Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La Grande bataille dans les airs : 1914-1918, par Marcel Jullian Reliure inconnue – 1967


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Reliure inconnue, 1967
"Veuillez réessayer"

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés



Détails sur le produit

  • Reliure inconnue: 271 pages
  • Editeur : Le Cercle du nouveau livre d'histoire (1967)
  • Langue : Français
  • ASIN: B0014UVGYE
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 1.459.149 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par papi-mormès sur 12 juin 2010
La grande bataille des airs 1914-1918.

Au début du conflit, de l'atroce guerre qui allait en découler, l'aviation de guerre est pour ainsi dire inexistante. Il n'existe que des avions d'observation chargés de repérer les positions ou mouvements ennemi au profit de l'artillerie et de renseigner l'état major, le conflit se stabilisant en guerre de position.
Il devint de plus en plus évident, de part et d'autre, que pour contrecarrer l'intrusion d'observateurs aériens le meilleur moyen était de les chasser par les airs. On commença donc à armer progressivement (pistolet puis carabine puis mitrailleuse) les avions dits d'observation. Et ainsi va naitre la première aviation militaire de chasse.
Ce livre va nous conter cette étonnante épopée. Étonnante surtout par la forte personnalité des hommes qui en furent les protagonistes.

L'auteur : Marcel Jullian, écrivain, scénariste, historien, éditeur... en résumé homme de culture mais aussi a été dans sa jeunesse grand résistant (et également pilote d'avion). Nous a donné quelques écrits sur la conquête de l'air :Nungesser, l'as des as. " Le chevalier du ciel ". "Les gens de l'air - ". "Marcel Jullian. Devenir aviateur . "....
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Latour07 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 26 juin 2010
papi-Mormes a écrit un magnifique résumé de ce livre.
Aussi serai-je bref.

Marcel Jullian, écrivain, scénariste (la Grande Vadrouille,...), historien, premier président de France 2, proche de feu le Comte de Paris, écrit en 1967 un magnifique ouvrage sur la guerre aérienne de 1914 à 1918.

Des premiers temps aristocratiques, à la recherche du score (as) dans une compétition de moins en moins noble, pour finalement être broyé par la guerre, les copains tombant les uns après les autres, les adversaires respectés d'en face aussi, l'aviation est devenue une arme de guerre soutien de l'artillerie et de l'infanterie.

Le lecteur suit avec passion l'avènement des as:

- chez les Français, Guynemer, Fonck, Nungesser, Navarre, Chaput, Dorme, Madon, Heurtaux, ...

- chez les Allemands, Immelmann, Boelke, von Richthofen, Goering,...

- chez nos alliés, Lufbery, Mannock, Coppens de Houlthulst,...

Magnifiques pages de combat où l'héroïsme coule à flot. Nungesser aux multiples fractures, deux fois réformé, et toujours au combat, Fonck, tireur d'élite, qui économise ses munitions, trois balles suffisent pour descendre un avion :

"le 9 mai (1918), Fonck réussit son premier sextuplé. Il abat son premier appareil à 16h5, le deuxième à 16h5'10'', le troisième à 16h5'50''. Puis entre le troisième et le quatrième, une pause : le temps d'aller refaire le plein d'essence et de munitions.
Lire la suite ›
6 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?