Gerry Mulligan

Top albums (Voir les 204)


Voir les 204 albums de Gerry Mulligan

Gerry Mulligan : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 8168
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Gerry Mulligan

Biographie

Parallèlement à l'apprentissage de nombreux instruments à vent, Gerry Mulligan se penche très tôt sur la composition et l'écriture d'arrangements. En tant que saxophoniste, il débute sa carrière professionnelle dans les formations de Gene Krupa et de Claude Thornhill. Sa rencontre avec Gil Evans lui offre l'occasion d'entrer dans une formation exceptionnelle de neuf musiciens dirigés par Miles Davis à la fin des années 40. Il y joue du baryton, mais le trompettiste ne se prive pas de faire appel à lui pour enrichir le répertoire de son groupe de quelques-unes de ses compositions. Il s'engage ... Lire la suite

Parallèlement à l'apprentissage de nombreux instruments à vent, Gerry Mulligan se penche très tôt sur la composition et l'écriture d'arrangements. En tant que saxophoniste, il débute sa carrière professionnelle dans les formations de Gene Krupa et de Claude Thornhill. Sa rencontre avec Gil Evans lui offre l'occasion d'entrer dans une formation exceptionnelle de neuf musiciens dirigés par Miles Davis à la fin des années 40. Il y joue du baryton, mais le trompettiste ne se prive pas de faire appel à lui pour enrichir le répertoire de son groupe de quelques-unes de ses compositions. Il s'engage en parallèle dans diverses collaborations, entre autres avec Stan Getz et Elliot Lawrence, pour qui il avait déjà travaillé à ses débuts. L'aube des années 50 annonce les prémices d'une carrière de leader à laquelle s'ajoutent l'écriture d'arrangements pour Stan Kenton et la complicité naissante avec Chet Baker. L'une des caractéristiques de la formation avec Chet Baker réside notamment dans l'absence de piano. Après Harry Carney, il devient l'un des saxophonistes les plus sollicités au baryton. Au cours des années 60, il enregistre de nombreux disques en leader et participe à plusieurs tournées internationales parfois en tant qu'invité, comme c'est le cas à plusieurs reprises avec la formation de Dave Brubeck. Les années 70 marquent un tournant dans son travail d'interprétation et de composition puisqu'il intègre des nouvelles sonorités contemporaines de cette période plus électrique. A la tête d'orchestres ou de petites formations, invité dans des projets de musique classique et sollicité par des grandes pointures du jazz, présent sur toutes les scènes de New York à Tokyo en passant par Paris, Gerry Mulligan est un artiste infatigable. Si son nom est toujours proche de celui de Chet Baker dans la mémoire collective des amateurs de jazz, la liste de ses autres partenaires de scène ou de studio est très longue. Ella va de Lee Konitz, Thelonious Monk, Johnny Hodges, Bob Brookmeyer et Charles Mingus à Jim Hall, Astor Piazzolla, Lionel Hampton, Ella Fitzgerald, etc.

photo : © Chenz / MephistoMusic Story Copyright 2014 Music Story

Parallèlement à l'apprentissage de nombreux instruments à vent, Gerry Mulligan se penche très tôt sur la composition et l'écriture d'arrangements. En tant que saxophoniste, il débute sa carrière professionnelle dans les formations de Gene Krupa et de Claude Thornhill. Sa rencontre avec Gil Evans lui offre l'occasion d'entrer dans une formation exceptionnelle de neuf musiciens dirigés par Miles Davis à la fin des années 40. Il y joue du baryton, mais le trompettiste ne se prive pas de faire appel à lui pour enrichir le répertoire de son groupe de quelques-unes de ses compositions. Il s'engage en parallèle dans diverses collaborations, entre autres avec Stan Getz et Elliot Lawrence, pour qui il avait déjà travaillé à ses débuts. L'aube des années 50 annonce les prémices d'une carrière de leader à laquelle s'ajoutent l'écriture d'arrangements pour Stan Kenton et la complicité naissante avec Chet Baker. L'une des caractéristiques de la formation avec Chet Baker réside notamment dans l'absence de piano. Après Harry Carney, il devient l'un des saxophonistes les plus sollicités au baryton. Au cours des années 60, il enregistre de nombreux disques en leader et participe à plusieurs tournées internationales parfois en tant qu'invité, comme c'est le cas à plusieurs reprises avec la formation de Dave Brubeck. Les années 70 marquent un tournant dans son travail d'interprétation et de composition puisqu'il intègre des nouvelles sonorités contemporaines de cette période plus électrique. A la tête d'orchestres ou de petites formations, invité dans des projets de musique classique et sollicité par des grandes pointures du jazz, présent sur toutes les scènes de New York à Tokyo en passant par Paris, Gerry Mulligan est un artiste infatigable. Si son nom est toujours proche de celui de Chet Baker dans la mémoire collective des amateurs de jazz, la liste de ses autres partenaires de scène ou de studio est très longue. Ella va de Lee Konitz, Thelonious Monk, Johnny Hodges, Bob Brookmeyer et Charles Mingus à Jim Hall, Astor Piazzolla, Lionel Hampton, Ella Fitzgerald, etc.

photo : © Chenz / MephistoMusic Story Copyright 2014 Music Story

Parallèlement à l'apprentissage de nombreux instruments à vent, Gerry Mulligan se penche très tôt sur la composition et l'écriture d'arrangements. En tant que saxophoniste, il débute sa carrière professionnelle dans les formations de Gene Krupa et de Claude Thornhill. Sa rencontre avec Gil Evans lui offre l'occasion d'entrer dans une formation exceptionnelle de neuf musiciens dirigés par Miles Davis à la fin des années 40. Il y joue du baryton, mais le trompettiste ne se prive pas de faire appel à lui pour enrichir le répertoire de son groupe de quelques-unes de ses compositions. Il s'engage en parallèle dans diverses collaborations, entre autres avec Stan Getz et Elliot Lawrence, pour qui il avait déjà travaillé à ses débuts. L'aube des années 50 annonce les prémices d'une carrière de leader à laquelle s'ajoutent l'écriture d'arrangements pour Stan Kenton et la complicité naissante avec Chet Baker. L'une des caractéristiques de la formation avec Chet Baker réside notamment dans l'absence de piano. Après Harry Carney, il devient l'un des saxophonistes les plus sollicités au baryton. Au cours des années 60, il enregistre de nombreux disques en leader et participe à plusieurs tournées internationales parfois en tant qu'invité, comme c'est le cas à plusieurs reprises avec la formation de Dave Brubeck. Les années 70 marquent un tournant dans son travail d'interprétation et de composition puisqu'il intègre des nouvelles sonorités contemporaines de cette période plus électrique. A la tête d'orchestres ou de petites formations, invité dans des projets de musique classique et sollicité par des grandes pointures du jazz, présent sur toutes les scènes de New York à Tokyo en passant par Paris, Gerry Mulligan est un artiste infatigable. Si son nom est toujours proche de celui de Chet Baker dans la mémoire collective des amateurs de jazz, la liste de ses autres partenaires de scène ou de studio est très longue. Ella va de Lee Konitz, Thelonious Monk, Johnny Hodges, Bob Brookmeyer et Charles Mingus à Jim Hall, Astor Piazzolla, Lionel Hampton, Ella Fitzgerald, etc.

photo : © Chenz / MephistoMusic Story Copyright 2014 Music Story


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page