Version MP3
incluse GRATUITEMENT
ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Aussi disponible en MP3
 
Album MP3 à EUR 8,49
 
 
 
 

Getz/Gilberto - Digipack [Enregistrement original remasterisé, Import]

João Gilberto, Stan Getz, Astrud Gilberto, Stan Getz & Joao Gilberto CD
4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (33 commentaires client)
Prix : EUR 18,27 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
 : inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mardi 2 septembre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
A télécharger immédiatement en MP3 pour EUR 8,49.

‹  Retourner à l'aperçu du produit

Descriptions du produit

Amazon.fr

Rien ne laissait prévoir que Stan Getz allait répandre la bossa nova en Amérique. Les rythmes latins ne l'intéressaient guère, le jazz cool lui allait comme un gant lorsque, en 1961, le guitariste Charlie Byrd lui fit découvrir une nouvelle musique brésilienne qui, découlant rythmiquement de la samba, avait également subi l'influence du jazz, très en vogue au Brésil dans les années cinquante. Les règles de la bossa nova étaient bien spécifiques. Les accords servaient tout autant le régulier balancement rythmique que le soutien harmonique d'une musique syncopée au lancinant pouvoir mélodique. Cette bossa nova dont l'étrange mélancolie s'accordait si bien au tendre lyrisme de son saxophone, Getz mit du temps à bien la comprendre. Il put néanmoins l'étudier en direct, au contact de ses créateurs rencontrés à New York. Après Jazz Samba Encore avec Luiz Bonfa, c'est avec Joao Gilberto et Antonio Carlos Jobim qu'il popularisa en 1963 "The Girl From Ipanema", "Desafinado", "Corcovado" et "So Danco Samba". Ce disque célèbre, authentiquement brésilien, fera le tour du monde. --Pierre de Chocqueuse

Critique

La question reste posée : ces deux musiciens ont-ils eu conscience, à l’entrée en studio, du maelström qu’allait déchaîner cet enregistrement et du succès commercial qui allait en résulter ? En tout état de cause, la rencontre entre Stan Getz et João Gilberto (sans naturellement oublier le compositeur – et ici, en pianiste minimaliste – Antonio Carlos Jobim) reste positivement miraculeuse.   Le contexte n’était pourtant pas favorable, avec, depuis Jazz Samba, album du guitariste Charlie Byrd et de Stan Getz sorti l’année précédente, une saturation du marché, engorgé d’une multitude de productions de même nature. Mais Gilberto et Jobim sont les vrais innovateurs – et rénovateurs – du genre et Getz reste un maître à son pupitre. Ils vont tous trois transformer la bossa nova en élément vital du jazz et enregistrer avec « The Girl From Ipanema » l’un des 45 tours les plus vendus dans le monde dans ce genre de musique.   En outre, la collection de chansons retenues a toutes les apparences d’un catalogue de standards : « The Girl From Ipanema », encore, salue les débuts comme chanteuse de l’épouse du maestro, cette Astrud Gilberto qui n’avait jamais jusque là jamais chanté que dans sa cuisine. De nouvelles versions de « Corcovado » ou de « Desafinado » complètent le menu, tendrement déchiré entre la voix sensuelle de João Gilberto et le chant plus que suave et velouté de Stan Getz, qui n’a jamais été aussi lyrique, prodigieux saxophoniste qu’on a surnommé The Sound (« le Son »). Et on s’en voudra d’omettre « O Grande Amor », autre composition commune de Antonio Carlos Jobim et Vinicius de Moraes, et autre sommet du disque.   La subtilité, le riche foisonnement des chansons sont exposés dans un style chaleureux, tout en confidence. Chef d’œuvre absolu du jazz et de la bossa nova, Getz/Gilberto atteint en 1964 la seconde position des classements d’albums… pop. Les millions de copies écoulés en font le disque de jazz le plus vendu au monde. Au-delà de considérations commerciales, il reste évidemment un incontournable de toute discothèque raisonnée.  

Christian Larrède - Copyright 2014 Music Story

Descriptions du produit

GETZ/GILBERTO - DIGIPACK
‹  Retourner à l'aperçu du produit