undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Haendel, "Theodora", (1750), Les Ages Florissants, William Christie, 2000, 3 CD Erato 2003, notice et livret en anglais, français et allemand.

Seul oratorio chrétien de Haendel (tous les autres sont inspirés de l'Ancien Testament, et "le Messie" n'est pas un oratorio dramatique), et dont le récit n'appartient pas à la Bible, mais aux légendes chrétiennes, "Theodora" raconte le martyre d'une jeune chrétienne d'Antioche à l'époque de Dioclétien. Le grand librettiste Thomas Morell, qui s'est inspiré d'une pièce de Corneille, "Théodore, vierge et martyre" (1646), et d'un roman de Robert Boyle "The Martyrdom of Theodora and of Didymus", a produit un des meilleurs livrets qu'Haendel ait eu à mettre en musique: personnages forts et contrastés, intrigue solide et simple.

Sophie Danneman est admirable dans le rôle de Theodora, parfaite agnelle prête au supplice, Juliette Galstian, ne démérite nullement en Irene, (écoutez son magnifique "Lord, to thee, each night and day" qui ouvre l'acte III!), mais elle ne peut faire oublier Lorraine Hunt dans la version de Glyndebourne.

Daniel Taylor (Didymus), plus puissant que je ne l'attendais, est d'une pureté de timbre, d'une clarté d'émission, d'une délicatesse irrésistibles; aucun son tubé, aucune note miaulée chez le contre-ténor canadien, et une diction parfaite, en un mot le don peaufiné par le style! Il forme avec Danneman un couple de martyrs hors du monde, comme déjà béatifiés... "Sweet rose and lily", comme il le chante lui-même !

Dans le rôle de Septimius, le rôle le plus riche du livret, celui d'un Romain qui reste fidèle aux dieux de ses aieux, mais connaît la pitié et souffre des ordres inhumains qu'il a à exécuter, Richard Croft donne une fois de plus le frisson par une présence vocale exceptionnelle. Qu'importent quelques aigus éclatés, comme cela lui arrive, c'est l'éclat d'une arme blanche tranchant l'espace ! la voix est éblouissante, profondément mâle, chaude et solide, et souple et naturelle dans les vocalises; quel admirable (entre autres) "Dread the fruits of christian folly"!

Nathan Berg fort, massif, à l'émission brutale, mais séduisant dans sa rudesse (en tout cas à mes oreilles), était tout désigné pour le rôle de Valens, ce gouverneur romain qui ne connait que la soumission ou le supplice.

Orchestre très clair, éclatant souvent, mais d'une grande pureté -ce qui n'est pas toujours le cas de l'OAE dans l'enregistrement de 1996-, et un choeur somptueux, achèvent de recommander cette version comme une des plus belles qu'on puisse entendre d'une oeuvre elle-même d'une force émotionnelle rare.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 15 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 octobre 2008
il existe un DVD dirigé lui aussi par ce bon William , filmé par P Sellars : il s'agit d'un chef d'oeuvre , tant pour l'interprétation ( L Hunt ) que pour la scénographie . oublions vite ce CD indiqne du chef d'oeuvre absolu de HAENDEL .
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Haendel : Theodora
Haendel : Theodora de Georg Friedrich Haendel (CD - 2012)

Haendel : Theodora
Haendel : Theodora de Georg Friedrich Haendel (CD - 2009)

Theodora
Theodora de Georg Friedrich Haendel (CD - 1991)