undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
20
4,5 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:9,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 16 octobre 2002
Voilà un livre donnant une perspective sans précédent sur l'histoire de l'homme... pour qui est réceptif à la recherche systématique de rationalisation. C'est mon cas.
Pourquoi les "progrès de la civilisation" sont-ils apparus ici (Eurasie) plutôt que là (Amérique), quels en sont les facteurs nécessaires (domestication des plantes et des animaux) etc..?
Une (des) réponse(s)se trouve dans le livre, qui peut amener chaque lecteur à en dériver sa propre conviction.
La démonstration est brillante, convaincante, mais le sujet est tellement ambitieux qu'il y en a certainement d'autres …
Un des livres que tout le monde devrait avoir eu en main, sans aucun doute.
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 septembre 2000
Ce livre est une source incroyable de faits établis et chiffrés venant soutenir une représentation de la nature des hommes et de leur place sur la planète particulièrement rafraichissante et stimulante. Je suis consterné que ce document, dont la lecture nous fait toucher du doigt notre inculture et notre méconnaissance de notre histoire (celle qui compte, qui a vraiment laissé des traces...)ne soit nulle part disponible en français, consterné ... Mais le texte vaut assurément de feuilleter des heures votre harraps.
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juillet 2011
Le but de ce livre est de répondre à la question "Pourquoi certaines sociétés sont-elles plus riches et plus avancées que d'autres?"
Jared Diamond fait un brillant exposé. Il remonte jusqu'à 10.000 ans en arrière pour revenir aux sources des inégalités des sociétés humaines. Ses connaissances lui permettent de faire appel à des disciplines universitaires très variées (histoire, écologie, zoologie, climatologie, démographie, médecine, etc...) pour avancer ses thèses.
L'exposé est passionnant, assez convainquant pour les handicaps des sociétés africaines et américaines, moins pour les Asiatiques (Chine, Proche et Moyen-Orient). L'amplitude de la démonstration laisse forcément des blancs. Le mélange de disciplines permet difficilement de discerner les éventuelles erreurs ou approximations. Il faut cependant souligner la grande faiblesse de l'analyse des spécificités des cultures européennes. Sont ainsi passés totalement sous silence l'influence du raisonnement philosophique grec basé sur la confrontation des idées et le raisonnement argumenté, celui du christianisme et de sa vision d'un monde à construire pour parachever un projet divin, et toutes les idées de la Renaissance et des Lumières, époques assoiffées de savoir comme il y en eût peu dans l'histoire. L'Américain Diamond n'a visiblement pas les connaissances et la culture pour s'intéresser à ces facteurs humains de progrès, beaucoup moins mécaniques que ceux qu'il décrit (ressources naturelles, situation géographique, etc...). L'ouvrage permet néanmoins d'acquérir une vision globale de l'évolution du monde humain, et donc de lire le monde moderne plus clairement. Il constitue une bonne analyse de départ, très séduisante, qu'il ne faut cependant pas à hésiter à remettre en question pour la compléter, voire la corriger... si l'élève s'avère capable de dépasser le maître.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 septembre 2003
Pour les non initiés qui sont intéressés à comprendre pourquoi le développement des populations de par le monde a pris des voies tellement divergentes depuis la préhistoire... L'étude est menée en des termes simples, la démonstration est bien contruite et les éléments de preuve convaincants. Par ailleurs, les différentes populations étudiées sont choisies dans toutes les parties du monde : pas d'ethnocentrisme ! Un ouvrage intéressant, qui ouvre l'esprit et qui se lit très facilement...
