undrgrnd Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles176
4,1 sur 5 étoiles
Format: BrochéModifier
Prix:23,80 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 19 septembre 2012
Une étude américaine permet de comprendre pourquoi des centaines de milliers de personnes se voient prescrire des médicaments inutiles, là où une simple modification du mode de vie suffirait.

Si l’on se fie aux chiffres rassemblés dans les comptes nationaux de la santé de 2010, le volume des médicaments consommés en France augmente en moyenne de près de 5% par an depuis 2000. La parution du livre des Dr Even et Debré qui s’en prend à la prescription de médicaments inutiles est l’occasion de se demander comment dans une société raisonnable, qui se dit cartésienne, on peut continuer de prescrire avec l’encouragement des pouvoirs publics des médicaments souvent sans utilité clinique (ou à des doses exagérées), aux effets secondaires graves, pour un coût exorbitant.

Un article publié dans le numéro de septembre/octobre 2012 des Annals of Family Medicine éclaire ce phénomène d’un jour très instructif. (1)

Linda Hunt (Université du Michigan, East Lansing) a analysé avec son équipe la prise en charge des patients atteints de diabète de type 2 et d'hypertension artérielle dans 44 cabinets médicaux du Michigan en 2009 et 2010. Les chercheurs ont conduit des entretiens avec 58 médecins, des infirmières et des auxiliaires de santé ; ils ont assisté à 107 consultations avec 12 praticiens dans 6 cliniques et interrogé 70 patients traités par ces 12 cliniciens.

89% des patients interrogés prenaient de nombreux médicaments : 5 médicaments ou plus pour 51% d’entre eux, ce qui relève de la polymédication et augmente de manière exponentielle le risque d’effets indésirables.

En moyenne, les 70 patients prenaient 4,8 médicaments chaque jour. 57% d’entre eux prenaient des médicaments pour des troubles (gastriques et respiratoires) vraisemblablement déclenchés par leur traitement. 70% des patients avaient souffert d’effets indésirables liés au traitement du diabète ou de l’hypertension. Pourtant aucun des médecins, sauf un, n’avait jugé utile de diminuer les doses ou changer de traitement.
Comment en est-on arrivé à prescrire tant ?

Réponse des chercheurs dans cet article : « Nous avons relevé un scénario commun : les patients ont commencé à prendre des médicaments à la suite d’examens avec des résultats modérément élevées, ils ont développé de nouveaux symptômes, ont subi d’autres examens avec des résultats là aussi en dehors des valeurs de référence et on leur a prescrit plus de médicaments. Ces médicaments devaient être pris en permanence afin que leurs résultats biologiques reviennent dans les valeurs de référence. »

Les auteurs de cette étude expliquent aussi que lorsqu’un patient est diagnostiqué avec une maladie, le diabète par exemple, les valeurs de référence pour d’autres paramètres comme la pression artérielle et le cholestérol sont plus strictes. C’est ainsi que de nouveaux médicaments apparaissent « en cascade » sur l’ordonnance.

Lorsqu’ils ont pu assister à des consultations, les chercheurs ont noté que les médecins se focalisaient de manière quasi systématique sur la prescription de médicaments sans aborder - ou très peu - l’alimentation et l’exercice physique.

Tous les médecins interrogés prescrivaient au moins 2 médicaments pour l’hypertension ou le diabète et 43% associaient souvent 3 médicaments et plus.

Dans cette étude, 67% des médecins disent qu’ils suivent en cela les recommandations de pratique médicale. Seuls 4% s’interrogent sur le bien-fondé de ces pratiques.

Ces pratiques sont édictées par les agences gouvernementales : aux Etats-Unis la FDA, en France l’Afssaps.
Derrière les recommandations officielles, le marketing des labos

Prenons la valeur de cholestérol-LDL (le soi-disant « mauvais cholestérol »). Les experts de l'Afssaps considèrent depuis 2005 que le taux de LDL doit être inférieur à 1 g/l chez les patients atteints de maladie cardiovasculaire avérée ou ayant un risque équivalent (diabète de type 2 à haut risque, probabilité de survenue d'un événement coronarien supérieure ou égale à 20 % dans les 10 ans à venir).

