undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
Gataca et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 8,40
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Gataca a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Gataca Poche – 12 avril 2012


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 8,40
EUR 8,40 EUR 7,50

Rentrée Littéraire 2015 : découvrez toutes les nouveautés de la rentrée en livre et ebook Rentrée Littéraire 2015 : découvrez toutes les nouveautés de la rentrée en livre et ebook


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Gataca + Le syndrome E + AtomKa
Prix pour les trois: EUR 24,90

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Extrait du prologue

Août 2009

[I]l n'aurait pas dû faire beau, ce jour-là.
Nulle part, sur cette terre, des gens n'auraient dû I avoir le droit de rire, de courir sur la plage ou de s'échanger des cadeaux. Quelque chose ou quelqu'un aurait dû les en empêcher. Non, ils n'avaient pas le droit au bonheur, ni à l'insouciance. Parce qu'ailleurs, dans une pièce réfrigérée, au bout d'infâmes couloirs éclairés par des néons, une petite fille avait froid.
Un froid qui ne la quitterait plus. Jamais.
D'après les autorités, le corps méconnaissable d'une fillette - âge estimé entre sept et dix ans - avait été recueilli à proximité d'une route départementale, entre Niort et Poitiers. Lucie Henebelle ignorait encore précisément les circonstances de la découverte, mais dès que la nouvelle était remontée à la brigade criminelle lilloise, elle avait foncé. Plus de cinq cents kilomètres avalés à l'adrénaline, malgré la fatigue, la souffrance intérieure, la peur du pire qui chaque seconde l'habitait, avec, toujours, cette seule phrase au bout des lèvres : «Faites que ce ne soit pas l'une de mes filles, pitié, faites que ce ne soit pas l'une de mes filles.» Elle qui ne priait jamais, qui avait oublié l'odeur d'un cierge, suppliait. Elle osait croire qu'il pouvait s'agir d'un autre enfant, une fillette disparue sans que les fichiers de la police aient donné l'alerte. Peut-être une gamine enlevée la veille, ou dans la journée. D'autres parents seraient alors malheureux, mais pas elle. Oh non, pas elle.
Lucie s'en convainquit encore une fois : il s'agissait d'une autre enfant. La distance relativement modérée entre le lieu de l'enlèvement de Clara et Juliette Henebelle - Les Sables-d'Olonne - et celui où les promeneurs avaient retrouvé le corps ne pouvait être que le fruit du hasard. De même que la courte période, cinq jours, entre sa disparition et l'instant précis où Lucie posait le pied sur le parking de l'institut médico-légal de Poitiers.
Une autre enfant... Alors, pourquoi Lucie était-elle là, seule, si loin de chez elle ? Pourquoi un violent acide coulait-il au fond de sa gorge et lui collait-il l'envie de vomir ?
Même en cette fin de journée, le bitume du parking demeurait brûlant. Entre les quelques voitures de police et du personnel, des odeurs acres de goudron fondu et de pneumatique empestaient l'air. Cette période estivale de l'année 2009 avait été un enfer, à tous points de vue. Personnel, privé. Dire que le pire restait à venir, avec ce mot abominable qui battait dans sa tête : méconnaissable. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

On attend cette suite depuis Le syndrome [E], depuis la disparition des jumelles de l'enquêtrice Lucie Henebelle, acolyte de Franck Sharko...
Les droits sont déjà vendus aux États-Unis - "un deal à six chiffres, exceptionnel pour un Français", confie l'éditeur -, tandis que des producteurs hollywoodiens sont en route pour rencontrer l'auteur. (Julie Malaure - Le Point du 28 avril 2011 ) --Ce texte fait référence à l'édition Broché .



Détails sur le produit

  • Poche: 603 pages
  • Editeur : Pocket (12 avril 2012)
  • Collection : Pocket thriller
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266227602
  • ISBN-13: 978-2266227605
  • Dimensions du produit: 11,1 x 3 x 18,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (131 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 1.720 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Franck Thilliez est l'auteur de plus d'une dizaine de romans, parmi lesquels Atomka et Le Syndrome E. Lauréat du Prix Étoiles du Parisien-Aujourd'hui en France pour le meilleur polar 2014 avec Angor, il confirme sa place de pilier du thriller français et continue d'alterner one shots et enquêtes menées par son couple phare Franck Sharko/Lucie Henebelle.
Adapté au cinéma pour La Chambre des morts, Franck Thilliez est aussi scénariste.
Ses livres sont traduits dans le monde entier.

Photo : © Philippe Matsas

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

32 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile  Par June le 24 août 2011
Format: Broché
Dès le début ma seule envie n'a été que tourner les pages encore et encore, jusqu'à la fin. Le suspense est omniprésent, le récit superbement mené. Etant fascinée par la génétique en général et le darwinisme en particulier, ce livre est donc pour moi un des meilleurs parmi les centaines que j'ai pu lire. Je précise quand même que tout ce qui est scientifique ds ce livre est bien expliqué et facilement accessible aux néophytes.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Cyril TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE le 6 mai 2011
Format: Broché
Pour cette deuxième face de son diptyque sur le mal, F. Thilliez aborde le thème de la biologie et s'interroge sur la prédisposition génétique de certains individus au mal. Le roman tourne sans cesse autour de la notion d'ADN et de génétique et étant néophyte dans ce domaine, j'ai trouvé la présentation des concepts biologiques de l'auteur plutôt convaincante et j'avoue que son explication de la sur-représentation des gauchers dans les sociétés violentes est fascinante. Je ne doute pas un seul instant qu'un spécialiste y verra des raccourcis grossiers mais le but d'un tel livre est avant tout de divertir son lectorat.

