Version MP3 incluse GRATUITEMENT
Quantité :1

Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 14,72
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : Skyvo Direct
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à €9.19

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Grind


Prix : EUR 7,99 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Tous les prix incluent la TVA.
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
35 neufs à partir de EUR 3,78 14 d'occasion à partir de EUR 3,00
boutique Noël
Offrez de la musique pour Noël !
Retrouvez toutes nos idées cadeaux au sein de notre boutique Noël CD, Vinyles et DVD Musicaux.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Alice in Chains

Discographie

Image de l'album de Alice in Chains

Photos

Image de Alice in Chains

Biographie

C'est à Seattle que le groupe se forme en 1987, avec Layne Staley (chant), Jerry Cantrell (guitare), Mike Starr (basse) et Sean Kinney (batterie). A ses débuts, le quatuor évolue sous le nom de Alice'N'Chaynz, avant de devenir définitivement Alice In Chains. En 1989, le groupe signe chez Columbia, devenant l'un des premiers de la scène ... Plus de détails sur la Page Artiste Alice in Chains

Visitez la Page Artiste Alice in Chains
33 albums, 11 photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

Grind + Dirt + Facelift
Prix pour les trois: EUR 25,97

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (6 novembre 1995)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Columbia
  • ASIN : B0000256CM
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Mini-disque  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (15 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 23.254 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


 
1. Grind
2. Brush away
3. Sludge factory
4. Heaven beside you
5. Head creeps
6. Again
7. Shame in you
8. God am
9. So close
10. Nothin' song
11. Frogs
12. Over now

Descriptions du produit

Descriptions du produit

GRIND

Critique

Ce troisième – et ultime – album d’Alice In Chains est le plus sombre et le plus emblématique du groupe, ce qui justifie son titre éponyme. Si Dirt traitait déjà largement de la drogue, trois ans plus tard, le piège de l’addiction s'est cruellement refermé sur Layne Staley, dont la pâle figure et la voix déchirante sont au centre de ce lugubre album. Jamais, d’ailleurs, il n’avait été aussi présent – non seulement parce que, confiait-il à Rolling Stone, c’était le seul disque qu’il se rappelait avoir enregistré, mais surtout parce qu’il était l’auteur de la majorité de ces textes (9 sur 12), sombrement introspectifs.   L’ambiance générale d’Alice In Chains (album aussi nommé Tripod en raison de la photo, en guise de pochette, du chien à trois pattes de Jerry Cantrell, Sunshine) est étouffante et insane, largement dominée par de lourdes guitares et des rythmes relativement lents. Le titre d’ouverture, « Grind », donne d’ailleurs le ton, avec un rythme lourd, une guitare glaçante, le chant de Jerry Cantrell que ponctue la voix de Layne Staley, avec un accent maladif effrayant. Pour autant, le refrain, plus lumineux, apporte un contraste qui annonce bien ce que réserve le reste de l’album : une musique ténébreuse, percée parfois seulement de quelques éclaircies.   Dans ce troisième opus, le groupe de Seattle fait la synthèse de ses précédents albums et  intègre les guitares acoustiques, avec des ballades dans la continuité du EP Jar Of Flies (1994). Les plus célèbres, au demeurant superbes, sont celles dont les paroles ont été écrites par Jerry Cantrell (le classique« Heaven Beside You » et « Over Now »), qui d’ailleurs les chante ; mais les plus poignantes sont de Layne Staley. « Shame In You » (l’un des meilleurs morceaux du groupe), à l'insidieuse et pénétrante mélancolie, et« Frogs », à l’ambiance éthérée et à la basse funèbre, sont parmi les moments les plus intenses de cet album. Ils apportent une nécessaire nuance et allègent un album qui aurait été trop étouffant sans elles.   Car le reste est d’une terrible lourdeur ; les guitares écrasent tout et, parfois, grincent ; le chant, tantôt étouffé, souvent souligné par une légère réverb', évoque une claustration : tout respire la fatalité, la maladie et la morbidité – ce en quoi ce dernier album d’Alice In Chains rappelle celui de Nirvana (In Utero). Il annonce ce qui ne peut qu’arriver : Layne Staley se laissera prendre aux insurmontables contradictions de l'addiction, entre le sursaut de conscience et l’incapacité à ne plus succomber (« No more time/ Just one more time », in« Head Creeps »).   Alice In Chains, s’il est l’album le plus emblématique de l’esprit du groupe, de sa carrière, de son propos et de sa musique, n’est néanmoins pas le plus fascinant, surtout parce que certains morceaux semblent traîner en longueur. Reste qu’il contient plusieurs titres magnifiques, principalement les quatre ballades, mais aussi le titre d’ouverture « Grind », lequel fut d’ailleurs assorti d’un des plus beaux clips de l’époque.  



