Quantité :1
Version MP3 incluse GRATUITEMENT
Livraison à EUR 0,01 sur les livres et gratuite dès EUR 25 d'achats sur tout autre article Détails
État: D'occasion: Comme neuf
Commentaire: L'emballage risque d'être abîmé. Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 6,99

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Gasoline Alley Import


Prix conseillé : EUR 10,02
Prix : EUR 9,12 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Économisez : EUR 0,90 (9%)
Tous les prix incluent la TVA.
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
25 neufs à partir de EUR 3,77 3 d'occasion à partir de EUR 6,29

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Rod Stewart

Discographie

Image de l'album de Rod Stewart

Photos

Image de Rod Stewart

Biographie

Un des plus grands chanteurs de rock anglais des années 1970, Rod Stewart commence sa carrière en 1963 lorsqu'il rejoint une formation de rhythm'n'blues, Jimmy Powell And The Five Dimensions, où il joue de l'harmonica. Installé à Londres, il est bientôt engagé par Long John Baldry au sein de sa formation, Hoochie Coochie Men qui ... Plus de détails sur la Page Artiste Rod Stewart

Visitez la Page Artiste Rod Stewart
308 albums, 15 photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

Gasoline Alley + Every Pictures Tell A Story + Never A Dull Moment (Remaster)
Prix pour les trois: EUR 26,09

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (16 septembre 2002)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Mercury Records
  • ASIN : B00000612O
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 31.723 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Écouter des extraits et acheter des MP3

Les titres de cet album peuvent être achetés en MP3. Cliquez sur « Ajouter » ou voir l'album MP3.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

Echantillons
Titre Durée Prix
Écouter  1. Gasoline Alley (Album Version) 4:07EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  2. It's All Over Now (Album Version) 6:26EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  3. Only A Hobo (Album Version) 4:20EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  4. My Way Of Giving (Album Version) 4:00EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  5. Country Comfort (Album Version) 4:48EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  6. Cut Across Shorty (Album Version) 6:32EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  7. Lady Day (Album Version) 4:16EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  8. Jo's Lament (Album Version) 3:30EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  9. You're My Girl (I Don't Want To Discuss It) (Album Version) 4:30EUR 1,29  Acheter le titre 

Descriptions du produit

Descriptions du produit

GASOLINE ALLEY

Critique

A l'époque, Rod Stewart avait parmi les musiciens anglais de très bons copains, de vrais potes, voire des amis loyaux, dont un, Ron Wood, un pas beau lui aussi, lui était vite devenu indispensable en tant que partenaire d'écriture et arrangeur. Ils aimaient sortir tous ensemble au pub, rigoler devant une pinte de Guinness et une fois l'heure de la fermeture arrivée, ils allaient en studio pour faire leur travail, comme tout le monde. Bien sûr, ils ne jouaient pas toujours juste, tant ils pouvaient être bourrés comme des coings, mais ils aimaient les chansons, les leurs comme celles des autres, qu'ils enregistraient avec respect et tendresse. Pas de machines ici, juste des hommes, avec leurs instruments en bois, leurs grandeurs et leurs failles, leurs émotions, aussi.

Motivés par leur inextinguible joie de jouer, Rod et Ron ont toujours pour exemple les Rolling Stones, comme en témoigne la reprise d' « It's All Over Now » des Valentinos, à laquelle les Stones s'étaient essayés eux-mêmes à leurs débuts : ici, Rod Stewart est Mick Jagger et Ronnie Wood est Keith Richards, tout simplement, il incarnent donc des Stones qui auraient le bon goût de reprendre Bob Dylan à chaque album, ici avec « Only A Hobo » - il faudrait d'ailleurs faire un jour une compilation des chansons de Dylan chantées par Rod, un de ses meilleurs interprètes de tous les temps.

Producteur de tous ses albums (oui, il sait le faire), Rod Stewart excelle aussi sur le « Country Comfort »  d'Elton John, meilleur que l'original – parce que dans une vie antérieure, Elton a écrit de belles chansons, que ses collègues reprenaient, et il a fait de beaux albums, aussi. En dépit de ce que raconte Rod dans ses (formidables) notes de pochette au sujet de Ian McLagan, tous les Faces sont présents sur l'album, en particulier sur la reprise (gonflée) des Small Faces, « My Way Of Giving », aussi forte qu'avec Steve Marriott. Avec « Jo's Lament », d'une tristesse et d'une beauté à verser des larmes et qu'on se doit d'écouter en admirant la pochette, terrible de réalisme (le caniveau de la Gasoline Alley, d'où Rod sort presque et où chacun pourrait tomber), le vocaliste touche à l'absolu en tant qu'auteur-compositeur, une spécialité que peu de gens lui connaissent. A tort.

Et les détracteurs de Ron Wood gagneraient beaucoup à réécouter ses parties de guitare sur cet album, comme toutes celles qu'il a pu faire pour Rod et les Faces : sa vraie place était auprès d'eux et nulle part ailleurs, mais le destin (le diable, si sympathique?) en a décidé autrement. Et il en rit encore...



Frédéric Régent - Copyright 2014 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 3 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par Lester Gangbangs TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 3 juin 2012
Format: CD
Aujourd'hui, Rod Stewart et (au hasard) Phil Collins en sont au même point. Deux ringards totaux. Mais si le baltringue de (mains jointes, yeux levés vers le ciel) Genesis a toujours sorti des galettes consternantes, Rod the Mod a pendant quelques années, publié sans le moindre faux pas de bons disques.
Que ce soit avec les Faces ou en solo. Grâce à une particularité contractuelle inenvisageable de nos jours, Rod Stewart est signé par deux maisons de disques, WEA pour les Faces, et Mercury pour ses disques solo. Et pour ses disques solo, les musiciens qui l'accompagnent en studio sont ... les Faces. Cette forme d'ubiquité permet d'avoir deux fois plus de bons disques par ces gugusses qui n'avaient pas grand-chose à envier aux Stones, pourtant au sommet de leur art, au début des seventies.
« Gasoline Alley » est le second disque solo de l'ex co-chanteur des oubliés Steampacket. Qui après un opus brouillon, sort là le premier chef-d'oeuvre d'une trilogie (avec « Every picture tells a story » et « Never a dull moment ») indispensable. Avec l'omniprésence de son fidèle lieutenant, un autre chevelu au fort tarin, compagnon indéfectible des soirées bien remplies de bière, coke, et filles faciles, le sieur Ron Wood. Tiens, Ron Wood, un qu'il serait temps de réhabiliter.
Lire la suite ›
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par jean-claude TOP 100 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 30 janvier 2014
Format: Album vinyle
Gonflé comme une outre, agressif et hautain, con comme un balai, converti à la pop et au disco en 1976 (Da Ya Think I’m Sexy ?) jusqu’à ce qu’il n’opère un retour aux sources progressif et crédible au début du siècle, Rod Stewart, ridicule et pitoyable diva des années 80/90 accro aux stéroïdes (pour des problèmes de voix), n’a pas toujours eu des admirateurs ces derniers temps. Heureusement, Time (2013) et ses 12 originaux ont réhabilité le personnage et l’artiste.

Rod Stewart, pour ceux qui s’en souviennent, a été un monument du rock british avant de virer enflure has-been. Mais ça c’était avant, comme dit la pub.

Par avant, j’entends les tubes légendaires qu’il a signés comme Maggie May, Lady Day en 71 ou Sailing en 72, les merveilleux Gasoline Alley et Every Picture Tells A Story, deux albums références du rock et, si l’on remonte plus loin encore, je réfère à ses premiers pas dans les Hoochies Coochies, puis auprès de Jeff Beck qui le fait prendre de l’envergure, ainsi qu’à son implication, en parallèle avec sa carrière solo, dans des Small Faces qui virent en Faces.

Le londonien d’origine écossaise Rod Stewart, destiné à devenir footeux, s’impose comme un incontournable acteur de la scène anglaise. Il faut l’avoir connu à cette époque. C’était quelqu’un et le gâchis qui caractérise une deuxième partie de carrière ne doit pas faire oublier qui il a été. Ce Rod là, je n’en connais pas beaucoup qui crachait dessus.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par ThierryZ sur 26 décembre 2013
Format: CD
Deuxième album du sieur Rod, accompagné de la plupart de ses acolytes des Faces, Gazoline Alley préfigure l'album suivant, Every Picture Tells a Story qui donnera une vraie impulsion à sa carrière solo.
Un album très Rock'n Roll (It's All OverNow), avec des morceaux bluesy (Only a Hobo), rock (My Way of Giving) et quelques balades (Country Comfort, Lady Day).
La mélodie de Gazoline Alley qui ouvre l'album, avec ses deux lignes de guitares arpège préfigure le Rod qui se livrera bien des années plus tard. On retrouve la même veine avec Jo's Lament.
Cut Across Shorty, ou comment délivrer un Rock avec des sèches et un violon, est un régal de riffs comme Ron Wood sait les donner (et il le prouvera plus tard sous d'autres cieux).

Pourquoi 5 étoiles ?
Pour Gazoline Alley, You're My Girl et pour la promesse de l'album suivant...
Cet album est peut être à Rod ce que Off The Wall sera à Jackson.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?