baudelaire gardait pour une publication à la fin de sa vie. Il est curieux de noter qu'il existe peu d'éditions disponibles de ces écrits, mis à part celle-ci proposée chez folio, peu d'éditions se sont succèdées.
Ma lecture s'est faite sur une vieille édition de 1938 du Mercure de France annotée par Jacques Crépet, fils d'Eugène Crépet, qui fut l'éditeur de la première édition en 1887. Elle contient des notes intéressantes sur la pensée de l'auteur.

Baudelaire reste partagé entre le désespoir ou l'illumination et on se prend de pitié pour le poète lorsqu'on lit ces passages ou il se répète à lui même les rappels pour ses différentes prières adressées pour ses proches. L'auteur exprime plus que jamais de façon vive sa haine de la démocratie et de son époque, son admiration pour Joseph de Maistre ou sa misogynie féroce qui le pousse à comparer les femmes à des animaux. Mais ce testament transpire de sincérité et c'est ici que Baudelaire s'est abandonné à tout ce qu'il avait sur le coeur.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par suchstuff sur 19 mars 2013
Format: Poche Achat vérifié
Merveilleux poète qui sait aussi sonder l'inconscient tel un "psyché-analyste" !
Dommage de n'avoir pu trouver une plus belle édition...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Cinho512 TOP 500 COMMENTATEURS sur 9 mai 2014
Format: Poche Achat vérifié
Dans ce volume, on retrouve "Fusées", composé de notes d'une éventuelle autobiographie, mais également de réflexions, aphorismes et pensées, Mon cœur mis à nu, qui ne ne diffère pas réellement de Fusées et une troisième partie, qui représente l’essentiel du livre et se compose d'une descente en règle de la Belgique, avec méchanceté et intelligence, pour une critique qui va au delà de la simple Wallonie, un véritable coup de colère contre l'humanité.

La première caractéristique des réflexions de Baudelaire est d'être brillantes et profondes. On apprend l'admiration de Baudelaire et l'inspiration qu'a représenté une figure comme Joseph de Maistre, chef de fil de la pensée contre-révolutionnaire, mais également un de ces contemporain, Edgar Allan Poe, dont il fut le traducteur.
La profonde pensée antilibérale de Baudelaire ou sa critique de la notion de progrès s'explique par cette filiation, pour une pensée politique, spirituelle et philosophique subtile et visionnaire. Le caractère visionnaire de Baudelaire se retrouve tout au long de ses pensées, mais de manière lumineuse, impressionnante et grandiose p.82-83, ouverte par "que le monde a t il encore a faire sous le ciel".

Comment au milieu du XIXè. siècle, un génie, par la synthétisation des connaissances et une réflexion profonde, entre le ciel et la terre, peut matérialiser la maxime de Cocteau : "Je trouve d'abord, je cherche après". On retrouve ici l'esprit prophétique naturel à l'homme, qu'il évoque d'ailleurs.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Benjamin F. sur 24 mai 2012
Format: Poche Achat vérifié
Excellente édition de ces "à-côtés" littéraires, où les petites phrases (ainsi, en Belgique, "le piment devient concombre"...) rivalisent avec la grande pensée baudelairienne.
A lire nécessairement, rien que par curiosité, pour aller au-delà des Fleurs du Mal et des PPP... (+ une préface intéressante d'André Guyaux).
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par BAGRATION COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR sur 11 septembre 2012
Format: Poche
Baudelaire n'aimait pas la Belgique....Il avait raison...L'accueil réservé par les Flamands aux touristes francophones est pour le moins pas du tout aimable (désolé, les aminches, on vous amène quand même de la thune)...Le Flamand, il aime pas le français...ça va changer grace à Nanard l'homme fort en thune...Nanard, il est tellement plein aux as qu'il va se l'acheter la Belgique...Comme ça les Flamands ils auront Nanard Ier Roi des Belges...
6 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?