ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 5,58
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Gouverner le capitalisme ? [Broché]

Isabelle Ferreras
3.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
Prix : EUR 18,00 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le jeudi 17 juillet ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 5,58
Vendez Gouverner le capitalisme ? contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 5,58, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Description de l'ouvrage

8 septembre 2012
Les salariés font aujourd hui l'expérience brûlante de la contradiction qui se trouve au coeur de la coexistence du capitalisme et de l'idéal démocratique. Le travail salarié apparaît comme l'activité par excellence où l'avancée démocratique n'a pas encore eu lieu. Dans leur vie de tous les jours, on enjoint les salariés à se comporter en citoyens responsables mais, une fois franchi le seuil de leur entreprise, ils se voient réduits à un simple « facteur travail » soumis aux décisions d'un gouvernement de l'entreprise (autocrate ? ploutocrate ?) dont le seul critère est celui de la rentabilité (au service de qui ? de quoi ? de quel projet ?).
Ce livre parcourt les principales théories de l'entreprise pour montrer combien elles sont inadaptées à la réalité contemporaine. L'entreprise ne se réduit pas à la simple quête de retour sur investissement des apporteurs en capital. Au contraire, elle est le fruit de la rencontre de deux logiques, celle des apporteurs en capital et celle des investisseurs en travail. Ce sont ces deux logiques instrumentale et politique qui donnent vie à l'entreprise et c'est de leur combinaison dans son gouvernement que dépend son succès.

Offres spéciales et liens associés



Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Sociologue et politologue, Isabelle Ferreras est chercheur qualifié du Fonds national de la recherche scientifique (Bruxelles), professeur à l'Université de Louvain, membre permanent du centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, institutions, subjectivité de l'Université de Louvain et Senior Research Associate du Labor and Worklife Program à Harvard.

Détails sur le produit

  • Broché: 336 pages
  • Editeur : PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE - PUF; Édition : 1 (8 septembre 2012)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2130606741
  • ISBN-13: 978-2130606741
  • Dimensions du produit: 18,8 x 12,4 x 1,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 243.436 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
3.0 étoiles sur 5
3.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
5.0 étoiles sur 5 Très stimulant 19 janvier 2013
Par Luc D
Format:Broché
Isabelle Ferreras parvient à réconcilier l'irréconciliable.
Sa proposition largement pratique permet d'aller au-delà des clivages théoriques et d'envisager de nouvelles modalités innovantes de gouvernement des entreprises.

Si certains arguments sont discutables (et ils le sont aujourd'hui tout autant qu'ils l'ont été au cours des 200 dernières années), la proposition n'en est pas moins là ; elle ouvre des perspectives de conciliation, elle doit être discutée et enrichie.

La dernière page, qui met côte à côte, de façon complémentaire et intelligente, une citation de Marx et une citation de Friedman, résume symboliquement tout l'effort et le mérite intellectuel de l'ouvrage.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
0 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Basé sur des concepts faux ou incompris 1 octobre 2012
Par M. Meis
Format:Broché
Isabelle Ferreras devrait vérifier ses concepts avant d’en faire un livre. L’auteur ne semble pas comprendre ce qu’est le capitalisme ou l’entreprise. Le capitalisme est un système social et économique basé sur la reconnaissance des droits à la propriété. Moralement, il est basé sur le système de droits de l’individu. Aujourd’hui, l’Europe ou même les Etats-Unis ne sont plus capitalistes mais sont des mélanges de capitalisme, socialisme et fascisme (au sens économique du terme). L’auteur oppose ensuite le capitalisme à la démocratie et elle a raison. La démocratie dans sa forme pure nie les droits des individus au profit de la tyrannie de la majorité.

Ensuite : « Dans leur vie de tous les jours, on enjoint les salariés à se comporter en citoyens responsables mais, une fois franchi le seuil de leur entreprise, ils se voient réduits à un simple « facteur travail » soumis aux décisions d'un gouvernement de l'entreprise (autocrate ? ploutocrate ?) dont le seul critère est celui de la rentabilité (au service de qui ? de quoi ? de quel projet ?). »

L’auteur, n’ayant apparemment jamais travaillé dans le monde réel semble ignorer les principes moraux sur lesquels sont fondées les entreprises. Dans une société capitaliste, les rapports entre individus sont volontaires et profitent aux participants. Un employé accepte un poste car il pense que c’est plus avantageux pour lui que de le refuser. Un patron offre un emploi car il pense pouvoir faire du profit une fois le salaire payé. Pour répondre à Mme Ferreras quand elle demande : « au service de qui ? de quoi ?
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?