Ce qui pour moi est réussi même si je trouve que l'auteur devrait préserver ses deux héros, l'ex-commissaire Sharko et l'ex-lieutnant Hennebelle auxquels il a tellement fait subir d'épreuves qu'ils en deviennent des caricatures de héros sombres, solitaires et désespérés.

En conclusion, un livre très agréable à lire parfois un peu glauque bien ancré dans notre monde actuel.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par Peter Guizmo TOP 500 COMMENTATEURS le 20 avril 2012
Format: Poche
Même s'il peut se lire indépendamment, il est fortement conseillé d'avoir lu "le syndrome E" pour pleinement apprecier ce roman... (non pas pour l'enqête complètement indépendante, mais pour les personnages et leur évolution)
On y retrouve Lucie Hennebelle et le commandant Sharko suite à l'événement final du volume précédent... et le moins qu'on puisse dire, c'est que Thilliez ne les ménage pas... C'est l'un des points forts de ce roman: Ses deux heros, tellement meurtris par la vie, écorchés vifs et si terriblement humains....
Le second point fort est le déroulement de l'histoire, une fois de plus diablement bien menée... avec les enquêtes de Lucie et Sharko, menées en parallele et qui ne cessent des ramener ces personnages l'un vers l'autre... parce que même si les pistes suivies sont différentes, elles se recoupent regulièrement... et tout s'enchaine sans certaines grosses ficelles qu'on peut voir parfois...
Enfin, le troisième point fort est la pertinence scientifique de tout ceci... Là, où le syndrome E allait piocher des événements historiques, Gataca va prendre sa substance dans la génétique et des explications scientifiques très concrètes, crédibles et expliquées..
Alors, c'est sombre, très noir même, mais bon sang que c'est bien foutu, bien écrit, et intelligemment mené...
Excellent
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
23 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile  Par Sereignor le 17 mai 2011
Format: Broché
La suite du Syndrome E que j'ai lu dédicacé par l'auteur lors de son passage à Toulouse, est véritablement exceptionnelle. Ce roman dans sa construction et dans son sujet est prenant de manière très particulière. C'est noir, très noir avec des rebondissements étonnants. Je ne suis absolument pas 'accord avecv les évaluations critiques car même si l'on retrouve un style comme chez tous les romanciers de ce genre, celui-ci est très spécial.
Les assertions scientifiques sont très correctes je suis de la partie et j'ai vérifié, et les temps utilisés sont correctes le passé est le temps habituel lorsque le narrateur n'est pas un des personnages. il n'y a aucun problème. Il n'est pas fondamental mais recommandé de lire le Syndrome E, mais il est urgent de lire GATACA lrosque l'on apprécie les thrillers et Thilliez en particulier.
Attention prévoyez du temps libre!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
39 internautes sur 43 ont trouvé ce commentaire utile  Par Frederi© Fontes TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 13 avril 2011
Format: Broché
La dernière fois que l'on a ressenti une telle tension en lisant un roman de Franck Thilliez, c'est certainement à l'occasion de l'entre deux Train d'enfer pour Ange rouge / Deuils de miel du même auteur.

En reprenant l'habitude, dans Gataca, de particulièrement mal traiter ses héros récurrents, l'auteur casse une nouvelle fois le cocon protecteur qui isole d'habitude les personnages principaux de romans et qui abrite donc habituellement les lecteurs.

Souvent copié, rarement égalé, cette fêlure omniprésente qui plane dans l'ombre est la marque de fabrique de l'auteur depuis son premier roman. C'est même certainement la chair de ses livres. Il le confirme lui même depuis à l'occasion de diverses interviews, il se plait à plonger le lecteur dans l'incertitude quand il s'agit du destin de ses héros et héroïnes. On tremble quand on découvre ce qu'ils deviennent et on craint le pire pour ce qu'il adviendra de leur destiné.

Du coup, il créé une situation de stress permanente pour ceux qui tournent les pages. Stress viscéral qui ne les quittera pas jusqu'à la dernière page. Certainement le meilleur roman de l'auteur, qui revient à ses premiers amours en offrant à ses lecteurs un roman d'une grande noirceur.

Pour ne pas gâcher le plaisir, Gataca est également un roman riche en faits scientifiques, qui raviront celles et ceux qui se plaisent à apprendre en lisant. Comme le font les romans de Michael Crichton, de Jeffery Deaver, de John Darnton ou Douglas Preston et Linclon Child, pour ne citer qu'eux en auteurs anglo-saxons.

Frédéric Fontès
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?