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mars 2014
Un des meilleurs livres que j'ai pu lire. Extrêmement riche et documenté, avec une argumentation bien étayée, malgré parfois des redites. A signaler les exercices intéressants de réflexion personnelle à la fin du livre
Un travail superbe de J. Diamond.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2016
Le livre est une grande réussite. C'est à la fois un essai brillant sur l'histoire mondiale depuis les débuts de l'agriculture et une analyse fine des facteurs qui ont pu déterminer les bonnes et mauvaises fortunes des sociétés humaines. Jared Diamond parvient à rassembler en un tout qui fait sens les données de la géographie, de l'ethnologie, de l'histoire des migrations humaines, de la linguistique, de la botanique, de la zoologie et de l'archéologie. Il permet ainsi de comprendre pourquoi les sociétés amérindiennes même les plus avancées n'ont pu résister à la colonisation européenne. Le développement à l'écart des maladies eurasiennes, en autarcie du fait d'un continent fractionné par de nombreux obstacles géographiques limitant les échanges sur l'ensemble du continent (et tous les effets que cela produit en terme d'échanges, de développement des connaissances et de diversification des espèces cultivables) était un handicap trop sévère pour empêcher leur éradication des terres cultivables exploitables par les colons et leurs esclaves. En associant le plus minuscule, le développement des maladies suite à la domestication et à l'urbanisation, au plus vaste, les données de la géographie physique, Jared Diamond nous donne un aperçu éclairant de l'histoire des humains.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 novembre 2013
This book provides very clear explanations about the way the countries could grow or didn't succeed to be a great nation.
Agriculture is accrding this book the origin or the cause of everything : if a contry had the chance to be in a mild region, that provide all the conditions to have a big agriculture, then this countries were moved forward because it helped them to create big organisations and all the tools to manage these organisations (writtings,...).
For the other country, too poor due to the lack of agriculture, could not create these organisations and therefore didn't need all the related tools to manage them.

A really good and interesting book. Not too difficult to read even for a french reader
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 septembre 2014
C'est l'un des meilleurs livres que j'ai lu, et ce n'est pas seulement par le contenu mais par la manière dont l'auteur traite les sujets. C'est un livre qui pose de questions simples et explique les choses d'une façon compréhensible. Je le recommanderais à tout le monde.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 janvier 2014
An interesting book, which tries to explain the emergence of western civilization as the dominant culture in our times. Revealing though it is; it failed to explain a lot that defied the views postulated. A great read though. Union Moujik, Collapse, The Shades of Fire, The Third Chimpanzee are other interesting books to read.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 janvier 2016
This book is one of the most fascinating historical books that I have ever read, for it explains so much of what has happened when previously separate societies have come into contact. In nearly all cases, one overwhelmed the other, often to the brink of extinction. Superior weapons and tactics are not the only explanation, it is a partial explanation but not enough to understand how a few hundred could militarily defeat tens of thousands of warriors in opposition. Naiveté on the part of the society about to be destroyed is also a partial explanation, but once again it is insufficient.
The primary reason is also the smallest of reasons, microscopic organisms that spread diseases that the conquerors were largely immune to while the conquered were not. There are recorded instances where the majority of the conquered society died within a short time of first exposure to the interlopers. This left them demoralized and their society on the verge of collapse, making them easy prey to the predatory humans.
While that is a fact that is generally known, Diamond traces the source back even further to ask and answer the most significant question, “Why was the transfer of deadly diseases so one-sided? Why were there not diseases in the Western Hemisphere or in Australia that were just as deadly to the Europeans?”
The answer is one that makes a great deal of logical sense, it is based on animal husbandry. Warm-blooded animals such as cattle, horses, sheep, goats and pigs were all domesticated in Eurasia and so there were many opportunities for microbes to make the leap from those animals to infect humans. This did not happen to the same extent in the societies that were destroyed. To this day the danger is well known, on occasion we hear the phrase “Bird Flu” and of course HIV is one virus that recently made the jump from other primates to humans.
Diamond also traces back the domestication of high yielding crops such as wheat in Mesopotamia and how it rapidly spread in a general east-west arc. This led to the organization of physically and politically stable societies with the organization and resources to build vast structures.
This is a fascinating book, one where the interpolation between the facts is clearly stated yet totally believable. Many societies have essentially been exterminated, more often by accident but often helped by malevolent human actions. This is also a look forward and a description of the dangers that still lurk from the actions of misguided microbes. It is in the best interests of microbes to kill humans very slowly or not at all so that they live long enough to transmit the microbes to other humans. Given the concentration of humans and the constant movement over short and vast distances, one microbe that mutates to be every infectious and lets humans live long enough to pass it along could easily kill millions in a very short time. The Spanish flu epidemic of 1918-1920 killed 3 to 5 percent of the world’s population and was especially fatal for young, otherwise healthy people.

This book was made available for free for review purposes
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)