Or en 2000, l’objectif en prévention secondaire (dans le cas d’une maladie coronarienne) fixé par l’Anaes et l’Andem était de ne pas dépasser 1,3 g/l. Il a donc été abaissé de 23% en cinq ans.

Les chercheurs de l’université du Michigan relèvent que cet abaissement au cours du temps des valeurs-cibles de référence touche quasiment tous les paramètres biologiques, ce qui stimule la prescription des médicaments.

Ces valeurs de référence fixées en 2000 puis en 2005 aux médecins sont-elles issues des résultats d’études indépendantes ? Pas du tout. L’Afssaps indique clairement que « les valeurs de la LDL-cholestérolémie retenues comme objectifs thérapeutiques ne sont pas des valeurs expérimentales définies par des essais d’intervention ni par des analyses coût-bénéfice. Elles ont été fixées consensuellement (avis d’experts et recommandations européennes et internationales actuelles). »

Ces recommandations « consensuelles » d’experts sont bizarrement en contradiction avec les données disponibles à l’époque sur l’intérêt clinique (et la sécurité pour les patients) d’abaisser le LDL à un tel niveau. (2)

Evidemment, une bonne partie des « experts » qui ont présidé à ces recommandations ont des liens étroits et réguliers avec l’industrie pharmaceutique et/ou agro-alimentaire (qui commercialise des aliments « anti-cholestérol »). Il en va de même de la plupart sinon la totalité des sociétés dites savantes dont la liste est donnée dans les rapports de 2000 et de 2005.

La pression des laboratoires ne s’exerce pas que sur les agences et leurs experts.

Les auteurs de l'étude américaine ne nous apprennent rien en écrivant que les médecins sont la cible d’un marketing lourd. Mais ils donnent quelques chiffres. Sur les 53 médecins qui ont accepté d’aborder la question épineuse du marketing des labos, 72% ont déclaré avoir des contacts réguliers avec les représentants des sociétés pharmaceutiques ; 62% d’entre eux voient 10 visiteurs médicaux chaque semaine et 77% trouvent que les informations qu’ils reçoivent de ces visites sont « utiles ».

Conclusion des auteurs de cette étude : si l'on veut que la prescription de médicaments inutiles baisse, les personnes ayant des liens avec l’industrie pharmaceutique devraient être écartées des commissions qui rédigent les guides de bonnes pratiques, et les médecins dissuadés de rencontrer les représentants des laboratoires.
1616 commentaires186 sur 205 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 août 2013
Oui, une bible pour ceux qui consomment (trop) de médicaments parce qu'ils sont prescrits par le docteur de famille auquel nous faisons tant confiance...
Je l'ai personnellement offert à mes grands-parents qui totalisent une trentaine de cachetons par jour !!!! tout cela est bien sûr prescrit par le médecin par ce qu'ils en ont "besoin"... s'ils veulent servir de cobayes ce bouquin vous permettra de prendre en main votre santé au travers des éléments donnés.
Le livre ne se "lit" pas mais c'est un dictionnaire à piocher pour ne pas rester "mouton" du bon docteur de famille...
0Commentaire15 sur 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 septembre 2012
Enfin un livre qui nous dit la vérité sur les médicaments, l'asthme, l'allergie etc...

J'ai deux enfants asthmatiques, allergiques : si ce livre était sorti plus tôt, mon garçon n'aurait pas fait de désensibilisation intra veineuse qui -comme le dit ce livre- ne SERT A RIEN et en plus à de graves effets secondaires sur les reins !!!! D'ailleurs la désensibiliation est en voie de disparition...