Mikaël Faujour - Copyright 2014 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.7 étoiles sur 5
5 étoiles
11
4 étoiles
4
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 15 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Lester Gangbangs TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 2 novembre 2007
Format: CD
Ce Cd n'est pas sombre, triste, désabusé. Il est pire que ça. Il est glauque et morbide.
Le grunge, auquel Alice In Chains est plus ou moins à son corps défendant rattaché, était une urgence, un cri. Ce Cd est une plainte, un gémissement, un râle. Qui seront définitifs, car on connaît aujourd'hui la suite de l'histoire : la fin du groupe puis celle de Layne Staley.
La musique évoque souvent du Black Sabbath joué au ralenti, dans une ambiance sinistre et malsaine à la Joy Division. Un folk halluciné, le très beau « Heaven beside you » présage une éclaircie qui n'arrive pas, et la chape de plomb inexorable se referme.
Ce Cd fait remonter des images, des sons (les ballets d'hélicoptère d' « Apocalypse now », les séances de roulette russe de « Voyage au bout de l'enfer », la noirceur désespérée du « Tonight's the night » de Neil Young)
« Alice In Chains » est un aboutissement, une fin en soi.
Ames sensibles s'abstenir.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Stefy TOP 1000 COMMENTATEURS sur 26 mai 2012
Format: CD
Le grunge agonisant, voilà bien ce qu'exprime ce très grand album. Alice In Chains propose ici une musique hard, tout en lourdeur, torturée et tortueuse, rampante, sur des mid-tempos poisseux et malades. Les compos sont bonnes, et le chanteur prend un malin plaisir à les étirer en complaintes glams tordues et cinglées. On tient là un authentique tour de force, brillant exemple d'un groupe qui a trouvé son propre style et au sommet de sa créativité. Il faut aussi noter l'énorme travail sur les guitares de Jerry Cantrell: il exploite une vaste et riche palette de sons pour donner vie et corps aux morceaux, utilisant toutes les tessitures possibles de l'instrument pour construire une véritable arche sonore. Ambianceux mais toujours chantant, le disque réussit à garder ce difficile équilibre. Un vrai classique des nineties.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile  Par vincent_33 sur 13 février 2005
Format: CD
1995 voyait la sortie de ce qui allait s'avérer le dernier album studio d'Alice In Chains suite au naufrage de son chanteur Layne Staley, qui sept années plus tard mourrait d'overdose de cocaïne et d'héroïne après des années d'errance. Cet album est donc celui d'un groupe malade, d'un groupe qui refusera de jouer le moindre concert pour le promouvoir (à l'exception d'un céleste « MTV unplugged » immortalisé pour l'occasion), celui d'un groupe rongé par l'addiction de son chanteur. Indiscutablement moins bon que l'exceptionnel « Dirt » paru trois années plus tôt, « Alice in chains » n'en demeure pas moins excellent. Moins bon, certes, mais excellent tout de même, comme tout ce que le groupe a entrepris dans sa courte carrière. Une fois de plus, le groupe, ou plutôt ses deux principaux compositeurs, le guitariste chanteur Jerry Cantrell et le chanteur guitariste Layne Staley, nous plongent dans leurs peines et désespoirs à travers une musique peut-être plus « synthétique » qu'auparavant (entendez par là que les effets sont plus largement utilisés sur la voix et que certains riffs tournent de manière presque indus (« Grind », « Again »,...)). Mais si le Alice In Chains cuvé 95 se montre peut-être moins organique qu'auparavant, il n'en demeure pas moins tout aussi poignant, insufflant toujours à ses titres cette noirceur et cette pesanteur faisant souvent défaut aux autres groupes assimilés « grunge »... et puis cette voix, celle de Staley, celle qui semble porter le poids du monde sur ses épaules, celle d'un homme proche de sa tombe à 27 ans et qui malgré (grâce à ?) ça fait vivre la musique d'Alice In Chains... Peut-être pas leur meilleur album mais néanmoins excellent.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Alcofrybas Nasier sur 12 mars 2008
Format: CD
Alice in Chains est, bien loin devant Pearl Jam et Nirvana, le meilleur groupe assimilé à la tendance "grunge" du début des années 90.

Parmis ses 4 albums studios, trois peuvent être considérés comme de grandes réussites.
Et celui réunissant la quintessence de leur approche, quoique le moins direct et radio-émettable, est le splendide Alice In Chains.

C'est le mieux produit, celui aux ambience les plus glauques...une fausse note (Heaven Beside You) ne peut faire oublier le reste.

On peut lui trouver des défauts comme quelques longueurs mais ce serait oublier ses immenses qualités.

Un des très grands albums de metal des 90s.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
11 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par Zardoz sur 7 février 2007
Format: CD
Oubliez Nirvana et ce fameux bébé qui nage à la recherche d'un billet de 1$...Oubliez "Nevermind", et (ré)écoutez ce joyau, le dernier album studio (éponyme) du plus grand groupe de grunge au monde, j'ai nommé Alice In Chains. Layne Staley, chanteur/guitariste, n'aura pas eu besoin de se flinguer pour passer à la postérité, une overdose en 2002 a fait l'affaire. Jamais AIC n'aura le statut de culte voué à Nirvana, mais il faut reconnaitre que ce disque, extrèmement sombre (je le considère comme le "Pornography" des années 90), est un monstrueux album, remplis de titres ravageurs : "Head Creeps", "Again", "Over Now", "Grind", "Heaven Beside You", "Shame In You", "Frogs".

Un disque monumental. Avec en plus une des photos de pochettes les plus tristes au monde, celle (non truquée) de ce chien à trois pattes et au regard tout sauf méchant : implorant, triste, apeuré...résigné à son sort. Ce chien, c'est le symbole de la mort du grunge, bouffé par les machines à tubes Oasis, Red Hot Chili Peppers et Supergrass, qui cartonneront en 1995 ,alors que Alice In Chains peinera. Triste fin, et "Over Now" est là pour le rappeler, avec sa sonnerie aux morts en intro...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?