Sur les pillules : vrai
Sur les anti inflammatoires : vrai : par expérience
etc.. c'est hallucinant

Je dévore ce livre : le consulter régulièrement avant de polluer notre corps avec tout ces médicaments inutiles et dangereux

Merci aux professeurs
33 commentaires78 sur 87 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 août 2013
Enfin un livre que dis je une BIBLE qui traite sans complaisance d'une manière rigoureuse et scientifique les médicaments et les laboratoires pharmaceutiques et donne à chaque patient les moyens de juger la valeur des médicaments qu'il prend.Bravo et merci.
0Commentaire14 sur 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 novembre 2012
Livre de grand intérêt pour les médecins comme le généraliste que je suis.
J y ai appris énormément de choses et surtout une mise en question de beaucoup d "évidences" . Promotion d esprit critique. Bien utile pour une bonne médecine
De plus le livre est très bien écrit et agréable à lire malgré son aspect pavé
Merci aux 2 auteurs
0Commentaire37 sur 41 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 février 2014
Indispensable pour connaitre l'utilité de certaines ordonnances et donc la valeur professionnelle de son medecin et s'il se tient au courant des dernières découvertes et pour en discuter ensuite, ce qui est plus difficile. je suis soigné pour de l'hypertension depuis quarante ans et j'ai vu défiler de nombreux cardiologues, le traitement changeant avec eux à chaque fois et moi de changer aussi de médecin vu les résultats. Une chose me chagrine, les auteurs ne croient pas en la phytothérapie, 0 effet à chaque fois, je prends del'Euphytose depuis vingt ans et je dors mieux, effet placebo ?
Peu importe.
0Commentaire9 sur 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2014
Merci aux docteurs Even et Debre pour ce livre qui nous permet d etre moins inculte en pharmacologie.Il est etonnant que le livre ait pu etre publie car leurs auteurs nous livrent une analyse sans concessions des magouilles et interets financiers de tous les protagonistes de la "sante".
Le vocabulaire est simple,accessible aux non inities et donc un beau cadeau ,ma foi je pensais qu il n existait pas tant de conflits d 'interets, de corruption,de mensonges dans le domaine de la sante mais que nenni.
Je recommande ce livre a tout ceux qui souhaitent comprendre leur traitement et non le subir,mais aussi a ceux qui souhaitent connaitre le fonctionnement surprenant de la sante en France
Quel bonheur de lire les petites reflexions pleines de bons sens que les deux medecins distillent ca et la,parce que le bon sens n a plus cours aujourd hui.
A LIRE ABSOLUMENT
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juin 2013
J'ai beaucoup appris avec ce livre que je recommande. Il est parfait pour nous faire connaître les médicaments utiles,inutiles ou dangereux selon le titre. On n'a pas obligatoirement des connaissances générales des médicaments et on fait confiance aux médecins. Avec ce livre on gère beaucoup mieux.
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mai 2014
Pour tout ceux qui ne veulent pas avaler n'importe quel médicament aveuglément comme des moutons de Panurge, pour se tenir au courant de toutes les magouilles du système et ne plus être leur vache à lait. Après "La vérité sur le Cholestérol" un livre indispensable.
Cerains passages plus techniques peuvent rebuter mais l'ensemble est parfaitement compréhensible.
Lors de mon premier commentaire je n'avais pas terminé ce gros pavé, maintenant c'est fait et je persiste et signe sur ce que j'ai dit.
L'Industrie pharmaceutique est la plus lucrative, la plus cynique et la moins éthique de toutes. Tout est dit.
quitte à me répéter je me contenterai de conclure par "Lisez ce livre ABSOLUMENT INDISPENSABLE".
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 décembre 2012
MERCI DU FOND DU COEUR à ces deux m&decins qui me confirme que l'enfer que je vis au quotidien avec mes 12 cachets par jour n'est pas le fruit de mon imagination comme le dit mon médecin traitant...il refuse de lire le livre et de se remettre en question ...je suis "soignée" pour diabete,cholestérol,hypertension et donc aussi pour maux d'estomac,palpitations,nausées,diarrhées etc signes évidents d'effets secondaires plus que dangereux ...nous n'avons pas fini avec les scandales type "médiator" dont mon père fut victime...mon mari travaillant dans l'hotellerie de luxe a vu souvent les séjours offerts par des labos à des médecins si bons vendeurs de leurs "poisons"sans états d'ames...BRAVO ET MERCI AUX PROFESSEURS DEBRE ET EVEN ET AUX MEDECINS QUI AURONT SU SE REMETTRENT EN QUESTION DANS L'INTERET DE LEURS MALADES...
0Commentaire9 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus